EUR 31,41
  • Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 6 à 10 jours.
Expédié et vendu par Cultyfix.
EUR 31,41 + EUR 2,49 Livraison en France métropolitaine
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 5,99

La Disparition - Digipack édition limitée (+ DVD de 26 mn du concert acoustique) Import

4.4 étoiles sur 5 19 commentaires client

11 d'occasion à partir de EUR 10,43 1 de collection à partir de EUR 29,90
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Keren Ann


Produits fréquemment achetés ensemble

  • La Disparition - Digipack édition limitée (+ DVD de 26 mn du concert acoustique)
  • +
  • Keren Ann
Prix total: EUR 35,59
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (25 avril 2002)
  • Nombre de disques: 2
  • Format : Import
  • Label: EMI France
  • ASIN : B000063XRF
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 19 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 490.950 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Au Coin Du Monde
  2. Le Sable Mouvant
  3. Les Rivières De Janvier
  4. La Corde Et Les Chaussons
  5. Surannée
  6. Ailleurs
  7. L'illusionniste
  8. La Tentation
  9. Mes Pas Dans La Neige
  10. Le Chien D'avant Garde
  11. La Disparition

Disque : 2

  1. On Est Loin (En Concert - Dvd)
  2. Bright Stones (En Concert - Dvd)
  3. Autour De L'arbre (En Concert - Dvd)
  4. Le Chien D'avant Garde (En Concert - Dvd)
  5. Les Rivières De Janvier (En Concert - Dvd)
  6. Spanish Song Bird (En Concert - Dvd)

Description du produit

Amazon.fr

Après expulsion de la Chambre avec vue d'Henri Salvador qu'elle retapissa avec raffinement en compagnie de Benjamin Biolay, son fidèle complice, Keren Ann, révélation ingénument éthérée de l'année 2000, continue à baliser sa route de folk songs mélancoliques. La Disparition, deuxième album sensuel tissé d'instruments acoustiques (guitares, cordes) et de boucles électroniques, ravive le temps de l'innocence de Françoise Hardy, Jeanne Moreau ou Jane Birkin. Tel un voyage sentimental commenté avec élégance, elle cite Mallarmé, navigue entre radeau et méduse, et vibre aux sons de la harpe de "Surannée". Et ses histoires ont le goût des amours défuntes décrites par l'homme à la tête de chou. Lumineusement crépusculaire. À noter que cette édition collector contient un film de 26 minutes d'un concert acoustique. --Sabrina Silamo


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
Chanteuse asthmatique dont la voix ténue disparait noyée dans la musique avec peut être des textes pas mal; va savoir ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Keren Ann, Hollandaise d'origine, en est à son second album avec 'La disparition'. Ann écrit et compose avec Benjamin Biolay une musique folk d'une tranquillité berçante, aux arrangements raffinés qui épousent parfaitement une voix menue et touchante rappelant Jane Birkin et Suzanne Vega. Au-delà de la classique guitare acoustique folk qui demeure l'instrument de choix, la densité musicale prend chair avec de la harpe, des cuivres, violons, clavecin, les occasionnelles pulsations en boucle, l'échantillonnage rare et une chorale. Au-dessus de tout cela vogue la voix de Keren Ann, douce, transportant mélancolie et chagrin. 'On ne dit rien quand le temps assassin enterre nos amours périssables sous le sable mouvant' chante-t-elle sur 'Le sable mouvant', aussi belle que tristement lucide. Au-delà de la noirceur évoquée survit toutefois l'espoir timide et sensuel qui brille en sfumato, comme une bougie dans les ténèbres. La poésie de Keren Ann tire un bénéfice de sa voix fragile et de son intonation précise, permettant à ses fantômes de mieux nous hanter, jusqu'au mystérieux et chagrineux départ de la pièce titre. 'Rester ou repartir ou bien choisir la disparition'.
Remarque sur ce commentaire 18 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
album tout en délicatesse, différent du premier, plus intimiste, plein de réserve, absolument splendide et inlassable tant cela semble parfait ...et en plus elle nous chante cela avec un sourire permanent, signe de bonheur de nous procurer la joie d'aussi belles chansons .
A quand la suite, en attendant écoutez son album en duo
"Lady & Bird " avec B Johansson
le gratin actuel de la chanson française féminine
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Un album un peu engourdi par une certaine froideur à la première écoute mais qui nous réchauffe l'âme au fur et à mesure que les chansons fondent au creux de nos oreilles.

"Au coin du monde", sur son picking caractéristique de l'univers de Benjamin Biolay, touche beaucoup par l'espoir qu'il dégage et son "Que la lumière soit..." qui illumine les coeurs.

"Le sable mouvant" (qui sera repris en anglais sur son troisième album "Not going anywhere") est une mélodie envoûtante avec son glissando de claviers et son choeur d'enfants pur. "End of May" sera sa traduction anglaise sur l'album folk de l'album suivant, "Not going anywhere".

"Les rivières de Janvier" a également cette mélancolie transie de froid.

Le point faible de cet album s'intitule "La corde et les chaussons" à cause de son habillage R'n'B faussement original. Une mélodie intéressante signée uniquement par son interprète, gâchée par une voix traitée au voïcoder du plus mauvais effet comme Cher et autres "chanteurs" savent si bien en abuser.

"Surannée" (reprise par Jane Birkin puis, plus tard, par Françoise Hardy)est un bijou "classieux" tant par le texte que par la musique. Sublime !Elle deviendra "Seventeen" dans l'album suivant en anglais.

Une autre future reprise faite cette fois par Henri Salavador est "Ailleurs" qui est une chanson épatante et lumineuse qui respire le bonheur de vivre et donne envie de se balader sous le soleil chaud. Les arrangements de cordes de Biolay sont magnifiques. Ma préférée !

"L'illusionniste" est plus morne, moins évidente.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Aprés un superbe premier album, Keren Ann reussi admirablement ce deuxième opus. Les chansons, merveilleuses, sont emplient d'un charme "suranné", et sa voix fragile communique un bonheur intime, quelquepart "au coin du monde". A écouter de toute urgence
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Avec "la disparition", la production a encore gagné en qualité par rapport au précédent album. Par petites touches et avec talent, Biolay illumine les très beaux textes de keren Ann et réussit à mettre en valeur sa voix douce, fragile et cotonneuse. Certes le ton est à la nostalgie, à la mélancolie mais à aucun moment il ne laisse transparaître le moindre maniérisme propre à certaines "artistes" qui polluent la chanson actuellement. Keren Ann, quant à elle, se situerait plus du côté d'une Françoise Hardy, pour sa classe son élégance et sa discrétion.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
On a découvert Keren Ann avec sa biographie de Luka Philipsen ou encore le très réussi « jardin d’hiver » en collaboration avec le talentueux Benjamin Biolay pour Henri Salvador. On la retrouve ici sur son dernier album La disparition, faisant surgir une fois de plus une nouvelle héroine : une créature féminine éthérée, coincée entre la vraie vie et l’ailleurs, nostalgique et pourtant résolument moderne, tragique aussi… Un album de vieilles photos jaunies intemporelles, figeant à jamais des instants de bonheur fugaces, à feuilleter de toute urgence.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique