• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Le Double a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le Double Album – 25 octobre 1989

3.6 étoiles sur 5 16 commentaires client

Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 19,20
EUR 19,20 EUR 6,63
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Cahiers de vacances Cahiers de vacances

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Présentation de l'éditeur

"Le Double, c'est moi". Goliadkine n'en doute pas, Dostoïevski non plus. A cette étrange histoire d'un homme qui rencontre son ombre jumelle, l'auteur répond par un poème pétersbourgeois. Nulle folie ne semble, en apparence, traverser l'esprit de Dostoïevski. Ce n'est pas un jeu de miroirs, bien au contraire : "Je n'ai jamais rien lancé dans la littérature de plus sérieux que cette idée." Pour preuve la fiction ne joue qu'avec son double, la réalité. Bien sûr, Goliadkine et Dostoïevski ne font qu'un. Pour toujours. Le Double devient alors la clef, le passage obligatoire à l'oeuvre de Dostoïevski. Livre de la déraison ouvrant pourtant toutes les portes de l'univers dostoïevskien. Un double s'imagine souvent plus qu'il ne se voit. Il reste au-delà des murs, masqué par un solide principe de réalité. Le trait de Jean-Claude Götting met au défi cette ombre maléfique en donnant un corps, un visage à ce double. Le Double, par l'entremise du dessin, a trouvé un autre double. Le jeu n'en devient que plus excitant.

Biographie de l'auteur

«Jean-Claude Götting est né en 1963. C'est par la bande dessinée qu'il commence, en 1986, sa carrière de dessinateur. En 1987, il reçoit le prix du meilleur album, à Angoulême. Puis il se consacre à l'illustration et à la peinture. Auteur de nombreuses couvertures de romans, il donne un visage au célèbre Harry Potter dans son édition française. Il prépare son retour à la bande dessinée (après treize ans d'absence) avec un long récit, "La Malle Sanderson", à paraître en 2004» ("Le Monde", juillet 2003).

«Jean-Claude Götting est né en 1963. C'est par la bande dessinée qu'il commence, en 1986, sa carrière de dessinateur. En 1987, il reçoit le prix du meilleur album, à Angoulême. Puis il se consacre à l'illustration et à la peinture. Auteur de nombreuses couvertures de romans, il donne un visage au célèbre Harry Potter dans son édition française. Il prépare son retour à la bande dessinée (après treize ans d'absence) avec un long récit, "La Malle Sanderson", à paraître en 2004» ("Le Monde", juillet 2003).

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

3.6 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
Mon bapteme du feu de la littérature russe. Je n'avais pas envie de commencer par un pavé aussi ai-je opté pour ce relativement court roman d'un auteur encensé par la critique. Je ne suis pas deçue !

L'histoire n'est pas très originale puisque le theme du double est extremement present dans les oeuvres de cette epoque (Poe, Hoffman, Stevenson, Maupassant...) mais cette fois, il est traité de façon scientifique avec une veritable recherche sur les symptomes du delire paranoiaque. S'en est justement troublant pendant la lecture puisque les tournures de phrases sont souvent bizarres avec des effets de miroir ("nous aussi nous menerons notre intrigue pour les embeter... pour les embeter nous allons mener notre intrigue." p119), des discordances, des auto-insultes, des repetitions (les fameux "ceci-cela" qui deviennent de plus en plus importantes au fur et à mesure que le recit progresse). On en sort perplexe mais dans le bon sens du terme.

Ce roman, et par là même Dostoievski, est une excellente surprise pour moi. J'ai par consequent acheté Les Frères Karamazov et ai hate de le commencer !

Un petit bemol concernant l'edition : Avant que le roman debute, il y a un preambule signé André Green qui explique les tenants et les aboutissants de l'intrigue. Si comme moi, vous n'aimez pas que l'on vous "spoil" la conclusion, lisez le en dernier.
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Sur quel pied danser? Comment interpréter de prime abord ce texte constamment sur la corde raide, oscillant sans arrêt entre conte fantastique, délire psychanalytique et intrigue philosophique? Au tout début de sa carrière, à peine âgé de vingt-cinq ans -et bien avant Freud-, Dostoievski nous livre, en maître absolu des méandres psychologiques qu'il fut, sa vision du dédoublement de la personnalité, de la schizophrénie, grâce au thème séculaire du Double, du "Doppelgaenger" germanique, du "Wraith of the Living" anglo-saxon. Plus tard, il y aura Stevenson, Borges.
Accompagnant Goliadkine, le personnage principal, dans son inéluctable descente à l'abîme, Comment ne pas se sentir soi-même happé par l'engrenage, un engrenage aussi incompréhensible qu'inplacable? Comment ne pas douter soi-même de ce que l'on a lu, et de son propre entendement? C'est que Dostoievski possède entre tous l'art de nous rendre d'emblée incroyablement proche de ses personnages -affectivement proche, dirons-nous-, de disséquer leur trame mentale en nous faisant, pour ainsi dire, pénétrer de plain-pied dans leurs limbes cérébrales.
"Et pourtant, je n'ai jamais rien lâché de plus sérieux dans la littérature", dira l'auteur postérieurement. Un jugement dont on ne peut qu'être intimement convaincu, à la lumière de ses oeuvres ultérieures, et du trouble qui ne laisse de hanter le lecteur, longtemps encore après
qu'il eut achevé l'ouvrage.
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Suprenant Dostoievski, qui nous offre ici une oeuvre qui pourrait se confondre avec celle de Gogol ! Quoique soupçonnant assez le dénouement de l'affaire, j'ai été tenu en haleine jusqu'à la dernière ligne. C'est tout le talent de Dostoievski qui a su si merveilleusement restituer l'état d'esprit d'un homme dont l'esprit s'est égaré : il erre dans un monde qui emprunte à la réalité mais qui ne se confond pas avec, et qui reste cohérent tout de même. Le héros est finalement aussi rationnel que nous, trait typique des personnalités paranoïaques, ce qui nous entretient dans le doute dans tout au long du roman. Et s'il n'était pas fou finalement ? Et s'il l'est, comment faire la part du réel et du délire dans ce qu'on a lu ?
Je recommande donc ce livre à tous les amateurs de Dostoievski. L'action et le style les emballeront, et ils y retrouveront tout ces personnalités russes exubérantes que le grand auteur russe a su rendre si attachantes.
Remarque sur ce commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par erebus TOP 500 COMMENTATEURS le 14 février 2005
Format: Poche
ce livre plonge le lecteur à l'interieur des méandres de l'esprit d'un personnage qui bascule de l'autre cote du miroir, un personnage qui rencontre réellement son Double, haissable et pourtant jamais detesté, un personnage qui sombre par degrés vers une folie ordinaire...
mais ce livre est aussi un puissant témoignage du génie de Dostoievski en livrant aux lecteurs les clefs d'une reflexion sur le travail et la personnalite des auteurs dont les oeuvres léguées réflechissent les profondes inspirations et les plus grand secrets de la comprehension humaine
flamboyant!
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Johan Rivalland TOP 500 COMMENTATEURS le 30 décembre 2008
Format: Poche
Après avoir lu il y a une quinzaine d'années « l'Idiot », puis quelques années après « Crime et châtiment », j'ai repris ce roman que j'avais commencé de lire il y a longtemps, mais n'avais jamais pris la peine d'achever.
Un roman dans le droit fil du style de son auteur, dans lequel on retrouve à la fois l'atmosphère d'un lieu et d'une époque, la Russie du XIXème siècle, dans sa complexité, son éternelle âme russe aux caractéristiques si particulières, ses convenances, ses hypocrisies et sa noirceur, mais aussi le déréglement de l'esprit humain à son extrême.

L'histoire pathétique d'un homme qui perd la raison et sombre dans une paranoïa aiguë, doublée d'une schizophrénie absolue.
Les décors, les lieux, les personnages défilent dans un enchaînement qui devient de plus en plus désordonné, parfois presque difficile à suivre même par le lecteur tant les idées qui se bousculent dans le cerveau du personnage principal deviennent incohérentes et parfois sans lien avec le réel.
On est emporté dans le délire du personnage, ne sachant plus toujours très bien, comme lui, où l'on va. La multiplication des « ceci ou cela » (volontaire ou non de la part de l'auteur ?) est relativement agaçante et renforce cette impression de désordre, ce qui en fait un roman très imprégné de cette atmosphère frénétique et fiévreuse que Dostoïevski a sans doute voulu créer (on en vient à se demander parfois si l'auteur lui-même avait bien toujours toute sa tête... mais je ne suis pas un spécialiste de littérature, vous m'en excuserez).

Un roman fort et passionné, inquiétant, qui ne laissera pas insensible les amateurs de Dostoïevski.
2 commentaires 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique