undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles
57
3,3 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:14,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 septembre 2014
Beaucoup de sang, tuerie des jours de folie, encore du sang et des morts... presque à toutes les pages. Oui.
A travers se dessine une faible histoire aussi faible qu'improbable.
On sait qu'on est en train de lire un livre ; je n'ai pas été transportée. Rien à voir avec le livre précédent : La Religion qui était passionnant.
Déçue ; tant pis.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 avril 2015
Beaucoup de sang, jusqu'à la nausée. Mais une vraie plume qui nous plonge dans le Paris de 1572 et qui nous y fait ressentir très fortement les émotions des héros, pris au piège dans cet enfer. Je n'ai pas beaucoup de sympathie pour Tannhauser, mais l'auteur sait prendre ses distances avec ce "Dexter" imprévisible. Les descriptions sont souvent somptueuses et peuvent se rapprocher de Malaparte, qui a très bien su aussi magnifier l'horreur ("Kapput"). Par contre, l'invulnérabilité du héros me dérange un peu : alors qu'il éventre, étripe, éviscère, décapite, lui ne reçoit qu'une seule petite blessure (une pierre envoyée par un gamin) et se casse un ongle vers la fin. Pas très crédible… Mais ce n'est pas grave : le souffle épique vaut le détour. Et me donne envie de découvrir "la Religion".
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2015
Après avoir lu et apprécié "La Religion", je ne pouvais que lire cette nouvelle aventure de Mattias Tannhauser et les siens mais, quelle déception ! du sang encore du sang et toujours du sang à toutes les pages. À lui seul, il doit étriper plus d'une centaine d'adversaires tout en se retrouvant lui-même à peine blessé.
Finalement il y a erreur sur le titre, "Rambo à Paris" aurait été tout aussi bien.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2014
D'abord, j'ai trouvé les commentaires déjà publiés absolument appropriés: même veine mais sans doute moins riche que 'Religion', sanguinaire à en éprouver soit la nausée, soit une rare pointe d'ennui, unité de lieu, unité d'action. Si je fais référence à un chef d'oeuvre, c'est pour la profondeur donnée à chacun des personnages et la force, le réalisme de leurs émotions. Il est presque dommage de devoir comparer ce livre à 'Religion'. Si je n'ai mis que quatre étoiles, c'est pour reconnaître la comparaison, et valider ma préférence pour le roman précédent. Dans l'absolu, 'Les Douze Enfants de Paris' reçoivent les cinq étoiles.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2014
Si vous avez aimé "La religion", vous aimerez "Les douze enfants de Paris".
On y retrouve le même souffle épique qui nous avait suffoqué avec son héros, Mattias Tannhauser, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, 7 ans après avoir vaincu les ottomans lors des 4 mois du grand siège de Malte. Sombre à souhait lorsqu'il manie les armes et totalement lumineux dans son rapport avec les humbles, alliant l'aisance d'esprit à la capacité de tuer sans broncher, Tannhauser va débarquer à Paris en pleine Saint Barthélémy pour retrouver son épouse, enceinte.
Prenez un maître d'arme, expert dans l'art de tuer rapidement, dites lui que sa femme est morte après de grands sévices, jetez le au milieu d'un massacre de masse qui a lieu en toute impunité dans la ville la plus grande, la plus sale et la plus corrompue du monde, et vous obtiendrez évidemment un chaudron explosif et jouissif qui va vous tenir en haleine 900 pages. Attention toutefois, âmes sensibles s'abstenir, le sang coule à flot au milieu des poèmes persans, des violes de gambe et des rossignols enchanteurs.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mars 2015
La religion était un roman massue, puissant, choral massif. Prompt à tout ravager comme une charge de soldats fanatisés. Willocks y exprimait une réflexion poussée sur la guerre, l'âme humaine. Ici, hélas, rien de cela, pire. Mathias semble un automate en pilotage automatique, frôlant la psycho pathologie, et déploie sa névrose sur 900 pages. Certes l'idée d'inscrire le récit dans la nuit mythique de la Saint Barthélémy, l'unité de temps, de lieu donnent une densité à l'ouvrage remarquable. Mais, le récit lui n'est pas à la hauteur du cadre, là où la religion racontait l'histoire au travers du regard d'un "passant"qui ne voulait pas être là. Les douze enfants narrent d'abord une vengeance personnelle. Avec les limites même de ce type de récit.
Alors la qualité narrative de l'auteur y est incontestable, mais contrairement à Religion, celui-ci ne marquera pas aussi durablement les lecteurs.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2015
Autant j'ai vraiment aimé "La Religion" et sa description au jour le jour d'un des sièges les plus célèbres de l'histoire méditerranéenne, dans sa complexité politique, stratégique et sociale, autant ce second opus m'a déçu. Par sa violence gratuite, tout d'abord. Tuer pour tuer, sans plus aucune réserve, avec des pics de cruauté totalement indignes pour un chevalier de Malte (par ailleurs marié ?). Pour l'absence d'intrigue, ensuite : impossible de comprendre ce qui a déclenché la folie meurtrière qui s'étale sur les pages du livre, ne fut-ce que les mobiles de ses ennemis. Pour son caractère invraisemblable enfin : Matthias Tannhauser est invincible, même quand il se bat seul contre des dizaines de miliciens. Que dire de son amitié avec un jeune protestant dont il a assassiné les trois frères, de celle qui le rapproche du tueur qui devait mutiler sa femme, de tous ces hommes qu'il connaît par leur prénom avant de les trucider...
Il reste le tableau absolument tragique du massacre de la Saint-Barthelemy, qui est décrit dans toute son atrocité (à défaut d'être analysé dans toute sa complexité historique). Il reste les portraits très émouvants de certains personnages, au tempérament lumineux, comme Clara ou Alice, ou plus complexe, comme ceux de Grymonde, de Pascale ou d'Esther. La description du Paris médiéval fait froid dans le dos, mais elle évoque une série de réalités concrètes dont on a vraiment oublié l'existence.
Dommage que le récit véhicule si peu d'humanité, malgré les moments d'introspection psychologique de plusieurs personnages. Pas facile de vivre dans l'ombre d'un héros aussi dominateur, combattif et imprévisible que Matthias Tannhauser, en particulier pour son fils adoptif Orlandu, relégué à un rôle tout à fait secondaire, si terne (voire incompréhensible) par rapport à celui qu'il jouait dans le premier roman de la trilogie...
Dommage. Qu'est-ce qui se passe donc dans la tête de ce brillant romancier ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'avais aimé La Religion,mais pour cet opus ci, en revanche, pas de publicité. Car ce volume énorme comporte tellement de scènes atroces que ça en devient caricatural. Tannhauser se vautre sans vergogne dans une violence totale. La Religion déjà m'avait bien écoeurée par moments, mais au moins le fond du récit comportait un enjeu héroïque, historique et religieux fascinant. Alors que là, c'est plutôt une histoire personnelle qui tourne à la boucherie, la toile de fond historique étant traitée de manière assez superficielle et secondaire. Par-delà la violence à laquelle le lecteur s'habitue au bout de plusieurs centaines de pages, il faut aussi digérer les quelques tentatives philosophiques émaillant le récit. La préparation de l''accouchement de Carla, entre autres, est un fatras de lieux communs et de billevesées ésotériques, servant probablement de remplissage pour tenter de donner un peu de répit au lecteur. Quant à la fin, l'épopée sur la Seine est carrément grotesque.
Pour finir, il y a malgré tout de bons moments dans ce roman. La plume de l'auteur y est toujours de très belle qualité mais c'est vraiment nettement inférieur à La Religion.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Notation sans rapport avec l'appréciation générale, allez-vous dire. C'est vrai, et je m'en explique. En parfait tragédien britannique l'auteur n'a pas failli à la règle des trois unités:
1) Unité d'action: le héros de l'oeuvre, Tannhnauser, est accaparé par le souci de récupérer sa femme enceinte, Carla, arrivée à terme, tombée, à l'occasion du mariage de Margot avec le futur Henri IV, entre les mains de comploteurs machiavéliques dont l'objectif est de faire assassiner Carla, l'épouse du célèbre chevalier du siège de Malte et d'en imputer le crime aux huguenots afin de justifier le terrible massacre qui va s'ensuivre.
2) Unité de temps: malgré ses 937 pages ce roman se déroule sur 36 heures à partir du 23 août 1572.
3) Unité de lieu: Paris sur fond de Massacre de la St Barthélémy. Là, c'est un peu plus discutable, je reconnais que ça fait une scène très vaste mais relativement puisque Paris a été transformé en souricière.
Ce roman cependant pèche par certains côtés. Je pense que pour être au fait et bien comprendre, il fallait avoir lu au préalable "La Religion" ce que je n'ai pas fait et ça ne semblait pas une condition requise. Le style reste limité (à moins que sur ce plan la traduction n'ait pas tenu toutes ses promesses, mais j'en doute un peu) C'est souvent que Tannnhauser pose l'arc d'Atlan, prend son carquois, se sert de sa "spontone" mot sans doute italien dont je n'ai pas souvenir d'une traduction précise, ou fait l'inverse, c'est bien beau mais ça doit représenter pas mal de lignes. Les sentiments de Carla pour Tannhauser et vice et versa sont à la mesure de ceux "Rodrigue et Chimène" ça fait un peu pompeux...
Mais ce roman est inoubliable par la violence qu'il recèle. Le sang coule continuellement, on a droit à des descriptions anatomiques continuelles dans la façon de donner la mort avec un poignard, un couteau, une flèche, un carreau d'arbalète... et les dégâts que font ces armes font dans un corps humain...Ce qui est stupéfiant c'est qu'à lui tout seul Tannhauser tue au moins cent miliciens à croire qu'il n'a affaire qu'à des moutons de Panurge dont les chefs sont dépassés par les évènements...Ont peut pourtant difficilement reprocher l'architecture générale de l'oeuvre à l'auteur, c'est cohérent même avec l'Histoire du moins pour ce qu'on en sait.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2015
Paris, 1572, ça pue la saleté, la m**** et les entrailles. Ça pue aussi le huguenot, ce mécréant qui se croie supérieur et que les catholiques haïssent plus que tout. Pas grave, la Saint Barthélemy c'est pour aujourd'hui...

Matthias Tannhauser est de retour et vous allez vite voir qu'il n'est pas content. C'est pas grave, nous, on est bien content de revoir sa trogne.

Il n'est pas content donc, car sa femme enceinte en visite à Paris a été enlevée. Et ça Matthias, il ne va pas le pardonner. Et ils vont prendre cher ceux qui se mettront en travers de sa route. Parce que quand tu mords Tannhauser, il fait un malheur !

Après un dantesque et époustouflant "La Religion", Tim Willocks nous conte la suite des aventures de Matthias Tannheuser dans un nouvel opus apocalyptique au cœur de Paris. Un Paris de cauchemar avec des habitants crades, des rues souillées et emplis de souillons. Un Paris dégoulinant de sang et croupissant sous les cadavres en putréfaction.

Mais comment se renouveler après un premier volume qui frappait (c'est le cas de le dire) aussi fort ?

Ce second opus malgré des qualités évidentes n'est pas du même acabit.
L'histoire de la Saint-Barthélemy telle qu'elle nous est contée ici est moins opulente et riche que le siège de Malte du livre précédent.
L'envie d'en proposer un pavé de 1000 pages devient dès lors une opération risquée. Surtout que le choix de Willocks a été de délaisser l'aspect politique au détriment du massacre. Inévitablement, l'auteur enchaîne les longueurs et les répétitions. De plus, 1000 pages de massacre, ça peut vite faire beaucoup.
Cette dernière affirmation est évidemment exagérée à escient par votre chroniqueur, Tim Willocks ayant une large palette d'émotions à faire passer. Et plus d'un tour dans son sac à malices.

1) Ce livre, c'est avant tout une magnifique histoire d'amour qui va faire vibrer chaque parcelle de votre corps. Vous serez vite subjugués par ce lien indéfectible qui unit Matthias à Carla, sa femme. Deux êtres aux caractères et tempéraments diamétralement opposés mais aux âmes inexorablement mêlées.

2) Mais ce n'est pas tout, au delà de la violence extrême, c'est bien le rapport à l'enfant, le questionnement sur la maternité et la paternité qui sont au centre du livre.
La difficulté de donner naissance à un enfant (physiquement ou métaphoriquement), de l'élever, de lui donner une direction, une voie, un chemin. Que ce soit pour un jour ou pour la vie.
La paternité n'est-elle que biologique ou se développe-t-elle intuitivement ? Comment se positionner en modèle ? Avec quelle légitimité ? Oui, ce livre est loin d'être aussi bourrin qu'il en a l'air et son titre n'est pas anodin. L'est-il jamais quand il est judicieusement choisi ?

3) Les personnages principaux (et il y en a beaucoup !) sont admirablement croqués. A commencer par Tannheuser évidemment, cette espèce de guerrier aux talents multiples, icône fascinante d'un monde en perdition, un vengeur quasi-indestructible et à la rage meurtrière. L'autre personnage effarant créé par Willocks est Grymonde dît l'Infante, sorte de Quasimodo au QI et à l'intelligence développés dont la puissance fait rugir les pages où il figure. Et évidemment, tous autres enfants du titre couvés par Matthias et dont chacun est un joyau de la couronne apposé sur le crâne de Willocks.
Pour le reste du casting, on se perdra plus dans la multitude de personnages secondaires mais vu les durées de vie de beaucoup d'entre eux, ce n'est pas bien grave.

On pourra donc reprocher à Tim Willocks son manque d'ambition au niveau de la trame et une répétition des scènes gores à outrance. Oui mais voilà, le bonhomme est talentueux et même ses répétitions valent leur pesant d'or. C'est répétitif mais c'est viscéral, charnel, organique.
Il puise son écriture dans le sang, tel un encrier mortel, pour alimenter sa verve et faire bourgeonner les sensations qu'il plante en nous tout le long de son récit.

Et pourtant, dans ce bruit, ce tumulte, cette fureur émerge de la sagesse, du bon sens, de la pensée philosophique et pacifique. La patte Willocks. Cet homme a un talent fou.

"C'est un mauvais jour, dit Tannhauser, mais il passera, comme le font tous les jours, bons ou mauvais. Et même dans un mauvais jour, on peut trouver de bons moments, en cherchant bien."

"- Pourtant les saisons tournent.
- Ah, elles tournent ! Comme le font les étoiles, comme une roue sans s'arrêter. Elles ne connaissent ni mois, ni années, ni commencement, ni fin, parce qu'il n'y a pas de fin. Il n'y a que ce qui vient après. Combien de temps dure un rêve ? Ou un souvenir ? Ou une étreinte ? Et si on ne peut pas répondre à ça, comment pourrons-nous dire combien de temps dure une vie ? Sans parler de la Vie Elle-même ?"

Si la chronique vous a plu, d'autres vous attendent sur www.cestcontagieux.com !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

16,99 €
9,99 €
9,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)