• Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats en France métropolitaine. Détails
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
État: D'occasion: Très bon
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

Draconian Times [Import anglais] Import

4.6 étoiles sur 5 22 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
6 neufs à partir de EUR 20,58 12 d'occasion à partir de EUR 6,33
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Paradise Lost


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Draconian Times [Import anglais]
  • +
  • Icon
  • +
  • One Second
Prix total: EUR 43,23
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (12 juin 1995)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Mfn
  • ASIN : B000024IXL
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 22 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 204.623 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Description du produit

Critique

Après quatre premiers albums techniquement corrects mais restés assez confidentiels, Paradise Lost connut son premier vrai grand succès avec Draconian Times. Pourtant l’album s’éloignait déjà des standards du doom metal pour poser un pied dans le métal symphonique.
S’ils perdirent en rage ce qu’ils gagnèrent en maturité artistique, les musiciens de Paradise Lost signèrent là leur plus grosse réussite commerciale et leur entrée dans la cour des grands. On retrouve ainsi là quelques-uns des standards du groupe comme « Halloween Land », « The Last Time » ou « Yearn for Change ».
Étrangement, pourtant, avant de s’attaquer au métal symphonique après ce disque, Paradise Lost choisit les expérimentations post-new wave pour ne revenir au gothic metal pur et dur que près d’une dizaine d’années plus tard.

Benjamin D'Alguerre - Copyright 2017 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par kikisboy le 23 décembre 2016
Format: CD Achat vérifié
apres les avoirs vu a donington en 1996, je suis reste fan , draconian times, superbe , gros son, belle presentation de cette version collectorr
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Skaven le 13 septembre 2016
Format: CD
Même si ses membres ont pu être taxés de "Posers" à l'Epoque, il n'empêche qu'en 1995, Paradise Lost entre dans la Cour des Grands. Un Groupe à son Sommet Artistique; un Album superbe et majestueux qui symbolise la Quintessence, la Symbiose parfaite entre Doom British (Anathema, My Dying Bride) et Gothic Metal. Le Titres sont des Brûlots jusqu'à "Shadowkings" inclus, la seconde Moitié du CD étant un Cran en-dessous.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Skaven le 13 septembre 2016
Format: CD
Même si ses membres ont pu être taxés de "Posers" à l'Epoque, il n'empêche qu'en 1995, Paradise Lost entre dans la Cour des Grands. Un Groupe à son Sommet Artistique; un Album superbe et majestueux qui symbolise la Quintessence, la Symbiose parfaite entre Doom British (Anathema, My Dying Bride) et Gothic Metal. Le Titres sont des Brûlots jusqu'à "Shadowkings" inclus, la seconde Moitié du CD étant un Cran en-dessous.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Skaven le 13 septembre 2016
Format: CD
Même si ses membres ont pu être taxés de "Posers" à l'Epoque, il n'empêche qu'en 1995, Paradise Lost entre dans la Cour des Grands. Un Groupe à son Sommet Artistique; un Album superbe et majestueux qui symbolise la Quintessence, la Symbiose parfaite entre Doom British (Anathema, My Dying Bride) et Gothic Metal. Le Titres sont des Brûlots jusqu'à "Shadowkings" inclus, la seconde Moitié du CD étant un Cran en-dessous.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Skaven le 13 septembre 2016
Format: CD
Même si ses membres ont pu être taxés de "Posers" à l'Epoque, il n'empêche qu'en 1995, Paradise Lost entre dans la Cour des Grands. Un Groupe à son Sommet Artistique; un Album superbe et majestueux qui symbolise la Quintessence, la Symbiose parfaite entre Doom British (Anathema, My Dying Bride) et Gothic Metal. Le Titres sont des Brûlots jusqu'à "Shadowkings" inclus, la seconde Moitié du CD étant un Cran en-dessous.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Hellblazer TOP 1000 COMMENTATEURS le 8 mai 2011
Format: CD
Paradise Lost a affiché jusqu'au très grandement mesestimé Host une évolution sincère et logique, parti du doom-death le plus brut pour arriver à une galette aux sonorités que l'on compara (honteusement ou à juste titre... et alors ?) à Depeche Mode. Une évolution d'ailleurs en tous point comparable à celle de Moonspell, puisque ce dernier, tout comme Paradise Lost est reparti depuis quelques disques dans le doom-death de ses débuts, certes plus moderne, mais quand même. Bref.

Quelque part dans cette évolution, il y a eu le décollage avec Shades of God, encore brut mais déjà subtilement dosé et très empreint de la patte du groupe, avec déjà leur son. Ensuite, Icon a enfoncé le clou, avec des hits comme Embers Fire ou True Belief. Ce disque tapait fort et visait haut, fort d'un succés mérité. Et puis un beau jour de 1995, alors que je buvais un Morbid Angel (cocktail qui tue) au Ministry - hardcore café (le meilleur bar du monde, paix ait son âme) à Paris (la cap... euh, pardon, vous connaissez), je demandai au taulier de passer du Paradise Lost (oui, on pouvait demander ce qu'on voulait, et ça passait sur une sono en béton... un rêve !). M'attendant à entendre les premiers accords de Icon, quelle ne fût pas ma surprise avec cette ligne de piano qui ouvre Enchantment sur Draconian Times, suivie d'un monstrueux mur de grattes... Ô joie, larmes de bonheur, pétrification immédiate... j'étais scotché et m'en souviendrai toujours.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Hellblazer TOP 1000 COMMENTATEURS le 29 juin 2011
Format: CD
Paradise Lost a affiché jusqu'au très grandement mesestimé Host une évolution sincère et logique, parti du doom-death le plus brut pour arriver à une galette aux sonorités que l'on compara (honteusement ou à juste titre... et alors ?) à Depeche Mode. Une évolution d'ailleurs en tous point comparable à celle de Moonspell, puisque ce dernier, tout comme Paradise Lost est reparti depuis quelques disques dans le doom-death de ses débuts, certes plus moderne, mais quand même. Bref.

Quelque part dans cette évolution, il y a eu le décollage avec Shades of God, encore brut mais déjà subtilement dosé et très empreint de la patte du groupe, avec déjà leur son. Ensuite, Icon a enfoncé le clou, avec des hits comme Embers Fire ou True Belief. Ce disque tapait fort et visait haut, fort d'un succés mérité. Et puis un beau jour de 1995, alors que je buvais un Morbid Angel (cocktail qui tue) au Ministry - hardcore café (le meilleur bar du monde, paix ait son âme) à Paris (la cap... euh, pardon, vous connaissez), je demandai au taulier de passer du Paradise Lost (oui, on pouvait demander ce qu'on voulait, et ça passait sur une sono en béton... un rêve !). M'attendant à entendre les premiers accords de Icon, quelle ne fût pas ma surprise avec cette ligne de piano qui ouvre Enchantment sur Draconian Times, suivie d'un monstrueux mur de grattes... Ô joie, larmes de bonheur, pétrification immédiate... j'étais scotché et m'en souviendrai toujours.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus