Acheter d'occasion
EUR 16,55
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par tousbouquins
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Expédié par avion depuis Londres; prévoir une livraison entre 8 à 10 jours ouvrables. Satisfait ou remboursé
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

Dragontown [Import anglais] Import

3.9 étoiles sur 5 9 commentaires client

5 d'occasion à partir de EUR 14,02 1 de collection à partir de EUR 6,00
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Alice Cooper


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • CD (9 octobre 2001)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B00005NVJI
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 3.9 étoiles sur 5 9 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 430.449 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
3:58
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
2
30
4:34
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
3
30
5:04
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
4
30
3:37
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
5
30
4:05
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
6
30
5:20
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
7
30
3:32
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
8
30
4:33
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
9
30
3:43
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
10
30
3:51
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
11
30
4:38
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
12
30
3:53
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 

Description du produit

Critique

Bon cru. Alors là, Alice nous prend joliment à contre-pied ! Non seulement vient-il à peine de clôturer ce qui demeure sa meilleure tournée depuis bien longtemps, mais en plus investit-il déjà dans nos bacs avec le digne successeur de Brutal Planet, un disque qui passe même à la vitesse supérieure, en remplaçant les quelques emprunts indus de son prédécesseur par autant d’hymnes heavy dont notre grand-guignol préféré a le secret. Comme en plus, il a soigneusement évité le piège de la surproduction sur lequel il avait plusieurs trébuché (Trash notamment), l’on déguste au final un bien gouleyant album-concept (évidemment), la visite de Dragontown (et d’autres endroits comme “Disgraceland”) dont Alice Cooper reste le cerbère (“I Am The Sentinel”) autant que le maître de cérémonie. Sortez le mascara, c’est la fête au village !… -- Compact

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Clôturant la saga initié sur "Brutal planet", Alice Cooper nous régale une nouvelle fois d'un album sombre, dans la continuité de son prédécesseur, avec toute fois quelques morceaux plus enlevés, tel "Triggerman" ou le cynique et parodique "Disgrace land".
Toujours produit par Bob Marlette, producteur de NIN et du controversé projet solo Metal indus (TWO) de Rob Halford, Alice nous offre une dernière fois un Hard Metal de haute tenue, avant de revenir un peu plus tard, pour un doublé beaucoup plus Rock'n'Roll, mais dans une même constante qualité. Increvable ce Cooper. 18/20
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Un peu comme le fut Bowie en son temps, Alice Cooper a toujours su témoigner de son époque au travers d'épisodes musicaux à expérimentations variables. Sorte de Ziggy funèbre, artiste protéiforme, celui que nombreux considèrent en tant le maître de l'absurde est en fait un personnage complètement concerné par les évènements, comme par un monde en constante évolution. Visionnaire sur son dernier exercice de style, le voici qui franchit une nouvelle dimension pour mieux nous entraîner au caeur d'un espace sans issue, dans lequel déchéance et damnation posent la question de notre salut. Toujours aussi théâtral dans son approche musicale, à tel point que l'on en oublierait parfois le fond au profit de la forme, Vincent Furnier met une nouvelle fois des mots sur les démons qui nous environnent, histoire de nous faire réfléchir au-delà de sa propre expérience, voire de ses propres peurs.

Alors que la question d'une faillite mondiale projetait ses murmures funèbres sur un monde en proie au doute dans Brutal Planet, Dragontown s'interroge sur l'après mort. Cette étape si particulière qui, dans la plupart des religions, décide de notre condition dans l'autre monde. Dans cet album, au travers duquel l'archiprêtre Cooper va s'ingénier à mettre le doigt sur nos angoisses, la beauté du futur et à la culpabilisation du présent, on ajoutera également en filigrane, le mystère de la justice de Dieu.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Après le phénoménal "Brutal Planet", voilà qu'Alice Cooper nous sort un deuxième petit bijou! Pas beaucoup d'artiste peuvent en dire autant et encore moins le faire!

Album beaucoup moins sombre que le précédent, toutes les titres sont d'une excellente facture et sont dignes d'...Alice Cooper! (contrairement aux deux opus suivants qui sont d'une fadeur incompréhensible). Une nouvelle dose de satire sur le monde dans lequel on vit et ses innombrables dérives: ce qui fait marcher le monde (Sex, Death and Money) ou encore le génocide rwandais (Somwhere in the Jungle). Encore bravo!
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Hellblazer TOP 1000 COMMENTATEURS le 1 avril 2002
Format: CD
Mr Vincent Furnier serait-il en panne ? Quand arrêtera t'il de se payer notre tête ainsi ? Quand ressortira t'il un grand album de la trempe de "Last temptation" ? En effet, "Thrash", "Hey Stoopid" et "Last temptation" étaient excellents, mais depuis, malgré un rythme de livraisons régulier, la qualité baisse : si Brutal planet était moyen, Dragontown ne relève pas franchement le niveau. Non pas que ce soit un mauvais album, mais il n'y a absolument RIEN de nouveau sous le soleil d'Alice Cooper, et ça commence à sentir le réchauffé. On reprend fard et santiag', collant spandex et on repart en croisade avec son serpent... Alors "Dragontown" reste un album de hard rock tout à fait honnête, soyons francs, doté d'un gros son, de murs de guitares et morceaux pas dégueus, mais il affiche une linéarité soporiphique et une redite extraordinaire, située aux antipodes de l'évolution qu'on aimerait lui voir adopter. On aimerait lui dire : Alice, les 90's, c'est fini ! C'est pour cela que j'ai noté dur : d'un génie comme Alice Cooper on ne peut pas attendre du moyen ou du médiocre, car il a délivré au monde musical des pierres angulaires du métal, et le voir ainsi patauger à presque 60 ans dans ses propres clichés fait de la peine, voire de la pitié. Je conseille donc ce disque aux fans de l'artiste, dont je fais partie, mais certainement pas à un public qui cherche à le découvrir.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Sorti peu après Brutal Planet , Dragon Town se veut être la suite du disque qui avait marqué le grand retour d'Alice.

A l'époque Alice se posait directement en concurence avec Marilyn Manson qui avait osé prétendre à sa couronne.
Cela lui avait plutot bien réussi sur Brutal Planet , même si l'on sentait un manque de musicalité certain dûe au fait que c'était le producteur de l'époque qui avait écrit / joué toutes les compos de l'album.

Sauf que l'on a d'emblée l'impression d'écouter les faces B de Brutal planet et que la formule riff lourd / guitare Wah Wahen en intro atteint ses limites.
Le comble est que la moitié des morceaux n'ont quasiment aucune mélodie , et Cooper ne s'y est pas trompé car lors des concerts de l'époque les meilleures chansons étaient jouées en Medley en ouverture ( histoire de les expédier plus rapidement....) : "sex death money" et "dragowntown".

Le reste des morceaux est mal mixé ( on entend parfois à peine la voix de Cooper) , mal écrit ( fantasy man contient des rimes indignes de son talent) , mal interprété ( digraceland est un pale remake de "damned if you do" sur l'album Lace and Whiskey ) , mal pensé ( le morceau qui clôt est insignifiant).

Cooper comprendra très vite que la mayonnaise ne prend pas et l'album suivant "the eyes of alice cooper" optera vers un retour au rock pêchu.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus