Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 7,49

Économisez
EUR 0,21 (3%)

TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Du côté de Canaan par [Barry, Sebastian]
Publicité sur l'appli Kindle

Du côté de Canaan Format Kindle

4.4 étoiles sur 5 11 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 7,49

Longueur : 336 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé

Descriptions du produit

Extrait

Premier jour sans Bill

Bill n'est plus.
Quel bruit fait le coeur d'une femme de quatre-vingt-neuf ans quand il se brise ? Sans doute guère plus qu'un silence, certainement à peine plus qu'un petit bruit ténu.
À quatre ans je possédais une poupée de porcelaine que j'avais reçue par une étrange transition. La soeur de ma mère, qui vivait là-bas à Wicklow, l'avait conservée depuis son enfance, et me la donna comme une sorte de souvenir de ma mère. A quatre ans, une telle poupée peut être précieuse pour d'autres raisons, en particulier pour sa beauté. Je vois encore son visage peint, serein et oriental, et la robe de soie bleue qu'elle portait. A mon grand étonnement, ce cadeau rendait mon père soucieux. Il le dérangeait d'une manière que je ne pouvais pas comprendre. Il disait que c'était trop pour une petite fille, même s'il vouait une véritable adoration à cette même petite fille.
Un dimanche, environ un an après qu'on me l'avait donnée, j'insistai pour l'emmener à la messe, malgré les protestations et les longues explications de mon père, qui était religieux au sens où il voulait croire en une vie après la mort. Il misait de tout son coeur là-dessus. D'une certaine manière il estimait qu'une poupée n'était pas une fidèle convenable.
Je l'emmenai obstinément à la pro-cathédrale dans Marlborough Street et, peut-être en raison de la forte atmosphère de sérieux, elle me tomba accidentellement des bras. Jusqu'à ce jour je ne suis pas certaine, pas complètement, de ne pas l'avoir laissée m'échapper, animée par une impulsion étrange. Si je l'ai fait, je l'ai immédiatement regretté. Le sol de la cathédrale était dallé et dur. Sa belle robe ne put la sauver; son visage parfait heurta la pierre et s'écrasa plus encore qu'une coquille d'oeuf. J'en eus le coeur brisé par la même occasion, de sorte que le bruit de son anéantissement devint dans ma mémoire enfantine le bruit de mon coeur qui se brise. Et bien que ce fût le fruit de l'imagination d'une petite fille, je me demande aujourd'hui si ce n'est pas le même bruit que fait un coeur de quatre-vingt-neuf ans, réduit en miettes par le chagrin : le petit bruit ténu d'une coquille écrasée.
L'impression qu'il procure ressemble à un paysage englouti par une crue dans l'obscurité complète, où tout, foyer et étable, hommes et animaux, est terrifié et se sent menacé. On dirait que quelqu'un, une grande agence, une sorte de CIA des cieux, connaît bien le petit mécanisme dont je suis faite, la façon dont il est enveloppé et réglé, et possède le livret ou le manuel pour le démonter, ce à quoi elle s'emploie, rouage après rouage, fil après fil, sans la moindre intention de l'assembler de nouveau et totalement indifférente au fait que toutes mes pièces sont éparpillées et perdues. Je suis tellement pétrifiée par le chagrin que je ne trouve nulle part le réconfort. Je porte sous mon crâne une sorte de sphère en fusion à la place de mon cerveau, où je brûle dans l'horreur et la détresse.

Revue de presse

Son récit commence à Dublin, «certainement avant la Grande Guerre», car Willie, le frère, paraît bien jeune dans les souvenirs. Il combat trois ans, tombe en Picardie. Des vies volées dans des batailles qui nous dépassent, elle en verra défiler. A 19 ans, fraîchement débarquée à Chicago pour fuir la sentence de mort prononcée contre son fiancé (qui fricotait avec l'Armée républicaine irlandaise), Lilly voit le jeune homme se faire assassiner devant un autoportrait de Van Gogh, alors que le couple visite l'Art Institute. Elle court dans une robe «maculée de sang» entre des immeubles «flous et vagues» - Barry a des images de grand mélo, plan américain, travelling, il raconte comme on filme. Elle s'enfuit à Cleveland, devient employée de maison, rencontre un homme. Il disparaît, la laisse seule avec un fils, Ed, que le Vietnam brisera. Bill est son fils à lui, élevé par sa grand-mère, dernier maillon du cortège des sacrifiés. A ce niveau, oui, on pourrait s'imaginer Sebastian Barry en pâtissier d'émotions qui accumule les couches de drames. Sauf qu'il y a surtout chez lui le goût du romanesque, celui de la fresque et du rebondissement en embuscade. Et puis l'écrivain a de quoi se défendre : aussi incroyable soit-elle, cette histoire est celle de sa famille, du moins celle de son arrière-grand-père, James Patrick Dunne, chef de la police municipale de Dublin et père de Lilly...
Etre «du côté de Canaan», c'est passer en Terre promise, c'est aussi devenir immigrant et toujours le rester. (Thomas Stélandre - Libération du 6 septembre 2012)

A la veille de mourir, une vieille dame égrène ses souvenirs et les drames qui ont jalonné son existence. Un livre poignant et sensible de Sebastian Barry...
Avec, toujours, cette lumière de la mer qui vient la consoler et l'inviter à ne pas rompre le fil fragile de son récit. C'est ce contraste entre une extrême noirceur et une délicatesse tchékhovienne qui fait le prix du roman de Sebastian Barry. D'un livre à l'autre, depuis Annie Dunne - traduit en 2005 chez Joëlle Losfeld -, il met en scène les mêmes drames familiaux, des tourmentes qui, toutes, reflètent le destin de son pays en mêlant l'intime et le collectif, la fragilité des êtres et la brutalité de l'Histoire. Voilà pourquoi l'oeuvre de ce solitaire qui se dit viscéralement irlandais est si précieuse : comme le requiem d'une époque à laquelle, assise à sa table de Formica, la douce Lilly ajoute sa petite musique de nuit. (André Clavel - Lire, octobre 2012)

Une vie que cette Irlandaise catholique, née à Dublin à l'aube du XXe siècle, reconstitue en détail au gré d'une confession sans fard, sans apitoiement non plus. Voilà bien ce qui rend sa parole fascinante : à la fois nostalgique et lucide, accablée et vaillante, la vieille dame oppose une rage sourde à un fatum qui l'a d'emblée aiguillée sur les rails du malheur...
La croix de Lilly semble impossible à porter, et cependant la plume de Sebastian Barry est si sensible, si peu apprêtée, que le lecteur n'a jamais envie de lâcher un tel récit. Celui d'un destin individuel terriblement soumis aux aléas de l'Histoire. (Delphine Peras - L'Express, novembre 2012)

Lilly, vieille Irlando-Américaine, se remémore sa vie et celle des siens. Une belle page de la généalogie romanesque créée par Sebastian Barry...
Délaissant au milieu des années 1980 la poésie où, dit-il, il fit " ses apprentissages ", Sebastian Barry se tourne vers le théâtre et écrit notamment Le Régisseur de la chrétienté (Editions théâtrales, 1996), dans lequel il met en scène les derniers jours de Thomas Dunne, ancien chef de la police de Dublin. Après quoi il composera son premier roman, Les Tribulations d'Eneas McNulty (Plon, 1999), où il conte avec lyrisme la longue et tragique errance d'un Irlandais né avec le siècle. Un motif qu'il reprend aujourd'hui dans Du côté de Canaan. Entre les deux, passant des McNulty aux Dunne, il va offrir avec Annie Dunne (Joëlle Losfeld, 2005) et Le Testament caché (Joëlle Losfeld, 2009) deux beaux portraits de femmes, largement inspirés par ses grand-tantes, auxquels il faut désormais ajouter celui de Lilly Bere, née Dunne...
Sombre en ce qu'elle dépeint une lignée prise dans les rets d'un siècle meurtrier, la confession de Lilly sait aussi - et c'est sa magie - s'illuminer de ses rires, de ses joies, de son regard empreint de bonté et de délicatesse à l'égard des êtres comme de la beauté sauvage d'une nature avec laquelle elle communie. (Christine Rousseau - Le Monde du 15 novembre 2012)

Le romancier irlandais retrace le parcours d'une cuisinière de 89 ans à travers les hommes de sa vie. Elle a 89 ans et elle a décidé de mettre fin à ses jours. L'Irlandaise Lilly Bere revient sur sa longue histoire avant d'y apposer un point final. Les souvenirs l'assaillent de tous côtés mais ne lui apportent plus la chaleur réconfortante d'un plaid. Son petits-fils est mort dans des conditions tragiques et plus rien dorénavant ne la rattache à l'ennui des jours. Le romancier Sebastian Barry, né à Dublin en 1955, raconte une femme simple et une histoire complexe. Le dramaturge ne s'appesantit sur rien. On est dans les gestes discrets et dans les mots aériens. Les uns et les autres se parlent aux alentours de la douleur en prenant bien soin de ne pas la réveiller un peu plus...
L'ancienne cuisinière se souvient du plaisir de voir des biscuits confectionnés par ses soins sortir d'un four encore chaud. Elle a toujours préféré les petites victoires (sans sang) aux grandes victoires (avec sang). Lilly Bere continue de penser que l'expression "rien à redire" reste un immense compliment. Alors on regarde, derrière son épaule, sa vie minuscule. C'est ce qui vient à l'esprit : rien à redire. (Marie-Laure Delorme - Le Journal du Dimanche du 25 novembre 2012)

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 1071 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 336 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (23 janvier 2014)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00HM7F09K
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 11 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°28.654 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

click to open popover

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Gerard Müller TOP 100 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 2 mars 2016
Format: Poche Achat vérifié
Du côté de Canaan/Sebastian Barry
Un livre bouleversant : je suis abasourdi au moment de refermer ce très beau roman qui aborde notamment la vie dure que connurent les Irlandais émigrant aux Etats-Unis à la fin du XIX é et au début du XXé siècle.
Que de drame ! Que de tendresse ! Que d’émotion tout au long de ce récit fait par Lilly Bere âgé de 89 ans qui se souvient.
Du fond de sa petite ville des Etats-Unis, elle compte les jours d’après. D’après la mort de son petit fils, Bill, qui s’est suicidé à l’âge de 19 ans, de retour de la Guerre du Golfe au Koweit.
Chaque jour Lilly se remémore le lointain passé d’abord et puis plus près.
Fille de James Patrick Dunne et de Cissie morte à sa naissance, elle est élevée par son père chef de la police de Dublin au service de Sa Majesté la reine d’Angleterre. Nous sommes bien avant l’indépendance de l’Irlande.
« Il était l’ennemi de la nouvelle Irlande, ou de ce qui est devenu l’Irlande actuelle…Il ne doit pas être inscrit dans le livre de la vie, mais jeté dans l’étang de feu, son nom ne doit pas être prononcé…Mais je n’ai reçu de lui que de la bienveillance. »
Son enfance à Dublin est assez misérable, et son père n’a pas choisi peut-être le bon camp. Les mouvements indépendantistes sont très actifs et la violence règne.
Son frère chéri, Willie est tué lors da Première Guerre Mondiale.
Un des mémorialistes de sa disparition revient de France est raconte la mort de Willie : c’est Tagd Bere, qui va peu à peu se rapprocher de Lilly.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par traversay TOP 100 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 10 décembre 2012
Format: Broché
A 89 ans, au crépuscule d'une vie émaillée de tragédies, Lilly n'est pas en colère. Ni contre Dieu ni contre la folie destructrice des hommes qui a provoqué la perte de ceux qu'elle aimait : frère, mari, petit-fils. Non, cette irlandaise émigrée en Amérique depuis longtemps n'a pas de colère en elle. Mais elle est lucide, mélancolique et prête pour le grand saut. Mais avant cela, il lui faut livrer son histoire, sa traversée du siècle marquée par les guerres dévoreuses de destins. Comme un testament, ultime témoignage avant d'écrire le mot fin. Sebastian Barry, l'auteur de Du côté de Canaan, se glisse avec agilité dans la peau de cette vieille dame, digne et jamais geignarde. Dans ce roman écrit avec délicatesse et humanité, dans un style d'une belle élégance, Barry alterne petites riens du quotidien présent et retour sur un passé tumultueux. Une façon habile de s'écarter d'un récit trop linéaire où la mort frappe plus souvent qu'à son tour. Certaines coïncidences ou hasards sont à peine crédibles mais tout le talent romanesque de l'écrivain est de rendre tout plausible ou presque. Et on admire au passage l'art de portraitiste de Sebastian Barry, sa capacité à rendre palpable le passage du temps, sans s'appesantir, avec une sorte de légèreté qui contraste avec la douleur des deuils que connait son héroïne, petit soldat au coeur généreux, finalement brisé en mille morceaux. Même si leurs histoires n'ont rien à voir, la Lilly de Barry est comme une petite soeur de l'Emily de Stewart O'Nan.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Eminian TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 17 février 2014
Format: Broché
Sebastian Barry né en 1955 à Dublin, est un écrivain irlandais. Il est l'auteur de pièces de théâtre, de romans et de poèmes, publiés depuis le début des années 1980. La consécration est venue en 2008 avec Le Testament caché. Le roman Du côté de Canaan est sorti en 2012.
Lilly Bere a quatre-vingt-neuf ans, à l’heure de sa fin proche, elle rédige ses mémoires ou plutôt sa confession. Début du XXe siècle, obligée de fuir son Irlande natale avec son fiancé Tadg Bere, condamné par l’IRA, Lilly arrive en Amérique où le jeune couple tente de se construire une vie à Chicago. Mais la menace armée va anéantir leur rêve et Lilly, désormais seule va s’enfuir vers Cleveland où elle trouve une place d’employée de maison. Quand Joe Kinderman, un inspecteur de police entre dans sa vie, la jeune femme espère prendre un nouveau départ.
Je n’en dis pas plus, le bouquin recèle de multiples évènements et Lilly aura une vie bien remplie comme vous le découvrirez vous-mêmes en lisant ce roman. Car vous allez le lire !
Je ne sais par quoi commencer pour chanter les louanges de ce livre.
Lire la suite ›
2 commentaires 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents