EUR 29,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Du moderne au brutalisme ... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Du moderne au brutalisme : 13 villas à l'épreuve du temps Reliure à spirales – 10 octobre 2013

Retrouvez toute notre sélection de livres à paraître, précommandez dès maintenant !


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Reliure à spirales
"Veuillez réessayer"
EUR 29,00
EUR 29,00 EUR 61,84
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Top NYP 2017 Top NYP 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Description du produit

Extrait

Villas modernes, l'épreuve du temps

Construites il y a quarante ou cinquante ans, ces treize villas sont ici mises à l'épreuve du temps. Il ne s'agit pas de dresser un constat d'huissier sur l'état des lieux, mais de mettre en perspective leur modernité sous des regards croisés. L'architecture moderne s'est théorisée en France sous l'influence de Le Corbusier dans un esprit essentialiste, fondé à la fois sur les mathématiques, la suite de Fibonacci, les tracés régulateurs, et d'autre part sur une approche éthologique, une étude des comportements, une rigoureuse formalisation des besoins, des usages... dont le modulor synthétise la figuration et les échelles spatiales pour les jeunes architectes français des années soixante. Cela n'exclut évidemment pas du projet une attention aux aspects contextuels, à la fois topographique, climatiques, culturels et plus largement anthropologiques... L'architecture moderne est donc «de partout», mais jamais «de nulle part» dès lors que son architecte s'attache au genius loci.
Moderne un jour, moderne toujours... La formule sur le mode d'un slogan commercial de cette époque résume bien le sens de ce recueil ! Qu'apprendre à voir de cette architecture, en paraphrasant Bruno Zevi ? Encore et toujours une leçon sur la relation de l'homme à son habitat. Esprit radical de l'architecture moderne, non dans le sens d'un dogmatisme ou d'un formalisme extrême, mais dans sa volonté d'aller à l'essentiel, de l'habiter. Ce sont les points durs, les fondements conceptuels, les invariants de cette architecture soumise à l'érosion du temps, à l'effacement de l'anecdote, les traits saillants de cette modernité qui peuvent encore donner prise, prendre sens, et restent donc aujourd'hui à saisir.

Pourquoi treize villas modernes ?

Les programmes de logements sociaux et collectifs des grands ensembles, les programmes d'équipements scolaires, sportifs, hospitaliers... en bref pourquoi préférer à quelques commandes publiques, treize villas dont la place dans le paysage architectural semblera anecdotique ? Réalisations effectivement marginales dans le bilan statistique de la construction durant cette période, elles sont majeures dans son récit architectural. À l'exception de quelques opérations manifestes ou expérimentales comme la Cité Radieuse, le corset financier et technique, la normalisation de la production du logement social et de la commande publique brident très fortement à cette époque la liberté de conception des architectes. Dans ce contexte, aucun contact direct ne s'établit entre l'architecte et le futur occupant ou usager, séparés par l'écran d'une médiation aux formes multiples. L'échange entre l'architecte et son client, les visions et les intentions qui se matérialisent dans le projet, les objectifs et enfin la possibilité de recueillir parfois la parole de l'un et de l'autre, tous ces aspects de cette commande privée valent à chacune de ces villas une expression architecturale singulière, l'espace privilégié d'un récit plus libre, plus profond, des conceptions de l'architecte. Quelles villas choisir ? Évidemment, les programmes de villas de grand standing élargissent le champ conceptuel de l'architecte, bien au-delà des nécessités jusqu'aux contingences les plus particulières du client. Mais nous avons aussi été attentifs à la nature de la relation entre les protagonistes, au mode de réalisation du chantier, à la diversité des sites, urbains ou ruraux, aux personnalités des architectes...

Un avenir en partage

Les protagonistes de ces réalisations, propriétaires et architectes, sont de la même génération, celle de la jeunesse de la Libération. Ils avaient quinze à vingt ans en 1945. Quelques années plus tard ils entreprenaient ensemble la construction de ces villas. Ils partageaient l'espoir d'un avenir meilleur. Au-delà des clivages sociaux, tous participaient à l'émergence d'une modernité. Chacun, dans la sphère du travail, dans celle de la vie privée, à travers tous les aspects d'un destin individuel, prenait sa part à la dynamique d'un futur anticipé, en rupture de passé.
Cette vogue progressiste des années cinquante et soixante laisse, sur le sable des quartiers pavillonnaires, l'empreinte d'une vague de villas «modernes» au moins dans l'esprit de leurs constructeurs. Une vaste palette depuis les modèles de préfabrication industrielle les plus économiques, les constructions sur plans types subventionnés par l'État, jusqu'aux quelques grandes villas, commandées à ces jeunes architectes, souvent inspirés par celles de Le Corbusier ou les icônes américaines de la maison individuelle, réalisées par Franck Lloyd Wright, Richard Neutra, Mies van der Rohe, Marcel Breuer...

Biographie de l'auteur

Architecte et historien, Jean-Loup Marfaing est chargé d'étude principal au Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (CAUE) de la Haute-Garonne. Il a dirigé et publié plusieurs ouvrages dans les domaines du patrimoine, de l'architecture du XXe siècle et de l'histoire urbaine. Docteur en histoire et civilisation et administrateur de la Fondation Le Corbusier, Rémi Papillault est professeur HDR en architecture à l'ENSA (Ecole nationale supérieure d'architecture) de Toulouse. Il a publié des recherches et articles portant principalement sur la patrimonialisation entre ville et architecture au XXe siècle, autour des projets de Léon Jaussely pour Barcelone, de Candilis, Josic et Woods pour Toulouse le Mirail, et de Le Corbusier à Chandigarh, en Inde.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?