Cliquez ici Cliquez ici Cloud Drive Photos nav_Renewed Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
16
4,5 sur 5 étoiles
Ecce Homo : Comment on devient ce que l'on est
Format: Poche|Modifier
Prix:4,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


le 28 avril 2007
Voilà un livre comme on en a rarement fait. Nietzsche est bien le maître des titres et des sous-titres : ça commence très fort avec le maintenant légendaire "Ecce Homo, comment on devient ce que l'on est". 4 chapitres : "Pourquoi je suis si sage", "Pourquoi je suis si malin", "Pourquoi j'écris de si bons livres", et finalement "Pourquoi je suis une fatalité".

Nietzsche reprend ses thèmes de prédilection : l'influence du climat sur le corps et l'esprit, Wagner, Dionysos contre Apollon, la lourdeur de l'Allemagne ("Seule la vilenie absolue de notre culture allemande - "son idéalisme" - peut m'expliquer tant soit peu pourquoi, sur ce chapitre [la nutrition], j'étais arrivé à un point qui confinait à la sainteté")... Voilà qui devrait d'une part permettre d'écarter beaucoup des accusations portées à son encontre après le détournement de ses textes par sa soeur ("Quand je cherche mon plus exact opposé, l'incommensurable bassesse des instincts, je trouve toujours ma mère et ma sœur."), et d'autre part nous éclairer sur l'appréciation personnelle de Nietzche sur son oeuvre. Voici le roi des rois ? A vous de juger.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juillet 2013
Incontournable en effet pour comprendre le philosophe car comme son titre l'indique sous forme de "boutade" iconoclaste c'est une bonne présentation de lui-même qui aide à comprendre l'homme douloureux et solaire qu'il fut.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 septembre 2013
Selon son auteur - F Nietsche - il s'agit la de son livre le plus accessible. Quand bien meme, il faut parfois relire une ou plusieurs phrases pour entrevoir le message. A lire quand on est intellecuellement disponible.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 27 février 2011
Ce livre est une sorte d'autobiographie de F. Nietzsche avec des courts commentaires sur ses propres livres, sur ses préférences littéraires et musicales, sur le christianisme et l'avenir de l'humanité. Il explique aussi pourquoi il est un vrai immoraliste.
Nietzsche insiste sur l'influence très importante de Schopenhauer dans sa vie: `J'ai nié ma volonté de vivre jusqu'au moment où j'ai lu Schopenhauer'. Ses auteurs préférés sont H. Heine, Byron, Stendhal, P. Loti, P. Mérimée, A. France et G. de Maupassant. Etant un compositeur lui-même, il aime surtout la musique de Rossini, Chopin, Schütz, Haendel, Liszt, Bizet et Bach.

Un vrai immoraliste
Un vrai immoraliste doit confirmer une double négation: d'abord, l'homme soi-disant suprême, bon, bienveillant et bienfaisant, et, d'autre part, la morale altruiste chrétienne. Il appelle à une réévaluation de toutes les valeurs. Des concepts tels que Dieu, l'âme, la vertu, le péché et la vie éternelle sont de simples imaginations, inventées par les mauvais instincts de natures malades. Tous les problèmes de politique, d'organisation sociale et d'éducation ont été falsifiés parce qu'on a pris les hommes qui étaient les plus nuisibles, pour des êtres hors proportion.

Christianisme
Ne pas voir les méfaits du christianisme est le crime par excellence contre la vie, contre l'humanité. La morale chrétienne est du vampirisme pur, la forme la plus maligne de la volonté de mentir. Il est un fait consternant que des propos anti-nature ont reçu les plus grands honneurs et ont été consolidés sous forme de lois et d'impératif catégorique. Le Christianisme a inventé l'âme pour ruiner le corps. Sa Bible n'est que l'expression de la volonté de supprimer la vérité. Ses saints sont les plus grands calomniateurs du monde et des violeurs de la vraie nature de l'homme.

Optimiste
F. Nietzsche reste, néanmoins, fondamentalement un optimiste, parce que les hommes sont attirés par ce qui est interdit. Par conséquent, sa philosophie triomphera un jour, parce que les vrais hommes trouveront que ce qui était interdit, était en fait la vérité. Dionysos sera plus fort que la doctrine du Crucifié.

Ce livre est une bonne introduction au style rageur, au raisonnement avec le marteau, aux principaux thèmes, aux batailles homériques et aux obsessions immorales d'un personnage fascinant. Mais, certains aspects de sa philosophie sont inacceptables à cause de leur agenda égoïste sans pitié.
Une lecture obligatoire pour tous les fans de Friedrich Nietzsche et tous les amoureux de la philosophie occidentale.
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2000
Nietzsche fait partie des auteurs dont il est souhaitable de commencer l'oeuvre par la fin. ECCE HOMO est à la fois un état des lieux des convictions de Nietzsche avant l'effondrement de Turin, et une sorte de notice explicative de son oeuvre... C'est un livre didactique comme il en existe peu, écrit avec fougue et aisance, délicieusement provocateur mais essentiellement honnête. Nietzsche pousse l'Homme à se regarder en face. Pour moi, la philosophie s'est arrêtée là, à l'aube du XXème siécle, même si Camus, qui s'appuiera beaucoup sur la pensée de Nietzsche dans ses essais, tentera de relancer la réflexion dans une Europe intellectuellemnt frigide et stérile(exception faite de la politique du Général de Gaulle, à mon sens). Toute personne se considérant comme "un esprit libre", écartant les dogmes et la démagogie, se doit de se mesurer à ce livre "dynamitte". Pour finir, ECCE HOMO est le seul livre qui dans ce monde de plus en plus uniforme et terne, me donne une étincelle de gaitée, voire d'espoir...
22 commentaires| 81 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2014
Ce livre, un des derniers écrits par Nietzsche, nous présente son oeuvre en de saisissants raccourcis. Il revient sur sa vie aussi, ses conflits avec l'université, Wagner, les allemands. C'est très intéressant dans le fond et dans la forme. Encore que j'aurai parfois aimé avoir le texte allemand pour mieux comprendre certains passages. L'édition Folio bilingue résous ce problème.
Dans ce texte, que d'orgueil! Mais Nietzsche était conscient de sa valeur et n'avait pas de fausse modestie. Il est un des maîtres de la philosophie matérialiste. J'ai vu aussi dans ce texte combien des philosophes modernes comme Michel Onffray s'étaient imprégnés de ses idées.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2012
Qui ne connaît Nietzsche ou n'est rentré dans son univers de philosophie de la vie, profite de cet ouvrage lumineux où Nietzsche, quelque part et à postériori, s'adresse à eux.
"pourquoi j'écris de si bon livre" dit-il.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2008
Ha ... même si dans l'introduction on nous avertir que ce livre n'est pas une autobiographie ... Nietzsche cite néanmoins les moments dans sa vie où il a pris conscience de son "erreur", les lieux où il a siégé ... Ses pensées ici plus explicite que jamais ... On ne sera jamais plus proche de Nietzsche que dans ce livre ...

A lire après "Ainsi parlait Zarathoustra" et même après tous ces premiers phamplets :), car un passage du livre et consacré à établir des sortes de préfaces de tous ces livres antérieurs par lui-même et ses sensations en les écrivant et elle les révisant ...
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEE #11000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 15 novembre 2008
Nietzsche a écrit cette autobiographie intellectuelle en 1888. Il s'agit de l'une de ses dernières oeuvres. Elle n'a été publiée que plusieurs années après sa mort, en 1908. La dernière phrase de Ecce Homo donne le sens de l'ouvrage où Nietzsche se présente comme "Dyonisos contre le Crucifié".

L'orgueil de lui-même (Nietzsche) saisit le lecteur, l'ouvrage étant composé autour de chapitres intitulés : Pourquoi je suis si sage, Pourquoi je suis si avisé, Pourquoi j'écris de si bons livres, Naissance de la tragédie, Les Inactuelles, Humain trop humain, Aurore, le Gai savoir, Ainsi parlait Zarathoustra, Généalogie de la morale, Crépuscule des idoles - comment philosopher à coups de marteau, le cas Wagner, Pourquoi je suis un destin.

"Je connais le sort qui m'est réservé. Un jour, mon nom sera associé au souvenir de quelque chose de prodigieux - à une crise comme il n'y en eut jamais sur terre, à la plus profonde collision de consciences, à un verdict inexorablement rendu contre tout ce qu'on avait jusqu'alors cru, réclamé, sanctifié. Je ne suis pas un être humain, je suis de la dynamite."

"Je suis le premier à voir la véritable opposition qui existe entre, d'une part l'instinct en voie de dégénérescence qui se dresse contre la vie dans une rancune souterraine (le christianisme, la philosophie de Schopenhauer, et, en un sens, déjà celle de Platon, l'idéalisme tout entier en sont des formes typiques), et, d'autre part, une formule d'acquiescement supérieur, née de la plénitude de la surabondance, un oui dit sans réserve à la vie, et même à la douleur, et même à la faute, à tout ce qu'il y a de déroutant et de problématique dans la vie..."

Il y a un certain sens de la prophétie chez ce philosophe, même s'il se trompe. Etant antichrétien, il anticipe que le combat de la vérité contre ce qu'il nomme "le mensonge millénaire" - le christianisme sera d'une radicalité sans nom. Le mensonge, c'est tout l'inverse, celui de l'idéologie et non le christianisme. Soljenitsyne l'exposera avec toute son exceptionnelle intelligence dans L'Archipel du Goulag, tome 1 : L'Arrestation, 1918-1956.

Nietzsche annonce des temps funestes, qui advinrent : première guerre mondiale (exacerbation de la rivalité mimétique entre les deux peuples français et allemands Achever Clausewitz de René Girard), la Révolution russe, la Shoah.

"L'idée de politique se sera alors résorbée en une guerre des esprits, toutes les formes de pouvoir de l'ancienne société se seront volatilisés - car toutes reposent sur le mensonge: il y aura des guerres comme il n'y en a jamais eu sur terre. Ce n'est qu'à partir de moi qu'il y aura sur terre une grande politique."

L'intéressante opposition à Wagner est à relire dans la rivalité mimétique dévoilée par René Girard dans La Voix méconnue du réel. Nietzsche a aimé sans limite l'épouse de Wagner, Cosima et n'a pu aboutir dans la conquête de cette dernière. Il voulait en fait imiter Wagner.

Nietzsche a été d'une fidélité à son orgueil absolu qui l'a conduit à la folie.
22 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2014
Est-ce parce que c'était son dernier ouvrage avant de sombrer dans la folie ,mais ce livre est vraiment différent .
Par contre,on se demande si sa soeur l'a lu
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

L'Antéchrist / Ecce Homo
8,80 €
Le gai savoir
6,40 €
Humain, trop humain
8,10 €
Par-delà bien et mal
13,66 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)