EUR 25,49
  • Tous les prix incluent la TVA.
LIVRAISON GRATUITE en France métropolitaine. Détails
Il ne reste plus que 2 exemplaires en stock - passez vite votre commande.
Livré et vendu par Amazon dans un emballage certifié « Déballer sans s'énerver par Amazon ». Emballage cadeau disponible.
Ege Bamyasi a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

Ege Bamyasi

4.5 étoiles sur 5 6 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
14 neufs à partir de EUR 17,80 1 d'occasion à partir de EUR 143,00
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Can


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Ege Bamyasi
  • +
  • Soundtracks (Lp+Mp3) [Import anglais]
Prix total: EUR 52,52
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • Album vinyle (16 juin 2014)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Mute Records
  • ASIN : B00HVP9ZFS
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5 6 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 38.137 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
9:30
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
2
30
4:49
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
3
30
5:36
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
4
30
3:32
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
5
30
10:32
Album uniquement
6
30
3:06
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
7
30
3:04
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 

Description du produit

Ege Bamyasi est le 4e album studio de Can. Pitchfork l a classé #19 des « 100 albums des années 70 » et pour Melody Maker, cet album prouve que « Can est sans aucun doute le groupe de rock expérimental le plus talentueux et le plus consistant d Europe ».


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 6 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Moins abrupt, sombre et impitoyable que "Tago Mago", moins éthéré et apaisé que "Future Days", "Ege Bamyasi" est un chef d'oeuvre en même temps qu'un album de transition, comme d'ailleurs tous les disques de Can - qui sont des albums de transition entre des albums géniaux et d'autres albums géniaux. Celui-ci est par ailleurs le plus éclectique, sans pour autant verser dans l'hétéroclite comme certains albums plus tardifs. Ca commence par une longue éruption de - comment dire? - de funk avant-gardiste, oui c'est ça: dix minutes où le batteur Jaki Liebezeit montre comment aller encore plus loin que la rythmique de James Brown dans la version longue de "Cold Sweat", sur fond de guitares distordues et de grognements agressifs (mais ne vous y trompez pas, tout ça groove monstrueusement). "Sing Swan Song" est une très belle ballade d'outre-monde, agrémentée de claviers cristallins et d'effets électroniques. "One More Night" est absolument incroyable: cinq minutes de groove midtempo imparable, avec des riffs de claviers jazz-funk entrelacés d'un bon goût tout simplement renversant. Il y a "Soup", qui commence comme si les Stones jouaient tout d'un coup avec un virtuose de la batterie - oui, je me répète, mais ce batteur est vraiment extraordinaire - avant de virer au collage électroacoustique hurlant. Il y a même des chansons pop de trois minutes, comme "Vitamin C" et "I'm So Green" (mélodies simples et envoûtantes sur fond de batterie diabolique; c'est la rencontre de l'indie avec le meilleur du jazz-rock) et "Spoon", qui ajoute ses harmonies insinuantes à une rythmique électronique annonçant avec cinq ans d'avance les réussites de Kraftwerk et de la période berlinoise de Bowie ("Low" surtout). Bref, un must, et sans doute un des plus accessibles pour ceux qui découvrent ce "genre" de musique.
Remarque sur ce commentaire 21 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Stefy TOP 1000 COMMENTATEURS le 21 décembre 2016
Format: CD
Un classique du groupe que ce toujours fascinant "Ege Bamyasi". Can est un groupe allemand qui décide sciemment de déjouer tous les codes du rock traditionnel pour créer une sorte de rock de l'est, une musique continentale toujours très proche de l'expérimentation libre. Entre le non-chant de Damo Suzuki et la batterie à la fois primitive et distinguée de Jaki Liebezeit, un batteur énorme à la folle créativité constante, tout est permis pour que la guitare de Michael Karoli, la basse de Holger Czukay et les synthés de Irmin Schmidt s'interstissent et dessinent une toile somptueuse et frétillante, un univers sonore coloré et chamarré.

Sur cet album studio de 1972, Can dévoile toutes ses facettes. Il y a d'abord ces deux longs morceaux, le tendu "Pinch", mené jusqu'à son terme avec une belle maitrise sur plus de neuf minutes, et les plus de dix minutes de "Soup". Qui n'en est clairement pas une mais la tambouille est insolite. Elle finit par se perdre à mi-parcours dans un de ces délires typiques de l'époque, entre Zappa et Daevid Allen, quelque peu prévisible, risible et embarrassante. Là, Can se perd en s'engouffrant dans un horrible cliché qui parait aujourd'hui bien daté. Mais cela fait également partie du processus créatif de Can: chercher, expérimenter, essayer des trucs, quitte à se planter. En outre, 5 minutes d'errements sur les 40 du disque, c'est raisonnable.

Mais c'est bien les cinq autres titres, courts, qui ici font particulièrement mouche.
Lire la suite ›
9 commentaires Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Fondé à la fin des années 60, Can fût un groupe majeur de la très riche scène allemande et a lontemps figuré parmi le groupes les plus novateurs et les plus originaux de toute la planète Rock. Can est le fruit de la rencontre entre des "intellectuels" las de la musique "sérieuse", Irmin Schmidt, ancien musicien classique aux claviers, Holger Czukay, ancien ingénier du son de musiciens expérimentaux (collaborateur de Stokhausen) à la basse, venus chercher la spontanéïté auprès de musiciens issus du Rock, le guitarriste Michael Karoli et le premier chanteur Malcolm Mooney, ainsi qu'un batteur issu du Jazz, Jacky Liebezeit. Mooney a rapidement été remplacé par Damo Suzuki, recruté par le groupe alors qu'il chantait dans les rues pour payer son voyage en Europe. Le groupe n'ayant pas réussi à le remplacer après son départ, en partie à cause du rejet de certains chanteurs par un public moins ouvert qu'on ne pourrait le penser, les parties vocales ont ensuite été assurées principalement par Michael Karoli.

Durant leurs premières années, les musiciens de Can ne composaient presque jamais : il improvisaient sur des thèmes et des bases rythmiques, selon le même principe les musiciens de Jazz. Ils enregistraient et mixaient le résultat dans leur propre studio et publiaient les meilleures prises. En concert, chaque morceau était une création et non une interprétation. Même le chanteur improvisait chant et paroles.

Can a exploré de nombreuses pistes et ouvert de nouvelles voies: des effets électroniques bien entendu, mais aussi des collages sonores.
Lire la suite ›
2 commentaires 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Rechercher des articles similaires par rubrique