• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
En mer - Prix Médicis Etr... a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

En mer - Prix Médicis Etranger 2013 Broché – 29 août 2013

3.4 étoiles sur 5 17 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00
EUR 9,01 EUR 0,77
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • En mer - Prix Médicis Etranger 2013
  • +
  • Canada - prix Fémina étranger 2013
Prix total: EUR 37,50
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Je n'avais pas vu les nuages. Ils ont dû se rassembler dans mon dos. Ils ont dû s'avancer sur ordre de Dieu sait quoi. Les voilà qui voguent en rangs serrés devant l'étrave. Des galets plats, gris ardoise dans le ciel. Un gigantesque mobile fait de nuages, comme il y en avait un autrefois, suspendu au-dessus de son berceau
Les nuages assombrissent le matin. Ils privent la mer de lumière. Pendant des heures la lune a éclairé les vagues et veillé sur le voilier comme une lampe de chevet. Mais maintenant la lumière est éteinte et je me retrouve seul.
Il faudrait que le matin se lève. Il faudrait plus de lumière.
Mais il fait de plus en plus sombre, comme si le bateau retournait s'enfoncer dans la nuit. Comme si j avais le choix : reculer ou avancer. Retourner au début du voyage, ou continuer jusqu'à la fin. Mais je n'ai pas le choix. Je ne suis plus maître à bord.
Il faut que je regarde la carte. Il faut aussi que je boive quelque chose, mais je ne retrouve plus le thermos de thé. Et pourquoi la boussole ne répond-elle plus ? Pourquoi dois-je me concentrer sur des choses que je fais d'habitude sans réfléchir ?
On dirait que les nuages sont accrochés à du fil de pêche : des ovales flottants, énormes. Il va pleuvoir. C'est ce qu'ils disent. Et avec la pluie vient le vent, en violentes bourrasques. Tout ça est à la fois prévisible et imprévisible.
Il faut d'abord que j'amène les voiles, question de sécurité. Le vent va les déchirer. Ensuite, il faut que je me préoccupe de l'orage tapi dans les nuages. Je l'entends gronder, au loin. Bientôt les éclairs vont tomber, en longues torsades, à la recherche d'un endroit où frapper.
Dans les ports où j'ai mouillé, j'en ai entendu, des histoires de voiliers frappés par la foudre. Ils se fendent par le milieu. Prennent feu. La foudre touche le sommet du mât et une milliseconde plus tard la coque et tout, absolument tout à bord est détruit.
Toujours les mêmes histoires, répétées par d'autres marins. Je ne connais personne qui ait vraiment été frappé par la foudre. Pourquoi mon bateau intéresserait-il les éclairs ? Il est trop petit ; le mât ne fait pas quinze mètres au-dessus de l'eau. Une goutte dans la mer. Ça n'a aucun sens de frapper mon bateau. Mon bateau n'a aucune importance.
Je descends dans la cabine, à la recherche de mon téléphone portable. Il faut que je le planque dans le four, dont la cabine du voilier est équipée. Dans le port de Thyboron, j'ai rencontré un pêcheur qui faisait pareil. La foudre n'a pas besoin de frapper pour tout détruire, disait ce pêcheur. La charge électrique d'une pluie d'orage suffit à abîmer les choses : Everything breaks down, you know. Seul le four est sûr. Le four est une cage de Faraday. Le seul endroit où rien qui vienne de l'extérieur ne pénètre.

Revue de presse

Une traversée maritime et psychologique qui est aussi ne belle réflexion sur la paternité et l'identité masculine. [...] Ici, l'accident est une brisure profonde dans ce qui constitue le fondement intime d'une identité, celle d'un père, d'un mari et d'un homme. [...] Pourtant, après avoir affronté l'effroi, l'homme est encore là, anéanti, et c'est dans cette présence mise à nue, éphémère et fragile, si consciente de sa propre finitude, que résident toute son humanité, sa beauté et sa grâce. --Avril Ventura, Le Monde

Toine Heijmans excelle à distiller le stress à coups de détails apparemment insignifiants et d'informations inquiétantes (vraies ou fantasmées) lâchées avec la plus totale équanimité. Il y a, surtout, l'écriture, bluffante de maîtrise pour un premier roman, hypnotique, par moments hachée, avec des phrases se succédant au rythme des vagues d'une mer en colère. A l'arrivée, un roman marin que l'on serait tenté de qualifier de thriller s'il n'était pas aussi littéraire, mais aussi une réflexion très actuelle sur ces sujets (relations au sein du couple, de la famille, vacuité de la vie professionnelle) qui sont, bien souvent, au c ur de notre mal-être. --Alexis Liebaert, Le magazine littéraire

La construction du roman est remarquable. [...] On sait depuis longtemps que les odyssées fournissent un cadre narratif solide à qui veut raconter une histoire : huis clos, immensité et aléas. En mer, tout est possible, tout devient vraisemblable. Le premier roman de Toine Heijmans s'appuie sur cet axiome pour raconter le voyage intérieur d'un homme en quête de sens. Fin, subtil, mais, plus que tout, exact. --Santiago Artozqui, La quinzaine littéraire

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par BMR TOP 500 COMMENTATEURS le 11 avril 2014
Format: Format Kindle Achat vérifié
Toine Heijmans est un journaliste hollandais. Après quelques ouvrages professionnels, voici son premier roman : En mer. Couronné du Médicis étranger, ben ça alors. Et tous les blogs en parlent.
Alors on se méfie un peu du roman facile à la mode mais on essaye quand même, on commence d'abord par l'extrait numérique ebook des premières pages et puis on clique vite sur acheter la suite car dès les premières pages on a lu, on a vu, que le journaleux écrivait plutôt bien. Et même très bien.
L'histoire d'un homme, l'histoire d'un père. Visiblement pas très à l'aise, pas tout à fait à sa place, dans son rôle social, de mari, de père ... Pas mal dépressif le gars. Il a pris un congé sabbatique et est parti faire un tour en mer de quelques mois. Il revient au port et pour la dernière étape, il a embarqué sa fille Maria qui était venue le rejoindre. Reste plus que deux jours de mer avant la dernière escale.
Mais dès les premières pages, on sent que ça va très très mal se passer. D'ailleurs il le dit !

[...] Jusqu’à présent tout s’était bien passé, et tout allait bien se passer.

Il part en vrille le bonhomme. Dépressif, ça on a dit. Maniaque et un brin obsessionnel aussi. Avec sa fille Maria, il veut bien faire. Prouver à la face du monde en général et à celle de son épouse Hagar en particulier qu'il est un bon père, un bon mari, un homme responsable, un bon gars bien à sa place dans la société. Une obsession qui rappelle un peu celles de David Vann.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Ce court roman de 160 pages réussit l'exploit de nous bluffer en partageant l'état d'esprit du narrateur, un type plein d'allant, animé d'intentions louables, mais vite gagné par l'angoisse et saisi d'une paranoïa démentielle lorsque surgit le doute. Celui qui fait perdre tous les repères et noircir un tableau jusque là idyllique.

J'ai beaucoup apprécié cette plongée vertigineuse et délirante, le suspense psychologique et la construction en flashback qui nous tient d'autant plus en haleine ! Puis survient la fin ... véritable soufflé sorti du four trop tôt, dégonflé par l'air ambiant.

Sérieusement, quelle déception ! Quelle supercherie. J'en attendais davantage et je regrette que l'auteur n'ait pas osé pousser plus loin son sujet (ou du moins ne fallait-il pas en promettre autant de la part de l'éditeur ?!). Une belle arnaque. Mais les 3/4 de la lecture n'en demeurent pas moins stupéfiantes !
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Dégoûté de la vie de bureau, le narrateur (nous ne connaîtrons son nom que très tard dans le livre) décide de prendre une pause. Il part en mer sur son beau voilier rouge. Pour la dernière étape, qui le ramènera du Danemark aux Pays Bas, il sera accompagné par sa fillette qui, en dépit de ses sept ans, a le pied marin, n'a pas son pareil pour lover les amarres et même, prend la barre par temps calme. Le voyage s'annonce donc serein et plein d'une tendre complicité entre un père et sa fille.
Mais au loin, le ciel se couvre, la tempête menace.
« En mer » est le premier roman de Toine Heijmans. Et pour un coup d'essai, c'est un coup de maître ! Quel chef-d’œuvre ! Abouti, tellement dense, tellement prenant. On est happé, ballotté en tous sens, semblable à ce petit voilier rouge, coquille de noix au milieu des flots hostiles.
Il ne compte guère que cent cinquante pages, mais plus, on ne le supporterait pas. La pression est si forte, le cœur lâcherait.
La traversée commence sur du velours. Attention toutefois. C'est le navigateur qui parle. Il nous donne sa vision des choses. Mais est-ce la vérité ? Son bateau s'appelle « Ismaël », du nom de ce personnage de « Moby Dick » qui, « finalement, survit à tout. Il s'embarque sur un baleinier, poussé par la vengeance et la fureur, à la recherche de la baleine blanche qui finira par avoir raison du navire tout entier. » La batterie de son téléphone portable est presque déchargée. Sa fille a peur d'une silhouette qu'elle prend pour un mort. Il commence à entendre des voix.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par channe.jeff TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 22 août 2013
Format: Broché Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs ( De quoi s'agit-il? )
Depuis le temps qu'il en rêvait, Donald a entrepris son périple en mer du nord en solitaire sur son voilier sauf pour la dernière étape : il embarquera sa fille de 7 ans au Danemark pour voguer vers les Pays Bas et le retour en famille. Le voyage s'annonce comme un merveilleux instant de partage entre une fillette très dégourdie et son père attentionné. Un moment privilégié, rêvé, idéalisé. Mais un coup de vent s'annonce en mer du nord et très vite, il faut prendre des décisions irréversibles, continuer la route, attendre que le coup de vent s'épuise... Donald s'angoisse et puis, l'inconcevable, la fillette disparait en pleine nuit et en pleine mer. Que faire ? Les réminiscences du passé, la vie de famille, la vie au travail, la solitude de Donald, son mal-être et finalement cette catastrophe, comment affronter tout cela. En 155 pages, vous êtes embarqué en empathie avec la tempête qui sévit dans le crane de cet homme. Jusqu'à la chute finale. Laissez vous emporter par la vague des mots et des émotions. Grand coup d'air dans le cœur. A lire
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?