EUR 11,02
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats en France métropolitaine. Détails
Il ne reste plus que 3 exemplaires en stock - passez vite votre commande.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Ermanno Wolf-Ferrari: Vio... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Ermanno Wolf-Ferrari: Violin Concerto, Op. 26; Serenade for Strings

4.7 étoiles sur 5 3 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
14 neufs à partir de EUR 6,80 4 d'occasion à partir de EUR 7,35
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Détails sur le produit

  • Interprète: Radio-Sinfonieorchester Frankfurt - Ulf Hoelscher
  • Chef d'orchestre: a. Francis
  • Compositeur: Wolf-Ferrari
  • CD (19 août 2002)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Cpo
  • ASIN : B000001RYB
  • Autres versions : CD
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5 3 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 163.875 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Violin Concerto Op. 26 In D Major: Fantasia
  2. Violin Concerto Op. 26 In D Major: Romanza
  3. Violin Concerto Op. 26 In D Major: Improvviso
  4. Violin Concerto Op. 26 In D Major: Rondo Finale
  5. Serenade For Strings In E Flat Major: Allegro
  6. Serenade For Strings In E Flat Major: Andante
  7. Serenade For Strings In E Flat Major: Scherzo
  8. Serenade For Strings In E Flat Major: Finale

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Ermanno Wolf-Ferrari (de son vrai nom Hermann Friedrich Wolf), compostieur né à Venise en 1876 et mort dans la même ville en 1948, maîtrisait parfaitement les langues italienne et allemande : en effet, son père était allemand. A l'adolescence, il s'intéressait beaucoup à la peinture, mais très vite se tourna définitivement vers la musique, devenant l'élève du grand Joseph Rheinberger à Munich. A seize / dix-sept ans, il composa une "sérénade" pour orch. à cordes en mi bémol majeur (qu'il orchestrera quelques années plus tard), qu'il dédiera à son professeur bavarois. De par sa structure et son modèle, cette pièce en quatre mouvements est bâtie sur le parangon de la "Petite Musique de Nuit", sérénade pour instr. à cordes de Wolfgang Amadeus Mozart. On y décèle, malgré l'ambiance néo-classique de l'oeuvre, une légère influence du jeune Richard Strauss. Il remportera cependant son premier gros succès avec l'opéra "Le Donne curiose", créé à Munich en 1903 ; en 1906, c'est la consécration avec l'opéra "I Quattro Rusteghi". A noter que jusqu'au début de la première guerre mondiale, il était le compositeur d'opéras vivant le plus interprété, avec Giacomo Puccini et Richard Strauss. Cette guère le marqua profondément et il entra dans une profonde crise psychique, qui assombrit sa création et donc sa célébrité. Au seuil de la seconde guerre (à la fin de sa vie), il se tourna vers l'écriture d'oeuvres de musique de chambre ou orchestrale.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Un concerto pour violon qui compte parmi les plus beaux! Ulf Hoelscher y est sidérant.... Voilà un enregistrement qui devrait être dans toute compacothèque de mélomanes avertis
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Ce romantisme désuet est touchant de naïveté, par son refus de mourir. C'est la dédicace d'un homme âgé à la femme vive et jeune .Les émois adolescents d'un septuagénaire! Attachant et troublant...
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com (beta) (Peut contenir des commentaires issus du programme Early Reviewer Rewards)

Amazon.com: 4.6 étoiles sur 5 4 commentaires
3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Surprising 30 août 2012
Par Rita Barata - Publié sur Amazon.com
Format: CD Achat vérifié
Although Wolf Ferrari is not between the more executed composers in the concert rooms his music is gorgeous. This concert is a beautiful jewel in the XIX/XX century music
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 an excellent introduction to two unjustly neglected works 9 mars 2015
Par Discophage - Publié sur Amazon.com
Format: CD
It seems not just unfair but entirely arbitrary that violin concertos like those of Korngold, Glazunov, Wieniawsky or Goldmark should retain a place, even if a modest and fringe one, in the repertory, and that Wolf-Ferrari's should be near-by forgotten. You may not like that kind of neo-romantic, heart-on-sleeve, all-out lyrical style, you may find it hopelessly passé for its time of composition - and, in 1943, it certainly was, sounding as if it had been composed fifty years earlier - but if you do have a soft spot for that kind of style, it is as full of gorgeous tunes as it is finely orchestrated. Jascha, Itzhak, where have you been? It was written for and is dedicated to the controversial and sulfurous violinist Guila Bustabo (the American performer who spent world war II in Nazi Germany), then in her mid 20s, with whom 70-year-old Wolf-Ferrari seems to have enjoyed a more than purely professional relationship, and there is a recording of her from much later, November 1972, with Rudolph Kempe in Munich, found on Bustabo Legacy (and belying the otherwise very informed liner notes' claim that she didn't concertize any more after 1966). Ulf Hoelscher's interpretation provides an excellent entry into the music: it isn't as big-toned as Bustabo's, not as intensely passionate and not as vividly in your ears, but it is fine-toned nonetheless, more sweet and tender and somewhat more refined, not as fiery in the Finale but more playful. Of course it doesn't have the same historical significance as Bustabo's recording, but, other than the fact that it makes, in itself, a perfectly good case for the music, it presents, over hers, the immense advantage of being available for cheap. Those ready to shell out 100 times more for Bustabo's recording (and I'm not kidding, this is the proportion at the time of writing), by all means, should: but they need to be aware that Bustabo's version is NOT 100 times better than Hoelscher's.

The Serenade for strings is an early work of Wolf-Ferrari, written in 1893 or 1894 while he was still a student of Rheinberger in Munich and dedicated to his teacher. It's a light-hearted, warmly lyrical work (and the Andante are particularly beautiful), which can take pride of place among such Serenades for strings, those of Dvorak, Tchaikovsky, Hugo Wolf, Suk and Elgar, but also, to mention some less famous ones that I've heard recently, those of Volkmann and Reinecke (Robert Volkmann, Carl Reinecke: Serenades). In fact, as with the Violin Concerto, it is incomprehensible that it isn't performed and recorded more often, and I can only attribute its neglect to the laziness of performers and record companies, just too happy to endlessly plow the same furrows.

In these days when the death of classical music - or at least its representation on records - is trumpeted by all the gloom-heralds, and maybe even with some justification, one must genuflect in gratitude to independent labels like Cpo for having made this repertoire available - but it was 20 years ago, in the heydays of the CD. TT 62 minutes.
13 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Wolf Ferrari Violin Concerto revisited 12 février 2004
Par Gianluca La Villa - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Although the effort by the violinist Ulf Hoelscher and the conductor Alun Francis has to be judged appreciatively, their performance of Wolf Ferrari violin concerto cannot be compared in any way to the brilliant, nervous, legato and masterly performance by the great dedicatee the violinist Guila Bustabo, a Hubay pupil, recorded in the Classical record Bustabo legacy, Rudolf Kempe conducting in 1972.
It seems strange that the booklet commentator states incorrectly that Miss Bustabo concluded her concert career in 1966!
Possibly not even Hoelscher has listened to her recorded performance before his own, which would have given him a more appropriate model to interpreting this nice concerto.
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Guila Bustabo would be proud of this recording 1 juin 2015
Par tacks31 - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Excellent performance.
Ces commentaires ont-ils été utiles ? Dites-le-nous