Acheter d'occasion
EUR 5,31
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Édition lu en bon état avec traces d'utilisation.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Esquisse(s), N° 1, Printemps 2012 : Traduire Broché – 7 avril 2011

Découvrez en premier les 10 livres les plus attendus du moment, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,19

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Entretien avec Aharon Appelfeld

Esquisse(s) - Dans Histoire d'une vie, vous écrivez : «Grand père dit qu'on se hâte vers la synagogue et qu'on s'en éloigne lentement». Cette phrase donne à penser et reste une énigme ; comment la prolonger, comment entendre ce qui concerne le mouvement et la transformation ? Lorsqu'on en ressort, quelque chose a-t-il changé ?

Aharon Appelfeld- Oui, mais c'est une sorte de règle. Une règle qui prescrit de se hâter vers le lieu sacré, et au contraire, lorsqu'on le quitte, de prendre son temps. On garde quelque chose avec soi, on fait honneur à ce lieu. C'est ce qu'il y a derrière cette phrase.

Esquisse(s) - «C'est chez eux (les poètes) que j'ai appris à écouter le vers et le mot seuls, à essayer de comprendre que le son aussi a un sens». Iriez-vous jusqu'à penser que le son ouvre à un au-delà du sens ?

Aharon Appelfeld - Oui, ou on pourrait dire à un autre sens. Que le son puisse ouvrir à un autre sens du mot de la phrase, de l'image, n'est pas une notion rationnelle. Cette idée du son isolé, séparé du contexte quelque part, est très difficile à réaliser. Peut-être, lorsque l'écrivain écrit, il est aussi au diapason de la musique des mots. Je le ressens dans ma pratique, je le mets en pratique.

Esquisse(s) - Il se pourrait que le son soit lié à l'émotion ?

Aharon Appelfeld - Oui, bien sûr. Il est imbriqué dans l'émotion.

Esquisse(s) - À propos de l'hébreu, du choix de la langue, vous écrivez : «Sa condition d'orpheline résonnait avec mon statut d'orphelin». Qu'est-ce qu'une langue orpheline ? Comment l'hébreu moderne peut-il se trouver à cette place ?

Aharon Appelfeld - Il est très difficile de généraliser cette idée. En fait, je suis arrivé en Israël en 1946 sans langue. J'avais seulement des fragments de langue : des fragments d'allemand, ma langue maternelle ; des fragments d'ukrainien, langue dans laquelle j'ai baigné pendant la guerre ; des fragments de la langue de mes grands-parents, le yiddish. Donc je suis arrivé en Israël sans langue et sans instruction depuis l'âge de six ans. J'avais 13 ans et demi et je suis allé au kibboutz. Mes connaissances étaient maigres, mon langage très pauvre, et je ne connaissais pas du tout l'hébreu. Ainsi, dans les champs, j'ai adopté l'hébreu. L'hébreu est d'une certaine façon devenu ma langue maternelle adoptive. Je m'applique sans cesse à cultiver cette langue. C'est ainsi que j'ai abandonné toutes les langues de mon enfance pour me lier à l'hébreu.

Esquisse(s) - Même le yiddish ?

Aharon Appelfeld- Pour le yiddish, c'est un peu différent, mais j'ai dû faire un choix : le yiddish ou l'hébreu. À vrai dire, ce n'était pas un choix parce qu'ici, je ne vivais pas dans un milieu yiddish. Personne ne parlait yiddish ici, c'était le pays de l'hébreu. C'est pourquoi l'hébreu est devenu ma langue maternelle adoptive. J'ai eu de la chance parce que l'hébreu est la langue des juifs, la vieille langue du peuple juif. Je venais d'une famille particulièrement assimilée, chez moi il n'y avait pas de judéité.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?