Acheter d'occasion
EUR 5,90
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par leslivres56
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: envoi rapide et sécurisé
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Eugène Onéguine Poche – 1 octobre 2008

4.4 étoiles sur 5 14 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche, 1 octobre 2008
EUR 22,00 EUR 5,90
CD
"Veuillez réessayer"
EUR 21,00

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

"Placé du côté de la légèreté, du sourire, le roman de Pouchkine est unique dans la littérature russe : il n'apprend pas à vivre, ne dénonce pas, n'accuse pas, n'appelle pas à la révolte, n'impose pas un point de vue, comme le font, chacun à sa façon, Dostoïevski, Tolstoï, ou, plus près de nous, Soljénitsyne et tant d'autres, Tchekhov excepté... En Russie, chacun peut réciter de larges extraits de ce roman-poème qui fait partie de la vie quotidienne. A travers l'itinéraire tragique d'une non-concordance entre un jeune mondain et une jeune femme passionnée de littérature, il est, par sa beauté, par sa tristesse et sa légèreté proprement mozartiennes, ce qui rend la vie vivable." André Markowicz, qui s'applique depuis des années à faire connaître la richesse de la littérature classique russe, propose ici une remarquable traduction en octosyllabes rimés du chef-d'œuvre de Pouchkine.

Biographie de l'auteur

Né à Moscou en 1799, tué en duel en 1837 à Saint-Pétersbourg, Alexandre Pouchkine n'est pas seulement le plus grand poète russe, il est à l'origine de la langue russe moderne ; il a lancé tous les débats qui, à travers le XIXe siècle et jusqu'à aujourd'hui, ont fondé la vie intellectuelle de la Russie.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
Traduire la poésie relève de l'impossible car la versification du poète unifie la sonorité et l'expression dans une création de vers-hapax : traduire le poème revient ainsi à en créer un autre. André Markowicz a choisi rien moins que le poème le plus célèbre de la langue russe et s'est contenté, en honnête homme, d'en respecter la structure métrique si singulière (en adaptant le tétramètre ïambique du russe à l'octosyllabe français, au passage), à la rime près (!!!) dans un souci maniaque de perfection. Le lecteur français de sa traduction peut ainsi se représenter le rythme interne du poème tel que le poète l'a voulu, en serrant au plus près l'oeuvre initiale.
Le résultat est confondant et l'éclat poétique de Pouchkine, quoiqu'altéré, transparaît néanmoins dans la mise en français du roman-poème. Les russo/francophones bilingues pourront probablement seuls savourer la qualité de cette traduction. Et si l'on peut regretter une seule chose dans ce livre parfait, c'est de ne pas posséder en vis-à-vis le texte russe initial au moins dans une translittération latine qui rappelle au lecteur francophone le son du vers tel que Pouchkine l'a écrit.
Les amateurs qui se sont frottés à la traduction d'un poème le savent : on peut employer des mois de travail à s'évertuer de traduire une simple strophe, sans garantie de réussite. Alors que penser des quelque cinq mille quatre-cent vers, auxquelles sont adjointes les variantes et les strophes non publiées d'Eugène Onéguine...
Lire la suite ›
2 commentaires 17 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
J'ai commencé par lire en ligne la traduction de Tourguéniev-Viardot disponible dans la bibliothèque russe; ces deux traducteurs ont opté pour la prose; ils offrent un texte vivant, où rire et larmes alternent sans cesse, où la poésie souffle de temps à autre son air frais, où tout est animé par une modernité étonnante

Bien sûr, la traduction de Backès qui respecte la forme du poème est belle... mais une grande partie de la vie, de l'humour du texte a disparu. Celle-ci apparaît comme plus sérieuse, plus démodée aussi ( alors que Tourguéniev a traduit le texte en 1863 !)
A soi de voir: si on préfère la fidélité à la forme ou au fond
Pour moi même, le choix est fait; je préfère mille fois la traduction en prose...

En lisant la traduction de Backès, j'ai eu l'impression d'un appauvrissement par rapport à l'âme du texte : ces rires doux-amers, ce " faux" romantisme, toujours gentiment raillé, cette puissante nostalgie du temps qui passe...où sont-ils? C'est notamment très nette dans les pages où Tatiana hante la maison d'Onéguine abandonnée... ou encore dans toutes les disgressions si drôles de l'auteur lui même qui plante son personnage pour nous parler de lui! Ces moments n'ont pas trouvé la puissance qui est la leur dans cette traduction, ni leur finesse d'esprit, ni leur bizarrerie...
3 commentaires 21 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Pour ce roman en vers, oeuvre majeure de la littérature russe (éditée en 1830 et 1837, année de la mort tragique de l'auteur à la suite d'un duel), J-L Backès a choisi de sacrifier un peu la poésie (pas de rimes) au profit du dynamisme, de la fraîcheur et de la fougue, dans un vocabulaire moderne. Résultat, le lecteur français peut enfin apprécier le génie de Pouchkine à sa juste valeur!
1 commentaire 41 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Richon le 27 février 2016
Format: Poche Achat vérifié
J'ai vu le ballet à l'Opéra de Paris j'ai donc voulu par la suite le lire !!!
Très bon livre, je l'ai dévoré ! L'écriture est belle un livre qui fait voyager qui fait du bien !
Je le recommande vivement !!!
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Remarquable traduction, accompagnée de celles des passages écrits par l'auteur mais non retenus par lui dans sa dernière édition.
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Lire de la littérature russe, c'est entrée de plein pied dans quelque chose de grandiose qui traîne avec lui un pays immense, et une culture immense. Ce roman en vers présente une forme originale qui mérite que l'on s'y penche, et qu'on la découvre.
Ouvrir ses perceptions par le regard russe sur le quotidien nous offre une perspective toute nouvelle, et ô combien salubre !
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Une des plus anciennes (1863) traductions en prose d'Eugène Onéguine, et la seule qui soit encore lisible avec plaisir. Elle comporte bon nombre d'archaïsmes et des inexactitudes. Mais le langage de Tourguenev et Viardot possède une belle harmonie et pas mal d'élégance.
Le texte donne une bonne idée du grand roman en vers de Pouchkine, qu'il est pourtant aussi bien de lire dans une traduction moderne. En vers, celles de Backès (Folio), de Markowicz (Actes Sud) ou de Weinstein (L'Harmattan), en prose, celle de Michel Bayat, très lisible et exacte, qui semble n'avoir pas été rééditée récemment..
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?