EUR 29,49
  • Tous les prix incluent la TVA.
LIVRAISON GRATUITE en France métropolitaine. Détails
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Livré et vendu par Amazon dans un emballage certifié « Déballer sans s'énerver par Amazon ». Emballage cadeau disponible.
Everyday+Robots++-+Editio... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Everyday Robots - Edition LP (Vinyle 12" + CD + Code)

4.1 étoiles sur 5 40 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
15 neufs à partir de EUR 22,06 2 d'occasion à partir de EUR 73,00
Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Damon Albarn


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Everyday Robots  - Edition LP (Vinyle 12" + CD + Code)
  • +
  • It'S a Pleasure
Prix total: EUR 50,48
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • Album vinyle (28 avril 2014)
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Parlophone Label Group (Plg) (Warner)
  • ASIN : B00HYFQFVC
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5 40 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 21.236 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Description du produit

Description du produit

Inclus : Vinyle 12", CD, et code de téléchargement

Critique

Sans avoir totalement rompu les liens avec Blur, comme en témoigne une reformation de circonstance olympique, Damon Albarn s'est affranchi des étiquettes pour donner corps à ses envies tout à la fois electro avec Gorillaz, post-punk avec The Bad, The Good & The Queen, opératique avec Dr Dee ou africaines avec les projets Mali Music et Kinshasa One Two. À telle enseigne qu'avec ces incessantes déviations et changements de décor, il était difficile de ne pas percevoir autre chose que du dilettantisme.

Après une décennie de productions diverses, le caméléon Albarn avance à découvert avec ce premier album solo revendiqué au titre chagrin, Everyday Robots, et à l'ambiance mélancolique, sur la plupart des douze vignettes qui le composent. Héritier de la tradition pop anglaise, il nourrit ses chansons de réflexions désenchantées sur un monde avide de technologie face à une nature chaque jour appauvrie, comme en témoigne le morceau-titre, ouvert par un sample de Lord Buckley (« The Gasser ») et le vers « We are like everyday robots on our phones ». Une même atmosphère imprègne la suite, interprétée d'une voix traînante et exempte d'artifices.

Fort heureusement, le projet dépasse ce cadre, que ce soit pour la mélodie lumineuse de « Mr Tembo », les arabesques au piano de « The Selfish Giant », accordées à la voix de Natasha Kahn (Bat for Lashes) ou la floraison instrumentale, variée et majoritairement exotique, qui entoure la scansion trip-hop dominante de chaque titre. Des cordes, des bois, telle une clarinette lointaine, et une profusion de rythmes et de sons programmés par Richard Russell - patron du label XL Recordings - apportent une touche répétitive et entêtante à « Hostiles », « Lonely Press Play » ou « The History of a Cheating Heart ». Exception à cette généralité, « Heavy Seas of Love », partagé avec la voix profonde de Brian Eno, repose sur quelques arpèges de piano, un rythme primitif et un refrain choral.

Divisé par les interludes « Parakeet » et « Seven High », l'album en trois actes aborde des sentiments et des souvenirs personnels dans « You & Me », « Photographs (You Are Taking) » et « Hollow Ponds », évoquant l'été 1976 caniculaire. Introspectif voire introverti tout en étant insatiablement curieux et ouvert sur le monde, voilà le paradoxe qui fait le charme du grand songwriter qu'est Damon Albarn.

Loïc Picaud - Copyright 2017 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
On pourrait croire à un best off tellement chaque titre est une pépite. La voix et les arrangements musicaux sont là pour ccompagner un excellent moment de qualité d écoute. Cet album se trouve souvent chez les professionnels de HUFI afin de valoriser leurs systems à l'écoute.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Acheté suite aux achats des diffents albums de Gorillaz et m'être renseigné sur ce personnage haut en couleur qu'est Damon Albarn, véritable génie prolifique et touche à tout de la musique.

Ce premier album solo est encore une fois bien différent de l'univers psyché-electro-rock de Gorillaz. Différent de celui de Blur aussi.

Ici Damon de livre et se montre plus intimiste. Les chansons sont calmes et teintées de mélancolie. Un peu trop à mon goût.
Une ou deux musiques de distinguent (Heavy seas of love) mais le ton reste morose et terne.

Pas très motivant d'écouter ça un matin d'Automne en voiture avant d'aller bosser.
En lisant calmement un livre le soir pourquoi pas néanmoins. C'est agréable parfois la mélancolie..
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Melomaniak COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 23 août 2014
Format: CD Achat vérifié
Il a tout fait Damon ! De la brit-pop tirant, avec le temps, sur l'art-rock, du hip-hop/trip-hop animé, de la musique africaine avec des musiciens du cru, de l'opéra chinois, de l'opéra anglais avec un ambitieux Dr. Dee (au passage, le premier album sous son nom propre), etc. Aussi quand vint le temps de son premier vrai album solo, il fallait être voyant pour deviner à quelle sauce il allait s'accommoder.

La campagne promotionnelle, en l'occurrence, nous a vendu ce Everyday Robots comme un futur, que dis-je, un déjà classique, comme un album introspectif, autobiographique, blah blah blah... L'important est ailleurs, dans le plaisir de retrouver Damon sur un territoire, dans un style au moins cousin de celui qu'il n'avait plus pratiqué depuis trop longtemps et dans lequel, pourtant, il excellait, celui d'une pop sensible, variée, excellemment composée et arrangée. Parce que Damon Albarn, l'être humain, n'est jamais aussi bon que quand il laisse sa morgue de côté, celle-là même qui a pu le rendre agaçant, mais moins que ses concurrents Gallagher, du temps d'une brit-pop triomphante. Ici, aidé de moult musiciens, d'un coproducteur attentif (Richard Russell) et même d'un Eno venu prêter main forte, il déroule toute la sensibilité, toute la mélancolie qui sied à l'idée conceptuelle derrière la merveille, une nécessité de se raccrocher à l'essentiel, de combattre la perte des liens humains si symptomatique de notre époque.
Lire la suite ›
1 commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
L'abum dans son ensemble est bien, jolie, propre, mélodique. Mais un peu trop propre à mon goût, découvert en live tout d'abord, enfin en partie, je me suis "époustouflant", je me jette sur l'album et un peu mou quand même, ca me fait mal de le dir car je pense qu'Albarn fait partie des plus grand musiciens/artiste actuelle (Avec Marlk Oliver Everett et Jack White et tellement peu d'autre) mais force est de constater que si Damon n'avait pas retravailler ses morceaux pour la scène on se serait ennuyer sévère mais attention l'album studio est loin d'être une m*** mais un peu trop uniforme et posé.
Malgré tout, Damon Albarn est la preuve vivante que la Pop Britannique c'est autre chose que Robbie Williams !!!
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Un disque d'une totale beauté, envoûtant et splendide. Un album exceptionnel qui a le mérite de passer en revue l'étendue des talents de l'ancien chanteur des Blur qui plus que jamais s'installe au firmament de la musique pop anglaise pour devenir tout simplement l'un de ses plus brillants représentants. Accompagné de musiciens au diapason, la voix de Damon Albarn vous emmène dans un voyage dont le souvenir vous imprègne longtemps après la fin de la musique. Une oeuvre majeure qu'il serait dommage de ne pas partager.
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Je suis assez choqué de certaines critiques avec deux voire une étoile. Oui ça n'est pas un album phénoménal, c'est pas non plus ce qu'il a fait de meilleur, c'est pas du Gorillaz, c'est pas du Blur, là c'est vraiment du Damon Albarn, cet album C'EST Damon Albarn. Mais ça n'est pas parce que ça a une ambiance générale de musique dépressive que c'est foncièrement mauvais. Au contraire je trouve l'album excellent, ensuite il faut savoir se mettre en condition pour écouter cet album, il ne s'écoute pas n'importe où!!

Je vais prendre à titre de comparaison un classique du cinéma: 2001 l'Odyssé de l'espace. Qu'est-ce que on a en tête en diffusant ce film pendant une soirée entre potes? Ca n'a absolument aucun sens et le film nous semble horriblement barbant et long. Non, 2001 ça se regarde seul, ça se contemple quand on a le temps, tout comme Every Days Robots s'écoute quand on est en condition de relaxation, de contemplation, et c'est là tout l'intérêt de cet album.

Personnellement, j'ai écouté la première fois l'album dans mon lit en condition de sommeil, j'ai plané directe, et par la suite il est plus aisé d'écouter cet album d'une autre façon, en se promenant, etc...

Enfin bref, chaque oeuvre, que ça soit un film, un jeu vidéo, une musique, ne se savoure COMPLTEMENT que si les conditions sont optimales. Peace.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique