undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
62
4,1 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:12,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 août 2009
William Harford, médecin, a une vie réussie et parfaite. Bien propre sur lui, il s'autorise de temps en temps un joint, histoire de s'encanailler sans danger. Tout s'écroule le jour où sa femme, pour se moquer de lui, lui raconte qu'elle aurait été prête il y a quelques mois de cela à le laisser tomber, lui et leur enfant, pour coucher avec un parfait inconnu croisé dans un hôtel.
Troublé, hanté par des images de sa femme couchant avec un autre, il entame un périple au coeur de la nuit pour aller, un peu au hasard, au devant de ses désirs.

"Le dernier Kubrick est manqué" disait-on dans la presse, et autour de moi on n'avait été déçus, on s'attendait "à mieux".
C'est donc sans grand entrain que j'ai regardé Eyes Wide Shut une première fois alors qu'il passait à la télévision, et j'ai été fasciné de bout en bout par ce voyage au bout du désir, cette fluidité hypnotisante des mouvements de caméra kubrickiens, cette facilité à saisir, avec un dépouillement total, les ressorts du comportement humain.

À la manière de 2001, Eyes Wide Shut ne répond pas aux questions qu'il pose, Kubrick sait que l'intérêt de ce film réside en partie sur le mystère, sur des personnages étrangers à eux-mêmes, mûs par des ressorts qu'ils peinent à comprendre. Comme une femme a plus d'attrait habillée que nue, Eyes Wide Shut n'est composé que de demie-révélations toujours un peu frustrantes, agaçantes, allumeuses en sorte.

(Ce qui suit révèle des passages du film)

Le sommet est atteint durant la scène du manoir. Par un heureux (?) hasard, William se retrouve dans un manoir où est organisée une gigantesque partie fine. Les hommes sont en costume noir, masqués comme à Venise, les femmes, toutes grandes et superbes, ne portent qu'un masque. La cérémonie dans la grande salle, aux accents sectaires et à la musique inquiétante, est envoûtante et pleine de mystères codifiés. Puis William est emmené par une gazelle dans les couloirs où des couples forniquent dans toutes les positions. Sans jamais tombé dans le voyeurisme, ni même l'érotisme, Kubrick filme cette scène comme une sorte de rêve éveillé et angoissant jusqu'au moment où William est démasqué.
C'est alors que le danger apparaît dans la vie du respectable médecin.

(Fin des révélations)

Kubrick, comme pour 2001, termine son film en nous laissant sur nos interrogations, car il sait qu'au bout du désir, il y a la déception.
1111 commentaires| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Plus qu'un film sur le couple, ce dernier film de Kubrick est moins déstabilisant qu'il n''y parait, et rejoint au contraire un de ses thèmes les plus traités, soit l'endoctrinement et le conditionnement du pouvoir amenant à la folie, sujet largement traités dans "Orange Mécanique", "Dr.Folamour", "Shining" (qui contient une référence à Monarch, un programme de contrôle) ou "Full Metal Jacket" et ses marines conditionnés, par exemple (et on pourrait continuer avec l'obsession suicidaire du contrôle des soldats dans "les sentiers de la gloire".
Ici on suit un couple qui chacun à sa manière est tenté de décrocher du cours de sa vie, par le biais de deux "armes" : la séduction et la peur de la routine, le doute des valeurs classiques comme le mariage.On sait que ces "armes" sont utilisées par les sectes prosélytes comme la scientologie (de Tom Cruise, et dont le mentor a un rôle de figurant dans le film, étrange) ou des sociétés influentes. La femme (Kidman, excellente), résiste avec plus de force que son mari le docteur modèle(Cruise) , qui se laisse aller rapidement au doute, et est près à chuter très bas rapidement, en fréquentant une prostituée, et surtout en voulant assister à cette fameuse soirée orgiaque interdite. S'ensuit alors un enclenchement de situations paranoiaques pour le gentil docteur, qui perd ses repères, et de la séduction sexuelle se voit maintenant menacé, mais en fin de compte tout cela était du "bluff", comme tentera de le convaincre le suspect Sydney Pollack. Bref on retrouve là les techniques habituelles de manipulations, des sectes ou des services secrets cherchant à noyer une vérité, ou à contrôler une réalité.
Bref le film parle plus d'un couple qui échappe à la tentation du pouvoir hypnotique des sectes en général (ironique pour le cas de T.Cruise), et des conséquences désastreuses, en se recentrant sur eux-même, et où la femme avec un grand F tient le rôle positif, que ce soit la prostituée qui se sacrifie, ou la femme de Cruise qui semble avoir les pouvoirs du "shining" comme le petit Jack Torrance, puisqu'elle devine ou rêve les pensées de son mari, avec le tripotage de la patiente, ou son propre rêve orgiaque.La Féminité, l'intuition, semble la solution suggérée par le film, jusqu'à la dernière parole de Kidman, qui renvoie au fait que le sexe est la chose la plus sacrée au départ de toute civilisations primitives, à l'inverse des sociétés décadentes où elle est pervertie et défigurée .La pédophilie et les excès sexuels à ce titre ne sont jamais loin dans le film -voir le très louche magasin de costume-, un autre thème abordé par Kubrick dans Shining , avec ses orgies fantasmatiques, où apparait d'ailleurs un homme déguisé en ours, ours présent dans le film à la fin avec les peluches, et symbole en amérique de la maltraitance des enfants.
"Yeux grands fermés"-le titre du film- serait donc un code du réseau Monarch, mais plus généralement le film se concentre sur la tentation que subit un couple, la tentation des sectes des années 80/90 , un fléau que Kubrick a lui-même subit puisque sa fille s'était embrigadée dans la scientologie avant que celui-ci ne tourne le film, et il ne la revit plus jamais. Le message de l'oeuvre, aux plans parfaits et à l'excellente direction d'acteurs, serait donc une cérébrale invitation à la vigilance quant à tout type de pouvoir manipulateur -présent partout chez Kubrick- et à la résilience par l'écoute de valeurs plus féminines...
33 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A priori, rien ne me poussait à regarder ce film de Kubrick, cinéaste très adulé ou détesté, et dont les œuvres sont autant rares que marquantes. A chacune d'elle, le cinéaste tente d'avoir un avis définitif sur une question : violence, armée, science-fiction, tout y passe avec un talent certain. dans ce film, dernier opus, le cinéaste entre dans le domaine moins spectaculaire mais tout autant intéressant des rapports humains vus sous l'angle de la confiance. Confiance et défiance, car c'est sans doute l'histoire d'une faille insinueuse au sein du couple que Kubrick nous conte. A travers ses deux protagonistes principaux (impeccables Nicole Kidmann et Tom Cruise), le cinéaste nous emmène dans un monde visuel de doute, d'artefacts, de mensonges qui semble les miner de l'intérieur. Que ce soit par les fantasmes de cette femme, par la réponse désordonnée de cet homme, Stanley Kubrick nous signifie que la véracité des sentiments a du mal à résister à la pression constante du monde, à son cortège d'immondices qui salissent moins le corps que les âmes (quoique !).

Kubrick nous le rend par des séquences visuelles impressionnantes (le manoir), presque irréalistes dans le soin apporté aux éclairages, aux cadrages, à ce défilé incessant et obsessionnel de corridors et de portes (labyrinthe humain), à cette musique si prenante, musique pour laquelle on sait le réalisateur si attentif. Au-delà des apparences simplistes et de la crudité des images de sexe (il y a eu pire ailleurs), ce film porte la marque de la reconquête de soi, de la reconquête d'un amour fêlé, une main tendue au-delà des images mentales et des obsessions. C'est un hymne à la purification du désir pour aller vers le sentiment, de l'éros vers l'agâpé. En un mot : Fuck à Eros !

Un très bon film mettant un point final à une carrière cinématographique impressionnante.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 février 2015
Mon Dieu que le cinéma de Kubrick est bon !!! Eyes Wide Shut est un Kubrick largement sous-estimé. C'est une œuvre bien plus profonde qu'il n'y parait, et comme à l’accoutume avec Kubrick un film splendide sur le plan visuel et de la musique. Bref, un film digne de la filmomagraphie de son grand réalisateur.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2000
Eyes Wide Shut est un film fascinant, d'un point de vue formel surtout : il est en effet difficile, de prime abord de s'identifier au personnage de Tom Cruise, assez fâllot, qui subit les événements sans aucune prise sur eux. Mais l'atmosphère, la photographie, la bande son accrochent le spectateur et laissent une impression durable : c'est un film vers lequel on a envie de revenir plus tard pour découvrir d'autres niveaux de lectures, s'essayer à d'autres interprétations, et confirmer à chaque fois le plaisir que l'on a pu avoir à la première vision.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2014
Eyes Wide Shut (starring Tom Cruise and Nicole Kidman) is a movie that brilliantly shows how even the wealthiest couples sometimes go through experiences that test their marriage but can eventually make it stronger. Eyes Wide Shut also communicates many other messages in the movie that one can be the judge of. Tom Cruise and Nicole Kidman play Bill and Alice Hartford. They are an affluent couple that live in Manhattan and are invited to a party hosted by a prosperous lawyer named Victor Ziegler. Viewers are given obvious reason to believe that the party is also going to feature other people who are also doing well in life on a professional/career scale. Anyhow, the character of Bill Hartford becomes concerned when Alice Hartford confesses to have previously fantasized about a naval officer that she saw while they were dining out one night. Her confession is one of the catalysts that indirectly influence him to venture out on his own among events involving him going to a controversial orgy party told to him by an old friend. However, the party is also highly exclusive because it is also a gathering where many powerful and well-known people are going to be at. There is much more to this classic movie for those who are fine with watching suspenseful movies and/or are familiar with either Tom Cruise and/or Nicole Kidman.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2004
Eyes Wide Shut est du grand, du tres grand Kubrick. Images filmees avec un grand souci d'esthetique, scenario au scalpel, personnages complexes, meme les personnages secondaires sont vus en profondeur et avec nuance au point qu'il est difficile de les cerner. Et puis, ce n'est pas le faux role principal, le naif Tom Cruise, qui est le fondement de ce film mais son epouse, Nicole Kidman. C'est a une meditation sur le sens de la vie, de l'amour, des passions que nous sommes convies. A voir et a revoir car une seule vision n'epuisera pas toute la richesse de ce film.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2008
Encore un film qui laisse le spectateur sur sa (fin) faim, du Kubrick tout craché. Ce n'est pas un film testamentaire même si beaucoup de scènes nous rappellent ses chefs d'oeuvre.
J'ai vu, revu et encore revu "Eyes Wide Shut" et je pense que Kubrick, cette fois-ci, s'est penché sur les valeurs du "couple" avec comme toile de fond "la société de consommation": la monotonie, les gestes stéréotypés, le conditionnement, l'égoïsme, le superficiel.
Kubrick a peut-être voulu redonner tout son sens à un thème qui le touche profondément: LA FAMILLE.
Dans le film c'est Nicole Kidman qui mène la barque, tout est pensé, inventé par elle, pour récupérer son mari, pour le REMARIER.
Elle joue une femme qui vit aisément, dans le luxe et l'oisiveté. Malgré leur fille, elle a une vie sans teinte, sans but et sans intérêt. Son mari, Tom Cruise, ne l'admire même plus, ne la regarde même plus, ne la voit même plus. On s'en rend compte au début du film lorsqu'ils se préparent pour leur soirée. Le seul moyen pour elle d'attirer son attention c'est de le choquer et de le rendre jaloux en racontant des pseudos fantasmes. Fantasmes dans lesquels elle est mise en valeur, où elle est désirée, où elle peut s'exprimer.
Elle l'attire dans son labyrinthe alambiqué, monté de toute pièce, aidée grâce à l'emprise de certaines substances.
Elle le fait partir, seul, dans la nuit noire, vers l'inconnu et le mystérieux, et le fait revenir auprès d'elle. (au moment où il est à la recherche du masque). Masque qu'elle déposera à la place qu'il occupe dans le lit conjugal). Il comprend, se met à pleurer et elle le prend dans ses bras. Retour au bercail, avec une énorme prise de conscience:" Elle".
La boucle est bouclée.

Voilà, c'est ce que m'a inspiré ce film, purement subjectif.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce film de Stanley Kubrick est particulièrement intéressant parce qu'il recèle de nombreux mystères. Je n'ai d'ailleurs jamais bien compris pourquoi il fut si critiqué.

Ce drame humain, magnifiquement traité par Nicole Kidman et Tom Cruise, repose sur cette ambiguïté à la fois fascinante et dangereuse que sont les fantasmes au sein d'un couple eu égard à la morale inviolable de la fidélité parfaite.

Ce couple, qui a tout pour être heureux, est happé et lentement traversé par les doutes du désir des autres, du monde environnant, à la fois source de plaisir et d'effroi. Le bleu, très présent, rappelle ce monde onirique (celui du rêve endormi, éveillé, du fantasme). Ce film est une adaptation de la nouvelle d'Arthur Schnitzler "Rien qu'un rêve" et tout est flou un peu à la manière d' un songe auquel on repense après une nuit agitée.

Les séquences s'enchaînent parfois dans le désordre, l'effroi et le plaisir. La grande scène d'orgie est à la fois envoûtante par son côté rituel, tout à fait mystérieux, par la beauté des corps montrés et en même temps absolument effrayante, car elle conduit vers une mort dangereuse (les images de la prostitution, du sida, de l'overdose se superposent à ce tableau irréel).

La morale de l'histoire est un peu trouble: si Bill revient au couple, après avoir traversé le paysage de ses fantasmes dans une réalité terriblement déroutante, c'est parce qu'il a peur de vivre.
11 commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 avril 2014
Après ces nombreux chefs d'oeuvre, Kubrick rend encore une copie quasi-parfaite.

L'histoire est déroutante, le rythme lent, les décors originaux notamment avec le jeu sur les lumières, la musique prenante. Autant d'ingrédients qui font de ce film est très grand film. Je pense que ce film est l'un des meilleurs de Kubrick avec Orange mécanique, tant la maîtrise et les événements de l'intrigue sont incroyables.

On note aussi le jeu des deux acteurs principaux parfaitement dans le ton.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)