EUR 12,88 + EUR 2,79 Livraison
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock. Vendu par RAREWAVES USA
+ EUR 2,79 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par musique-pour-vous
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: L'emballage plastique peut être remplacé, aucun dommage visible sur le disque ou le livret. Le boitier peut présenter des dommages esthétiques, les codes pour les contenus en ligne sont expirés ou manquants. Délai de livraison 5-21 jours ouvrables.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

The Fountainhead [Import USA Zone 1] [Import USA Zone 1]

4.5 étoiles sur 5 29 commentaires client

Prix : EUR 12,88
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par RAREWAVES USA.
4 d'occasion à partir de EUR 11,46

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • The Fountainhead [Import USA Zone 1] [Import USA Zone 1]
  • +
  • La Source vive
Prix total: EUR 39,38
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Acteurs : Gary Cooper, Patricia Neal, Raymond Massey, Kent Smith, Robert Douglas
  • Réalisateurs : King Vidor
  • Scénaristes : Ayn Rand
  • Producteurs : Henry Blanke
  • Format : Doublé, Enregistrement original remasterisé, Sous-titré, NTSC, Import
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 1.0), Français (Dolby Digital 1.0)
  • Sous-titres : Anglais, Espagnol, Français
  • Région : Région 1 (USA et Canada). Ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en Europe. Plus d'informations sur les formats DVD/Blu-ray.
  • Rapport de forme : 1.33:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Warner Home Video
  • Date de sortie du DVD : 7 novembre 2006
  • Durée : 114 minutes
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5 29 commentaires client
  • ASIN: B000HWZ4A2
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 128.678 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?


Contenu additionnel

Pas de bonus vidéo

Descriptions du produit

Description du produit

Le Rebelle (The Fountainhead), 1 DVD, 108 minutes

Synopsis

Howard Roark, jeune architecte idéaliste et individualiste, est renvoyé de son université pour cause de divergences avec les normes architecturales de son époque. Sa carrière est sauvée in extremis quand il est embauché par Henry Cameron, architecte aux mêmes vues que lui. Mais quelques années plus tard, Cameron sombre dans l'alcoolisme, non sans avoir averti Howard que la même chose l'attendait. Une seule solution : se résigner à freiner ses idéaux. Mais Roark est décidé à conserver son intégrité à tout prix... --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: DVD
Ce film je l ai découvert dans le cadre d'un cycle "du cinéma de minuit" et je doit dire que c'est un de mes films favoris. les principes d'un homme, face à l'uniformisation de la pensée. Un beau sujet philosophique. Je l'avais enregistré sur cassette VHS et je desespérai de le trouver sur un autre support. Une enseigne bien connu à eu l'idée de l' éditer en DVD. Je me le repasse quand j'ai un coup de moins bien et de suite le moral revient. le livre est plus dur à trouver, on le trouve en langue anglaise à des prix prohibitif. Mais j ai la chance de me rendre tous les deux ans à NYC . Je conseille ce film en ces temps ou les personnes qui nous dirigent voudraient que l'on ait la même façon de penser. oui je suis d'accord avec une des personnes qui dit que le titre en Français n'a rien avoir avec le titre Anglais.
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Carmen TOP 500 COMMENTATEURS le 13 novembre 2014
Format: DVD Achat vérifié
Ce film magistral et palpitant réalisé par King Vidor en 1949 sort des sentiers battus.
D'un côté "intello" et discursif.
De l'autre sentimental et passionnel.
D'un côté, l'adaptation par son propre auteur, Ayn Rand, d'un "roman philosophique" dont le titre original est "The fountainhead" traduit (ou plus exactement transposé) en français par "La source vive" (rien à voir avec la transposition simplificatrice et accrocheuse du titre français donné au film : "Le rebelle"), et qui est à l'image de cet auteur hybride mêlant le propos philosophique et l'inspiration romanesque, ce qui explique, marginalement, que Ayn Rand n'ait jamais été vraiment reconnue par "qui de droit" comme une philosophe à part entière : là où le mélange des genres ne peut pas fonder une autorité de pensée parce que la philosophie est un univers intellectuel et cognitif intolérant au mélange des genres.
Quant à sa pensée, considérée hors tout univers romanesque, une pensée "objectiviste" (un vaste mot pour ne rien dire de précis), elle se résumerait dans cette notion athée dite "égoïsme rationnel" opposée à celle, judéo-chrétienne, d'altruisme.
De là à conclure que cette femme écrivain d’origine russe devenue américaine par adoption serait l'un des apôtres au vingtième siècle du capitalisme et de l'individualisme régnant dans le "nouveau monde", il n'y a qu'un pas qu'il est sans doute prudent de ne pas franchir car rien n'est aussi simple aux États-Unis d'Amérique...
Lire la suite ›
13 commentaires 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par catcat TOP 500 COMMENTATEURS le 9 avril 2009
Format: DVD Achat vérifié
Au coeur d'une passion se trouvent les acteurs et les baisers de cinéma sont plus vrais que ceux de leur époque. Cette passion naît d'un désir brutal de l'héroïne et de ce désir (très vite découvert) va naître un lien indestructible entre Gary Cooper et l'héroïne (Patricia Neal). Un jeu de "chat et souris" ou "dominant-dominée" va vite s'installer et pour fuir semble-t-il une situation de faiblesse la femme torturée fuit dans un mariage qui finalement la rapprochera de son amant pour toujours. J'ai adoré les dialogues à doubles sens en présence du mari, si nets et si francs qu'ils expriment sans rien en dire les liens des deux amants. J'ai adoré le sourire de Gary Cooper mi sérieux mi taquin, un peu moins ses yeux maquillés (rimel abondant plus pour lui que pour elle) et pourtant son regard est très expressif.
Un peu sésuets les discours sur les buildings.
Très beau film noir et blanc (1948). Sous-titres uniquement français.
3 commentaires 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par LD COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 6 janvier 2009
Format: DVD Achat vérifié
Le Rebelle, traduction plus ou moins heureuse de The Fountainhead - mais est-ce traduisible? la source dont il est question faisant bien référence avant tout à la personne -, est un des films importants de la fin de la grande période des studios hollywoodiens. Un des derniers grands films du pionnier du muet King Vidor, il représente son style et ses thèmes presque jusqu'à la caricature. Style assez flamboyant, voire grandiloquent, au service de personnages doués d'une puissance certaine, même si on essaie de les empêcher ou de leur mettre des bâtons dans les roues. Dans le portrait de cet architecte non-conformiste (en partie inspiré de la vie de Frank Lloyd Wright) brossé par le roman d'Ayn Rand et par le film de Vidor, on a pu voir l'exaltation de l'individu tout-puissant que seuls les Etats-Unis ont exalté à ce point et qui est à la source, justement, de la grandeur de ce pays. C'est sans doute vrai, mais le film est plus complexe que cela. S'il montre bien que rien ne peut arrêter l'individu "self-reliant", pour reprendre le grand concept d'Emerson, qui doit faire confiance à ses ressources propres et ne pas dévier de son chemin s'il sait au plus profond de lui-même que la masse a tort, il montre aussi comment les forces les plus aliénantes et conformistes se nourissent de l'individualisme. Autrement dit, le film met en scène la puissance de l'individu bâtisseur au service de la communauté contre l'individualisme destructeur qui ne nourrit que les pires instincts de la populace, thème américain par excellence, ici parfaitement dramatisé. Gary Cooper et Patricia Neal sont tous les deux absolument parfaits dans leur rôle, où ils sont constamment amenés à être "bigger than life", à surjouer un peu mais de façon maîtrisée.
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique