Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 15,99

Économisez
EUR 5,01 (24%)

TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Fugue pour violon seul par [PAPAVRAMI, Tedi]
Publicité sur l'appli Kindle

Fugue pour violon seul Format Kindle

4.5 étoiles sur 5 8 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 15,99

Longueur : 320 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé
  • En raison de la taille importante du fichier, ce livre peut prendre plus de temps à télécharger

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur


Dans ce témoignage bouleversant, le grand violoniste Tedi Papavrami raconte son parcours d'enfant prodige en Albanie et son passage à l'Ouest, vers la liberté.




Dans les années 1970, alors que l'Albanie s'enfonce dans l'isolement et la répression sous le joug de son dictateur Enver Hoxha, Tedi Papavrami grandit, entouré de son père Robert, violon solo de l'orchestre de l'opéra de Tirana et brillant professeur de violon au conservatoire, et de sa mère, programmatrice musicale à la radio d'État. Dans leur maison épargnée par le découpage communautaire, Tedi est aussi entouré de l'affection de sa grand-mère et de son grand-père, Dodo, médecin à la retraite qu'il admire. Malgré son exigence démesurée et son peu de foi en son fils unique trop gâté, Robert Papavrami découvre chez Tedi des prédispositions tout à fait exceptionnelles pour le violon dès l'âge de quatre ans. L'enfant un peu paresseux ne cesse de chercher des subterfuges pour ne pas travailler, mais sous la férule intransigeante et intraitable de son père, il va développer techniquement et artistiquement ses dons. À huit ans seulement, il se produit en concert avec l'orchestre philharmonique de Tirana et sa virtuosité hors du commun, sa vélocité fulgurante sont remarquées. Un flûtiste français, Alain Marion, conquis par ce jeune prodige, obtient pour lui une bourse en France où il débarque à l'âge de onze ans, à la fois effrayé et émerveillé par cet " autre monde " qui lui avait toujours paru inaccessible. Sous la direction du grand violoniste Pierre Amoyal, Tedi prépare le concours d'entrée au Conservatoire national supérieur de musique de Paris qu'il réussit brillamment. Son père, venu l'accompagner quelques mois, doit cependant repartir au pays. Tedi reste alors seul, livré à lui-même, cantonné dans un appartement lugubre de l'ambassade, entouré d'un personnel froid et hostile. Pour ne pas succomber à la détresse d'une telle situation, il va se plonger corps et âme dans la pratique de la musique et dans la lecture. À la fin de ses études, désireux de continuer une carrière prometteuse qui serait compromise par un retour en Albanie, Tedi – et ses parents qui l'ont rejoint à Paris – demandent l'asile politique. Leur famille restée en Albanie va payer leur liberté d'un prix très lourd : ses grands-parents et la famille de sa mère sont déportés et internés jusqu'à la chute du régime, en 1991. De retour en Albanie pour une tournée deux ans plus tard, Tedi y reverra son grand-père avant sa disparition.



Biographie de l'auteur

Né en 1971, Tedi Papavrami est un violoniste de renommée internationale en tant que soliste et musicien de chambre. Il vit actuellement en Suisse où il est professeur de violon à la Haute École de musique de Genève depuis 2008. En 2010, il a reçu le Diapason d’or pour son disque Bach-Bartók. En parallèle à sa carrière de violoniste, il est le traducteur d’Ismail Kadaré depuis 2000.

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 13155 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 320 pages
  • Editeur : Robert Laffont (4 avril 2013)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00C2FBSLQ
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5 8 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°101.443 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?

click to open popover

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Voir les 8 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
On reconnaît un bon livre à la pluralité des lectures qu’il offre à l’œil polyphonique.

On peut ainsi lire celui-ci comme un pur document sur l’Albanie plus-que-stalinienne du camarade Enver Hoxha ; et en cela seul il vaut son prix, par la peinture douce-amère qu’il offre d’un temps qui n’est plus, que nous n’avons que soupçonné, parfois caricaturé et qui se révèle ici pour ce qu’il fut, celui d’un monde fragile qui tentait d’être normal malgré le dévoiement idéologique.

Bien entendu, les amateurs de prodiges observeront avant tout l’éveil puis le lent mûrissement d’un violoniste qui s’échappait de la pédagogie du dressage en lisant Tchékhov tandis qu’il travaillait ses gammes ! On trouvera dans cet autoportrait ce qu’il faut de réinterprétation pour que le récit se revête de cette subjectivité du revécu qui seule fait l’objectivité du sentiment, unique constituant de notre réalité psychique, la seule qui soit jamais à notre portée – après tout, qui peut ignorer que la littérature, c’est la vie !

Musicien d’esprit tout littéraire, proustien affirmé, Tedi Papavrami possède la rare capacité à poser sur toute chose ce regard d’émotion paisible que seule connaît l’intériorité assez bien défendue pour ne pas se laisser pénétrer par les toxiques de la vie.
Lire la suite ›
3 commentaires 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Quel grand violoniste que ce M.Papavrami ; Ce livre est très bien écrit et m'a permis de faire un beau cadeau car il est complété par six disques introuvables ailleurs. A posséder dans sa discothèque.
merci
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Il intéressera aussi bien les historiens que les musiciens.
Ce violoniste est aussi passionné de littérature et on le ressent, car le livre est très bien rédigé.
À recommander sans hésiter.

Merci M. Papavrami.
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle
ce livre je ne l'ai pas lu, je l'ai dévoré entre l'Auvergne, Paris et Genève, voyage en train passé comme une lettre à la poste...
Comme avec son violon lors de concerts, Tedi Papavrami m'a embarquée avec lui, cette fois dans les années 70/80, entre son Albanie natale et la France terre d'accueil pour un enfant surdoué et passionné de violon...Ecrit à la première personne, ce récit est passionnant, amusant, instructif...
A mettre entre toutes les mains, notamment celles d'enfants se destinant à la musique...
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus