EUR 16,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Le GIEC est mort : Vive l... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Le GIEC est mort : Vive la science ! Broché – 31 mai 2010

3.7 étoiles sur 5 16 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 16,00
EUR 16,00 EUR 15,20
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Fête des Mères Fête des Mères

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Le GIEC est mort : Vive la science !
  • +
  • Climat Investigation
  • +
  • Climat : 15 vérités qui dérangent
Prix total: EUR 59,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Biographie de l'auteur

Fondateur de l'institut Hayek et chef d'entreprise (Cogito), Drieu Godefridi est juriste et docteur en philosophie (Paris IV-Sorbonne) et l'auteur de nombreuses publications académiques et autres, dont récemment « Le droit public » (2009) et « Arbitraire et droit dans l Athènes antique » (Folia Electronica Classica, 2010). Il est régulièrement invité par les radios et télévisions francophones et anglophones.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
C'est un livre écrit par un philosophe, très clairement. Le style est donc brillant, le vocabulaire précis et l'argumentaire est celui des idées et non pas des chiffres. L'auteur nous livre une analyse passionnante sur ce que devraient être les places respectives de la science et de la politique dans notre société, et sur les dangers du mélange des genres. La science tente d'expliquer ce qui est et ce qui évolue, la politique permet de définir et de mettre en oeuvre le choix de vie (parmi plusieurs options) des citoyens, choix qui ne s'appuie pas nécessairement sur les seules considérations scientifiques. L'homme de science n'a pour rôle que d'augmenter notre savoir tous azimuths, sans considération utilitariste. Le danger est réel cependant que des organisations supranationales à vocation scientifiques (GIEC) ne supplantent insidieusement les gouvernements.
C'est tout l'intérêt de ce livre qui complète utilement l'ouvrage de JM Bélouve (La servitude climatique) où on trouvera toutes les statistiques et courbes utiles.
Remarque sur ce commentaire 31 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Le livre de Drieu Godefridi ne s'intéresse pas à la controverse scientifique sur le climat, mais aux biais de méthodes et aux conflits entre science et politique. Selon lui, le GIEC, qui a été vendu à l'opinion comme étant l'émanation de la science du climat, n'est que le moyen de permettre à des intérêts politiques et financiers de se servir du paravent de la science pour n'en sélectionner que les parties justifiant une seule thèse et ainsi légitimer certaines approches politiques particulières. Cette thèse se nourrit d'abord des conclusions que l'auteur tire de sa lecture des rapports du GIEC, mais l'auteur va plus loin et montre que de tels biais étaient inévitables du fait de la façon dont le GIEC a été constitué et des méthodes de travail qu'il a adoptées.

Le GIEC a servi à nombre de groupes de pression aux intérêts divers et pas toujours convergents : financiers avides de subsides publics, politiciens en recherche de sujets porteurs, médias heureux d'exploiter un marronnier sensationnaliste, et mouvement politiques désireux de trouver un nouvel angle d'attaque contre les sociétés capitalistes démocratiques qu'ils abhorrent. Grace au GIEC, ces groupes ont pu récupérer à leur profit "la science", et son image de rigueur, de légitimité...
Lire la suite ›
1 commentaire 23 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
L'essentiel des travers du GIEC est clairement dénoncé.
Cependant, il en est d'autres qui ne sont détectables que par des scientifiques ; on ne saurait donc reprocher à l'auteur de ne pas les avoir perçus.

La tare originelle du GIEC se trouve habilement dissimulée dans le premier des objectifs qui lui ont été assignés par la mission que les "politiques" lui ont confiée : "mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d'origine humaine", ce qui lui impose implicitement d'admettre, sans chercher à la valider, l'hypothèse selon laquelle l'activité humaine entraîne "effectivement" un changement climatique alors que, d'après un test statistique élémentaire, les ordres de grandeur et incertitudes associées des quantités de CO2 échangées annuellement avec l'atmosphère (figure 7.3 du dernier rapport du GIEC) ne permettent même pas de la formuler (47 chances sur 100 de se tromper).
1 commentaire 17 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Le livre de Drieu Godefridi est l'un des ouvrages les plus pertinents que j'ai lus ces dernières années.

La grande force de cet excellent bouquin est de défendre brillamment une thèse provocatrice d'une façon parfaitement mesurée. Comme son titre accrocheur ne l'indique pas, c'est un livre nuancé, argumenté, dense et empreint d'une grande sagesse. Ce serait une erreur de s'en détourner en pensant qu'il s'agit d'une énième contestation du réchauffement climatique par un climato-sceptique.

La grande originalité de ce livre tient en son double angle d'attaque : l'analyse institutionnelle et l'épistémologie. Drieu Godefridi ne se livre pas ici à une analyse scientifique de la pertinence des thèses de l'organisme onusien. Il ne dresse pas la liste des incohérences, erreurs, approximations et exagérations du GIEC. Il ne dénonce pas ses pratiques d'intimidation et son intolérance par rapport aux chercheurs, extrêmement nombreux, qui ne partagent pas ses analyses. Ce travail a déjà été fait par d'autres avec des fortunes diverses: parfois de manière parfaitement documentée, souvent de manière outrancière et insultante. Il ne stigamtise pas les chercheurs du GIEC qui, selon lui, sont, pour l'immense majorité d'entre eux, des hommes et des femmes de bonne foi, intellectuellement honnêtes et sincèrement préoccupés par le futur de la planète.

Que dit-il alors ? Drieu Godefridi est un juriste doublé d'un philosophe. Il appréhende le GIEC sous ce double éclairage.
Lire la suite ›
4 commentaires 50 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents