undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
George Szell Conducts Beethoven Symphonies & Overtures
 
Zoom
Voir une image plus grande (avec un zoom)
 

George Szell Conducts Beethoven Symphonies & Overtures

14 octobre 2013 | Format : MP3

EUR 10,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 10,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre Artiste
Durée
Popularité  
30
1
9:19
30
2
6:57
30
3
3:48
30
4
5:48
30
5
9:58
30
6
11:56
30
7
5:35
30
8
3:47
30
9
10:17
30
10
8:36
Disc 2
30
1
14:54
30
2
15:37
30
3
5:35
30
4
11:28
30
5
9:46
30
6
3:51
30
7
5:30
30
8
7:52
Disc 3
30
1
10:04
30
2
9:49
30
3
5:57
30
4
5:58
30
5
11:51
30
6
7:37
30
7
7:18
30
8
7:13
30
9
7:32
Disc 4
30
1
10:17
30
2
11:33
30
3
3:40
30
4
6:21
30
5
7:39
30
6
10:03
30
7
5:31
30
8
8:31
Disc 5
30
1
15:39
30
2
11:26
30
3
15:25
30
4
6:10
30
5
17:55
30
6
6:14
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.9 étoiles sur 5
5 étoiles
9
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 10 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Savinien COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 18 novembre 2013
Format: CD
George Szell à Cleveland, c'est une association alchimique rentrée dans l'histoire musicale du XXème siècle, et dans celle de l'enregistrement du même coup. On le sait, la maestro hongrois excellait dans le répertoire classique et romantique, d'origine germanique bien entendu, même si pas seulement.

Gravé entre 1957 et 1963, dans les meilleures conditions techniques de l'époque, ce cycle Beethoven reste sans aucun doute à ce jour l'une des plus belles réalisations dans ce répertoire. Il y a pourtant pléthore d'intégrales de ce sommet de toute l'histoire symphonique que représente le corpus beethovénien, mais il n'en existe finalement que bien peu qui atteignent un tel niveau général d'excellence.

Les mêmes qualificatifs sont ici applicables pour décrire la direction orchestrale autant que la qualité individuelle de chaque pupître : vitalité, puissance, rigueur, subtilité, raffinement, équilibre, cohérence, transparence. Des Beethoven guidés par un indéfectible perfectionnisme, dans une vision qui semble revêtir comme un caractère de "vérité" particulière, plaçant Szell pour ainsi dire en intime du maître de Bonn.

Du grand art, tout simplement.

On saluera donc cette réédition intégrale économique, incontournable de facto, mais on regrettera tout de même de n'avoir pas conservé les autres enregistrements beethovéniens de Szell à Cleveland, comme par exemple dans l'ancienne édition de la
...Lire la suite ›
6 commentaires 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Je rejoins ce qui a été dit par d'autres : cette intégrale des symphonies de Beethoven, pas souvent citée parmi les grandes références de ce monument de la musique, ne mérite que des éloges. Une caractéristique me semble frappante : à l'écoute, pas une seule fois je n'ai ressenti l'impression de "trop vite", "trop lent", "trop lourd", etc. Les tempi, le rythme, les accents sont EVIDENTS. S'il en est ainsi, c'est sans doute parce que Szell s'en tient à ce que lui disent les partitions, sans chercher à y ajouter de message personnel. Vous voulez du Beethoven ? Il est là ! Vous voulez du Beethoven transcendé, empoigné, disséqué... voyez Furtwängler, Karajan, Harnoncourt et d'autres.
Mais la MANIERE de Szell, néanmoins, si on écoute attentivement, se révèle passionnante. L'essentiel tient dans le rythme, l'articulation et le soin apporté à la mise en valeur du moindre détail. Tous les pupitres pourront dire "j'étais là" ! Il faut dire aussi que l'orchestre de Cleveland, s'il n'a pas les lettres de noblesses des grandes phalanges européennes, fait preuve d'une discipline et d'un brio exemplaires (à en juger par la photo qui orne l'album, on ne devait pas trop rigoler pendant les répétitions !). La célèbre "Pastorale" tranche un peu sur cet ensemble où règne rigueur et dynamisme : la baguette d'acier du chef s'est garnie de velours, la détente est flagrante, et personne ne s'en plaindra.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Roger Dominique Maes COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 7 avril 2016
Format: CD Achat vérifié
Beethoven, "Symphonies n° 1 à 9, Ouvertures d'Egmont, König Stephan, Fidelio" , The Cleveland Orchestra, George Szell, (1955-1967), 5 CD Sony, 2013, pas de notice.

George Szell disait: "L'orchestre de Cleveland donne sept concerts par semaine, le public n'assiste qu'à deux."
Le besoin d'exactitude du chef américain d'origine hongroise, exigeant des instrumentistes une précision sans faille, lui a souvent valu une réputation de sécheresse, d'incapacité à traduire et insuffler l'émotion.
Hormis le fait que l'émotion nait avant tout de la composition elle-même, et non de l'interprète dont on ne doit pas attendre qu'il en "rajoute", George Szell répondait à ses accusateurs : "Il existe différents types de chaleurs, depuis la chaleur pudique de Mozart jusqu'à celle sensuelle de Tchaikovsky, depuis la noble passion de Fidelio à la passion lascive de Salomé. Je ne peux pas verser de la sauce au chocolat sur des asperges." Et il ajoutait: "Il est parfaitement légitime de préférer l'agitation, l'arythmie, le désordre. Mais à mon avis, un grand art n'est pas confusion."

Dès la première symphonie, admirable d'équilibre et de clarté, on sait à qui on a affaire: un chef-musicien au service d'une oeuvre.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique