Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos nav_TPL0516 Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
54
4,4 sur 5 étoiles
Format: Album vinyle|Modifier
Prix:22,01 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 février 2017
Ce Cd est assez réussi, contrairement à celui que j'avais acheté précédemment, le son est bon et audible. Les classiques des Stones en "bon" live. Je le recommande aux nostalgiques du groupe.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2017
A mon sens le meilleur album live des Stones!

Une version de Sympathy For the Devil d'une puissance !!!
Remarquable duo de Keith Richards et Mick Taylor 😍😍

Album enregistré en Live au Madison Square Garden de New York en 1970.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2002
Ce live des stones est cetainement le meilleur qu'ils ont enregistré ! On y retrouve un Mick Jagger virevoltant, Charlie Watts et Bill Wyman au sommet de leur forme, Keith Richards et Mick Taylor,deux guitaristes de génie qui nous montrent toute leur panoplie: riffs exceptionnels, solos incroyables... Le groupe interprète ce qui sont désormais des classiques des stones(jumpin' jack flash,sympathy for the devil...)avec une facilité déconcertante.Bref, ce concert regroupe les meilleurs moments d'un groupe au sommet de son art: un des meilleurs live de l'histoire du rock! A ne pas manquer.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je l'ai acheté aujourd'hui
J'attendais l'intégralité d'un concert des Stones de la tournée 69 depuis presque 40 ans aussi
Ma tournée préféré avec uniquement les 6 Stones (5 + Ian Stewart) rien que du rock sans les cuivres et les cœurs
Un des plus grands disque de rock de tous les temps
Le seul concert officiel avec Mick Taylor (si on exclus Hyde Park le 4 juin dont c'était le premier concert avec MT et Altamont tous 2 en DVD mais pas en intégralité)
Les Stones ont joué 2 soirs au MSG de NYC, ils ont du faire 3 ou 4 concerts (2 par soir, le 28 novembre c'est sur mais le 27 novembre je n'en suis pas sur)
Voici la set list d'un des concerts :

Jumping Jack Flash
Carol
Sympathy For The Devil
Stray Cat Blues
Love in Vain
Prodigal Son
You Gotta move
Under My Thumb
I'm Free
Midnight Rambler
live With Me
Little Queenie
Satisfaction
Honky Tonk Women
Street Fighting Man

Pour ceux qui comme moi sont intéressés d'avoir le concert complet avec les morceaux qui ont été joués
On a l'intégralité d'un show sur 2 CD's mais dans le désordre (avec 1 CD de 5 titres uniquement, alors que le show au complet aurait tenu dans 1 CD)
Le CD des concerts de Ike And Tina Turner et BB King = bof
Le DVD encore là 5 titres uniquement = bien trop court sachant qu'il existe d'autres images de ce show dans le film "Gimme Shelter"
Malgré ces "petits détails" j'ai mis 5 étoiles on ne va pas se gâcher le plaisir
Mais j'aurai préféré comme l'a fait Deep Purple avec leur "Made In Japan" d'avoir tous les shows du MSG avec en bonus DVD un show complet
Peut être chez ABKCO on l'envisage pour les 50 ans mais 10 ans encore a attendre encore ça va être long
A déguster sans modération
44 commentaires| 49 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1969, les stones sont au Madison square garden de New York, ils enregistrent leur premier album live digne de ce nom. Nous pouvons même dire qu'il est aujourd'hui considéré comme un des meilleurs albums live jamais enregistrés
Dans le même temps un autre groupe "The Who" enregistre "live at leeds".
Les stones en 1966 avait enregistré un live dont le son selon moi laissait à désirer "got live if you want it".
Pour moi, "Get yer ya ya's out" est le meilleur album des Stones en live.
Ecoutez: "Midnight Rambler", "Stray cat blues", "love in vain", "street fighting man", "Sympathy for the devil", "Jumpin jack flash" ou encore "Carol". l'osmose entre les deux guitares de Keith Richards et Mick Taylor est fantastique. Après, il y a eu le très moyen "Love you live" en 1977 avec une pochette très laide, "Still life" en 1982 un peu mieux et "Flash Point" en 1991 qui était franchement pas mal. Ils en ont sorti 5 ou 6 autres qui m'ont laissé de marbre.
Si vous voulez écouter un live des Stones, il n'y a que celui là.
De plus j'adore la pochette avec Charlie Watts et son âne.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il y a quarante ans, quand j'écris des trucs comme ça je me relis toujours deux fois en ouvrant de grands yeux tant j'ai du mal à réaliser comme le temps passe vite. Il y a donc quatre fois dix ans, les Rolling Stones sortaient l'album Get Yer Ya Ya's Out un fabuleux disque enregistré en public à New York en 1969, entré depuis dans la légende du rock.

L'album vinyle proposait dix titres devenus des classiques du groupe tels que Jumpin' Jack Flash, Love In Vain, Midnight Rambler, Street Fighting Man. Pour cet anniversaire, le disque vient de ressortir dans un coffret copieusement garni de trois CD et un DVD. Sur le premier CD on retrouve le disque original en version remasterisée, sur le second cinq titres bonus, Prodigal Son, You Gotta Move, Under My Thumb, I'm Free et Satisfaction. Un troisième CD regroupe les performances de BB KING et Ike & Tina Turner qui faisaient la première partie des Stones lors de la série de concerts donnés au Madison Square Garden. On peut y entendre une version torride de I've Been Loving You Too Long où Tina Turner atteint quasiment l'orgasme.

Le DVD de trente ou quarante minutes nous montre les Stones en coulisse, une courte jam entre Mick Taylor et Jimi Hendrix, les séances de photos en extérieur de la pochette de l'album, des titres joués sur scène, ceux constituant le CD bonus, et Janis Joplin qui danse dans le public. Enfin le coffret propose aussi un très luxueux livret, sorte de petit livre relié avec de très belles photos.

Alors que dire de cette munificence ? Car il y a à dire. Pourquoi avoir fait un second CD avec les bonus, il aurait été plus judicieux de regrouper les deux disques en un, en mettant les titres dans l'ordre joué sur scène ce qui nous aurait permis d'écouter le concert dans son intégralité chronologique. C'est d'ailleurs ce que je vais faire quand je vais charger tout ça sur mon Ipod. Le DVD lui est un peu chiche, un fan des Stones ne se lasse jamais de voir ses idoles, surtout en coulisses ou en dehors de la scène.

Je chipote un peu c'est vrai, il reste néanmoins que ces Rolling Stones de 1969 sont alors dans leurs meilleures années, que leurs concerts donnés entre cette date et disons, grosso modo, 1973 et le fameux concert de Bruxelles, leurs plus belles réussites musicales car c'est l'époque de leur apogée. Ecoutez ce Get Yer Ya Ya's Out, les guitares (Keith Richards et Mick Taylor) sont superbes et tranchantes, la basse pneumatique et Jagger époustouflant « Vous ne voudriez pas que je perde mon pantalon ? ». Inutile de me ressortir la vieille antienne, les bandes enregistrées ont été retouchées en studio, certaines parties de guitare corrigées, un bout d'harmonica rajouté etc. on le sait, et on s'en fout ! De toute façon ce sont les Stones qui jouent et la musique est fantastique, alors tout le reste...
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'utilité de ce coffret m'échappe encore, les morceaux contenus dans le disque original se suffisent à eux mêmes, au pire vu la différence de minutage entre le vinyl et le CD, il aurait été intéressant de rajouter "Under my Thumb", "Prodigal Son", "I'm Free" et "Satisfaction" ET SURTOUT PAS "You gotta Move", et d'avoir le concert complet comme cela a pu être fait pour "Made in Japan" ou "The Songs remains the Same".
"Get Yer Ya Ya's Out" est certainement un des trois plus grands lives de tous les temps avec "Live At Leeds" des Who (qui a aussi doublé de volume en CD mais finalement on écoute toujours les morecaux du vinyl" et "The Fillmore Concerts" d'ABB dont la version définitive est par contre un grand plus.
Pour en revenir à la musique, on a souvent dit que la solidité et la longévité des Stones étaient dues à l'osmose du tandem Jagger/Richards.
C'est en partie vrai, mais du point de vue musical cette solidité est le résultat de la complémentarité et du respect sans faille de Keith Richards et de Charlie Watts.
Que serait en effet "Midnight Rambler" sans la frappe sèche et claquante de Charlie, sans les coups de rasoirs de Keith quand il décide de faire monter la mayonnaise après le pont du milieu du morceau, écoutez ses accords monstrueux, la façon dont il frappe les cordes de bas en haut et comment Charlie cogne ses peaux.
Des accords teigneux de "Jumping Jack Flash" au final de "Street Fightin' Man", des chorus de "Carol" et "Little Queenie" aux coups d'ongles rageurs de "Stray Cat Blues", ce disque est d'abord l'album de Keith.
Keith qui a force de travail a réussi à se créer un style bien à lui, rustique et pas un brin virtuose mais diablement efficace, tous les guitaristes qui le suivront jetteront une oreille plus qu'attentive à la façon dont Richards construit ses rythmiques, comment il façonne ses riffs : de Malcolm Young d'AC/DC à Joe Perry d'Aerosmith, de Mark Kendall de Great White à Rudolf Schenker de Scorpions pour ne citer que les plus évidents.
Et Charlie le suit des baguettes, quand Keith alourdit les riffs, les coups de boutoirs se font plus méchants, Charlie prend les baguettes à l'envers pour "sonner plus dur".
Quand Richards se fait plus léger, Watts allège le tempo, caresse sa caisse claire et souffle sur les braises.
"Sympathy for the Devil" voit nos deux compères partir en vrille dans une version d'apocalypse et Richards de s'offrir son meilleur chorus (et peut être un des plus beaux de tout le rock avec un minimum de notes et un maximum d'audace...)
Entre le guitariste aux riffs légendaires et le batteur à la frappe unique c'est l'osmose totale, même si le reste du groupe fait ce qu'il peut : le groove monolithique de Bill Wyman sur "Live with Me", le merveilleux chorus de Mick Taylor sur "Love in Vain", la pluie de caillou de Ian Stewart sur "Little Queenie et la maestria de Mick Jagger sur "Honky Tonk Woman".
Mais "Get Yer Ya Ya's Out" encore plus que "Sticky Fingers" ou "It's only Rock n'Roll" est le disque de deux musiciens exceptionnels qui jouèrent ensemble pendant plus de 40 ans et qui n'ont pas commis beaucoup de faute.
22 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 février 2011
C'est avec "Get Yer Ya-Ya's Out" que, en 1972, j'ai pour la première fois "compris" les Stones, malgré (à cause ?) de ce son si pourri, si étrange - d'ailleurs remarquablement amélioré sans y perdre pour autant son essence sur cette belle version vinyle remastérisé : j'ai touché du doigt l'héritage dévoyé du Blues et l'hommage respectueux à Chuck Berry, j'ai senti l'audace qu'il a fallu à Jagger pour que sa musique s'imprègne aussi franchement de souffre (... et de foutre ?), mais aussi l'avidité roublarde avec laquelle les Stones se déclaraient frères de toutes les révolutions. Outre les solos magnifiques (Mick Taylor) qui élèvent la meilleure version que je connaisse de "Sympathy for the Devil" vers la perfection, et l'irrépressible appel à l'insurrection de "Street fighting Man", il y a le déchirement de "Love in Vain" ou encore la lourde provocation de "Live with me", mais il y a surtout le sentiment irrépressible que les Stones, en 1969, étaient tout simplement inatteignables. Au sommet.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juillet 2004
Emmenés par un duo de guitaristes magique, les Stones délivrent ici une prestation flamboyante et explosive. C'est fabuleux de rythme, de groove et d'aggressvité rock'n roll. Un fabuleux live, intense et brûlant comme la braise. Après le départ de Taylor, les Stones perdront à jamais cette magie, et ne retrouveront plus cet étât de grâce. Question d'alchimie et de talent. Mick jagger n'a t'il pas déclaré en 95 en parlant de Taylor : "C'était un guitariste fluide et mélodique, ce que nous n'avions jamais eu, et n'avons pas eu depuis. Il était passionnant et superbe, il me donnait une direction et un moyen de m'exprimer".
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 avril 2004
Get Yer Ya Yas Out est depuis longtemps devenu un album mythique,aux côtés de Live at Leeds, Live at the Fillmore ou Waiting for Columbus (dans l'ordre pour les ignorants: Who, Allman Brothers, Little Feat...et il va de soi que d'autres manquent à l'appel).La réputation du disque tient autant à son caractère de live officiel, depuis un bout de temps attendu, même à l'époque, qu'à ses qualités propres, qui, si elles sont grandes (les Stones en 1969, c'est de toutes façons un sacré millésime...),n'atteignent cependant pas la classe époustouflante de certains enregistrements pirates, notamment Bedspring Symphony, quatre ans plus tard en 1973 (ce truc atomique sera sûrement un jour complètement officiel).
Tout fait beaucoup plus que s'écouter dans GYYYO mais il y a quand même une petite chose toute ronde et toute chaude qui annonce la supra délectation des concerts de 72/73: Little Quennie. A cause de Keith Richards, qui s'approprie là Chuck Berry comme personne ne l'a fait avant lui et personne ne le fera plus jamais.
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,99 €
13,49 €
17,69 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)