• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Grande Désillusion a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Du N°1 des livres et articles multimédia d'occasion en Europe.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La Grande Désillusion Poche – 24 septembre 2003

4.4 étoiles sur 5 30 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,90
EUR 6,90 EUR 1,08
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • La Grande Désillusion
  • +
  • Pourquoi les crises reviennent toujours
  • +
  • L'économie des inégalités
Prix total: EUR 25,20
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Vice-président de la Banque mondiale, Joseph Stiglitz démissionna avec fracas de son poste en 2000. Auréolé d'un Prix Nobel d'économie reçu en 2001, il fait ici le procès des politiques prônées par le Fonds monétaire international. Pour faire face à la crise financière en Asie, pour faciliter la transition en Russie ou pour sauver des pays lourdement endettés, c'est toujours la même thérapeutique libérale qui est appliquée : privatisations, rigueur budgétaire et ouverture des marchés. Ces "solutions archaïques et inadaptées, sans tenir compte des effets qu'elles auraient sur les habitants des pays", sont imposées sans débat préalable, à partir d'une conception dogmatique de l'économie : la supériorité du marché et de la concurrence.
Avec pédagogie et sur un ton incisif, Stiglitz décrit avec moult anecdotes comment les grands argentiers ont contribué à façonner l'économie mondiale, et dénonce leurs décisions davantage fondées sur les intérêts des pays riches que sur ceux des pays "aidés". S'il ne remet pas en cause pour autant la mondialisation, "potentiellement capable d'enrichir chaque habitant de la planète en particulier les plus pauvres", il réclame une réforme en profondeur du fonctionnement des institutions internationales, pour mettre fin à ce "consensus de Washington" dont l'échec est patent. --Gery Dumoulin

Présentation de l'éditeur

" Aujourd'hui, la mondialisation, ça ne marche pas. Ça ne marche pas pour les pauvres du monde. Ça ne marche pas pour l'environnement. Ça ne marche pas pour la stabilité de l'économie mondiale. " L'auteur de ces lignes ? Le professeur Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, ancien conseiller de Bill Clinton, qui en novembre 1999 a démissionné de son poste d'économiste en chef et de vice-président de la Banque mondiale : " Plutôt que d'être muselé, j'ai préféré partir ", expliquera-t-il. Son livre est un constat qui vaut réquisitoire : preuves à l'appui, il démontre que les règles du jeu économique mondial ne sont souvent fixées qu'en fonction des intérêts des pays industrialisés avancés - et de certains intérêts privés en leur sein -, et non de ceux du monde en développement. Politique d'austérité, libéralisation des marchés des capitaux et privatisations sont appliquées aveuglément, en dépit de leur échec avéré, à tous les pays, en particulier aux pays en transition et du Sud. A lire Joseph Stiglitz, on a le sentiment de comprendre les vrais enjeux du monde d'aujourd'hui, de saisir toute l'urgence d'une réforme en profondeur du statut et des politiques préconisées par les institutions financières internationales

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
L'auteur est ce qu'on appelle communément un "insider" de la politique économique américaine. Cet illustre professeur d'université a été tour à tour conseiller du gouvernement Clinton et vice-pésident de la Banque Mondiale. Dés le premier chapitre, il s'en prend à la trahison de l'idéal de Keynes penseur des trois grandes insitutions de Bretton Wood (FMI, BIRD, GATT). Loin d'être au service d'une économie mondiale, elles sont devenues les instruments de la finance internationale. Démontrant tour à tour les responsabilités du FMI dans la crise asiatique et le naufrage de la transition russe, il dresse un tableau effrayant du "consensus de Washington". Le dernier chapitre offre des pistes de réflexion pour de nouvelles stratégies respectueuses de la démocratie et des peuples. Comme il le dit si bien la mondialisation n'est pas mauvaise, mais c'est une certaine idée de la monialisation que nous devons combattre: celle de la toute puissance du marché. Intéressant à plus d'un titre.
Remarque sur ce commentaire 30 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
C'est à une saine lecture que convie l'économiste Stiglitz. L'homme se base sur ses expériences des organismes économiques pour en relever les faiblesses et, dans une mesure certaine, leur obstination à ne rien vouloir y améliorer.
"La Grande Désillusion" est une lecture salutaire et instructive: Stiglitz y présente les défauts du FMI (objet principal de ses critiques) dans les situations où ils ont été manifestes: Russie, Afrique noire, Asie du Sud-Est. Il montre aussi les réussites des nations qui ont su s'écarter du très puissant Fonds.
Stiglitz n'a rien d'un antimondialiste obtus, toutefois; lucide dans son analyse, il propose que la mondialisation soit gérée de façon à ce que chacun y trouve son compte. Quel message otpimiste! A lire, d'autant plus que le propos est présenté de façon abordable.
Remarque sur ce commentaire 29 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 30 mai 2003
Format: Broché
excellent livre que le dernier ouvrage de J.E. Stiglitz, limpide et virulent à la fois. Sans tomber dans le discours propagandiste et démagogique de certains antimondialistes, stiglitz dresse un tableau noir de la mondialisation actuelle dirigée par le FMI en particulier et propose aussi ( chose rare !) d'autres alternatives à la mondialisation imposée par le consensus de Washington. L'auteur dénonce particulièrment le dogmatisme libéral du FMI et de ses perspectives à court terme.
Livre très accessible et très riche.
Remarque sur ce commentaire 24 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
La grande désillusion est un bon ouvrage de vulgarisation économique. En s'appuyant sur son expérience dans les années 1990 d'abord comme conseiller de Bill Clinton puis comme économiste en chef à la Banque Mondiale, Joseph Stiglitz nous raconte concrètement comment la doctrine monétariste promue par l'école de Chicago – et qui s’est imposée comme programme de gouvernement aux Etats-Unis et au Royaume-Uni dans les années 1980 – est devenue le consensus néo-libéral de Washington qui s'est diffusé dans le monde entier avec l'appui du FMI et de la Banque Mondiale.

Face à ce constat, Joseph Stiglitz souligne deux fautes majeures de ces institutions :
- ces institutions ont détourné leur mandat initial fixé lors de leur création en 1945. Principalement le FMI qui à l'aune de son rôle de résolution des crises l'a étendu au développement, cornaquant ainsi la Banque Mondiale
- en versant dans l'idéologie néo-libérale, la théorie économique n'est plus devenue un outil mais une finalité en soi. La réponse n'était pas de savoir si le tout marché était la bonne réponse aux problèmes rencontrés par les pays en crise, quels qu’ils soient et quelque soit la nature de leur crise. Au contraire, les programmes de sauvetage mis en place s’inquiétaient des entraves étatiques dans ces pays secourus qui empêchaient la bonne application des thérapies néo-libérales appliquées et ainsi bloquait le retour évident de la croissance – et forcément de la prospérité pour tous.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Un livre très intéressant, très pédagogique, et surtout très bien argumenté. Toutes les opinions s'appuient sur des exemples, et sur les différents points de vue possibles. Le ton est mesuré et le style est bon, bref ca se lit bien. Un très bon livre.
Remarque sur ce commentaire 23 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Stiglitz a obtenu le Prix Nobel d'économie en 2001 pour ses travaux sur les marchés avec 'information assymétrique.

Avant cela, il a été conseiller économique du président Clinton, puis économiste en chef de la Banque Mondiale jusqu''en 1999. Les raisons de sa démission de ce poste sont exposées dans ce bouquin : il a constaté que "la mondialisation, ça ne marche pas."

Stiglitz attaque accuse très directement le Fonds Monétaire International (FMI) d'avoir commis des erreurs fondamentales qui ont terriblement amplifié les conséquences des crises récentes. Stiglitz montre que les pays qui n'ont pas suivi les directives du FMI, comme la Chine, la Pologne ou la Malaisie s'en sont bien mieux sortis que ceux qui ont obéi, comme la Russie, l'Indonésie ou la Thaïlande.

Stiglitz prétend que la politique systématiquement restrictive que le FMI impose aux pays en crise est héritée de l'idéologie ultra-libérale de Reagan+Thatcher, alors que le grand économiste Keynes avait démontré qu''il fallait au contraire une politique expansionniste, et que le FMI et la Banque Mondiale avaient à l'origine été crées pour soutenir cette approche, qui avait notamment été couronnée de succès avec le 'Plan Marshall'

Le livre de Stiglitz est en fait une attaque en règle du FMI, qui tient même du rêglement de comptes car la Banque Mondiale est relativement épargnée.

Le livre est très (trop) épais et dense, avec pas mal de répétitions : Stiglitz n''est pas un écrivain.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?