EUR 23,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Temporairement en rupture de stock.
Commandez maintenant et nous vous livrerons cet article lorsqu'il sera disponible. Nous vous enverrons un e-mail avec une date d'estimation de livraison dès que nous aurons plus d'informations. Cet article ne vous sera facturé qu'au moment de son expédition.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Grandes Disparitions : Essai sur la mémoire du roman Broché – 18 septembre 2008

Découvrez en premier les 10 livres les plus attendus du moment, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 23,00
EUR 23,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Avant-propos :

Nous avons l'habitude d'associer le roman à la nouveauté. Cela vaut d'abord pour sa naissance : le roman est l'un des genres les plus «récents» de la littérature, l'un des plus libres aussi, apparu en dehors de toute règle et de toute autorité. Nous savons par ailleurs qu'il ne s'agit pas d'un accident de l'histoire; le roman est par essence indissociable de l'avènement de la modernité, c'est-à-dire des questions nouvelles que pose à l'individu le fait d'habiter dans un monde désenchanté, au sein duquel les dieux n'interviennent plus, et où tout, sans exception et jusqu'au vertige, est inachevé, variable, mobile.
En fait, le roman serait le récit même du monde moderne, le lieu où se racontent ses aventures et ses découvertes, où se perçoit et s'affine son esprit. Sa persistance puis sa prédominance dans le monde des lettres témoigneraient de ce lien privilégié qu'il entretient avec le nouveau : le roman aurait toujours en lui cette capacité d'annoncer ou de faire entrevoir - que l'oeuvre soit de génie ou seulement astucieuse - de quoi demain sera fait. Le roman n'est pas voyant comme l'est la poésie (ou comme une certaine définition de la poésie voudrait qu'elle soit), mais, de façon beaucoup plus concrète, prospectif. Grâce à lui nous pourrions voir se profiler le monde qui nous attend, les mutations que les autres savoirs ne sont pas encore en mesure de capter. L'oeuvre de Kafka est exemplaire de cette intuition que nous prêtons si volontiers au roman et que Balzac appelait en son temps la «seconde vue».
Le lien du roman avec la nouveauté est bien sûr indéniable. Toutefois on peut se demander si ce lien ne loge pas ailleurs que dans la prescience ou dans l'invention. En fait, on peut se demander s'il ne se trouve pas exactement à l'opposé, non pas du côté de ce que le roman imagine ou anticipe, mais du côté de ce dont il se souvient, non pas du côté de ce qu'il voit venir, mais du côté de ce qu'il voit disparaître. Il ne s'agit pas de dire par là que le roman oppose les valeurs perdues du passé aux réalités du présent. Le roman ne puise pas sa matière dans ce qui est univoque ou dialectique, dans ce qui est vrai ou non, dans ce qui est juste ou injuste. La mémoire que le roman conserve des mondes qui ne sont plus agit plutôt comme une lunette : elle lui permet de saisir la nouveauté même de ce qu'il observe, de ne pas s'y confondre ou de ne pas s'y perdre, et, par là, de toujours pouvoir la mesurer. L'hypothèse de cet essai est que l'extraordinaire puissance d'observation du roman viendrait de ce que son regard n'est jamais uniquement tourné vers le présent. Toutes ses découvertes, tout son pouvoir d'évocation comme toute la beauté de son art tiendraient à sa mémoire, c'est-à-dire à la distance et à la réserve depuis lesquelles il observe à la fois le monde toujours nouveau où nous vivons et les mondes anciens qui ne cessent pas de nous hanter.
Cette puissance, il faut le préciser, vaut pour tout le roman, c'est-à-dire pour tout le roman envisagé comme l'art issu des Temps modernes et de la conscience nouvelle qui le définit. C'est pourquoi les oeuvres abordées dans cet essai - celles de Cervantès, Flaubert, Tolstoï, Dostoïevski, Proust, Kafka - ne le sont pas en raison d'une esthétique ou d'un courant particuliers qu'elles pourraient représenter, mais en raison des découvertes qu'elles ont faites. Ces découvertes, bien sûr, ne leur appartiennent pas en propre ; d'autres oeuvres ont exploré aussi bien qu'elles notre monde de disparitions. Mais, par la façon dont elles ont compris l'ampleur de ce qui disparaissait ou dont elles ont poussé jusqu'au bout les conséquences de l'oubli, elles peuvent être vues comme des phares ou comme des jalons dans l'histoire de la mémoire du roman.

Présentation de l'éditeur

Le roman n'est pas seulement, comme on le définit presque toujours, un art du prêtent et de la nouveauté. Il est aussi un art de la mémoire. En fait, c'est parce qu'il se souvient des monda anciens et de leurs valeurs qu'il peut prendre acte de ce qui est nouveau. Cet essai s'intéresse à la façon dont le roman, depuis Cervantès, est le témoin des grandes disparitions qui hantent et façonnent la conscience moderne : la disparition du destin d'abord, dont les conséquences n'ont pas fini de s'épuiser, puis celle de l'héroïsme et, à partir du vingtième siècle, la disparition proprement vertigineuse du temps ordonné et de la mémoire elle-même. À partir des oeuvres de Flaubert, Tolstoï, Dostoïevski, Proust, Kafika, Gombrowicz, ce livre montre comment le roman moderne, par la mémoire des mondes disparus qui est au coeur de son aventure, éclaire le présent comme aucun autre art n'y parvient.

Isabelle Daunais enseigne la littérature française à l'université McGill (Mont­réal). Elle a publié plusieurs études sur le roman moderne, dont Frontière du roman. Le personnage réaliste et ses fictions (Presses universitaires de Vincennes et Presses de l'Université de Montréal).

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : alèse imperméable

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?