Acheter d'occasion
EUR 1,89
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par All-Livres
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Entreprise d'insertion de travailleurs handicapés . Expédition sous 48 H depuis la France. Emballage soigné. Entreprise adaptée ALL-LIVRES : handi'cap vers l'emploi et la culture !
1 neuf à partir de EUR 20,00
20 d'occasion à partir de EUR 1,89
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Les Grandes Espérances du jeune Bedlam Broché – 17 avril 2008

4.0 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 20,00 EUR 1,89
Poche
EUR 1,85

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

TENDRE L'AUTRE JOUE

IL EST TOUT A FAIT POSSIBLE QU'EMILY BEDLAM ait été une femme d'une grande bonté, mais aux yeux de son fils Tom elle était folle à lier.
Elle semblait la vertu chrétienne incarnée. «Que Dieu vous bénisse !» lançait-elle avec un sourire béat au quidam le plus teigneux. Si d'aventure celui-ci rétorquait par une volée d'injures, Mrs Bedlam ne lui en tenait pas rigueur. Et, bien entendu, elle réitérait le lendemain. Et le surlendemain.
Jamais on ne l'aurait surprise à se montrer dure ou méprisante, et encore moins mauvaise langue ; elle ne critiquait même pas ses voisins. Elle subvenait aux besoins de son fils unique grâce aux gages que lui versait la société Todderman & Sons, fabricant de céramique et de statuettes en porcelaine, et restait fidèle à son époux en dépit du fait que celui-ci l'eût abandonnée bien des années auparavant.
Une femme aussi altruiste et effacée, se disait son fils, ça n'existait pas ! Elle avait beau être volée, insultée et traînée dans la boue, elle tendait chaque fois l'autre joue. Comme Tom n'avait jamais rencontré d'ange, il était tenté d'associer les vertus maternelles aux moeurs de ceux qu'il croisait au long des rues impitoyables de la grande ville - les simples d'esprit, les fous, les idiots.
Tous les matins, dans le quartier de Vauxhall, au sud-ouest de Londres, Tom accompagnait sa mère à la fabrique de porcelaine. Après avoir franchi la grille en fer forgé, ils traversaient la cour balayée par les vents, sous l'oeil de Mr Todderman qui surveillait l'arrivée de ses employés du haut d'un balcon situé au deuxième étage de son domaine. Derrière lui, les deux épaisses cheminées de l'usine exhalaient des miasmes noirâtres dans le ciel londonien, tandis qu'à son côté un infirme du nom de Brandy Oxmire brandissait l'ardoise où il consignait les absences et les retards.
- Bonjour, Mrs Bedlam ! lui lançait son patron depuis son perchoir.
- Que Dieu vous bénisse, Mr Toddeiman ! carillonnait-elle gaiement en levant la tête, et merci à Mrs Todderman pour les bottines !
Elle marquait une légère halte afin de lui présenter les bottines en cuir d'un rouge criard qui ornaient ses pieds. Todderman répliquait par un marmonnement plein de lassitude :
- Tout le plaisir est pour nous, Mrs Bedlam.
Voilà des semaines qu'elle le remerciait pour une paire de chaussures que son épouse avait mise au rebut, et pour laquelle on lui retirait quelques pennies de son salaire, en guise de dédommagement.
- Tu n'as pas besoin de lui dire merci, lui murmurait Tom pour la énième fois.

Revue de presse

George Hagen a vécu au Zimbabwe, en Angleterre, aux Etats-Unis, il utilise cette matière première pour nourrir son aventure. Mais le plus séduisant est dans son écriture, cet art de jongler avec les clichés du XIXe siècle, les expressions surannées vite détournées. Il y ajoute une ironie légère, un refus de la mièvrerie, une loufoquerie surprenante. Après le succès de son premier livre, La famille Lament, George Hagen continue de porter haut et fort sa passion pour le roman populaire où les méchants sont punis par où ils ont péché, où les femmes découvrent l'indépendance et le payent souvent bien cher dans la grande bataille de l'ère industrielle. (Christine Ferniot - Lire, juillet 2008 )

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 3 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

500 PREMIERS REDACTEURS D'AVIS
31 octobre 2010
Format: Poche|Achat vérifié
Une personne a trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus
7 août 2010
Format: Broché
2 personnes ont trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus
17 juin 2010
Format: Broché
2 personnes ont trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?