• Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats en France métropolitaine. Détails
Il ne reste plus que 1 exemplaires en stock - passez vite votre commande.
Vendu par Fulfillment Express et expédié par Amazon. Emballage cadeau disponible.
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par TUNESUS
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: Vendeur américain. CD, DVD, jeux vidéo, disques vinyles et plus! Livraison rapide! Tous les articles garantis!
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 18,35
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Amazon
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

Gulag Orkestar Import

4.6 étoiles sur 5 7 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
16 neufs à partir de EUR 10,98 9 d'occasion à partir de EUR 6,41
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Beirut


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Gulag Orkestar
  • +
  • The Flying Club Cup
  • +
  • Rip Tide
Prix total: EUR 53,95
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (28 mai 2006)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Ba Da Bing
  • ASIN : B000F5GO0A
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 7 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 130.441 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
4:39
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
2
30
3:46
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
3
30
3:38
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
4
30
4:17
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
5
30
3:15
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
6
30
3:58
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
7
30
2:08
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
8
30
3:17
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
9
30
3:13
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
10
30
2:21
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
11
30
2:56
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
12
30
5:45
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
13
30
2:07
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
14
30
2:53
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
15
30
1:19
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
16
30
4:23
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

Description du produit

Zach Concon est un américain qui, comme l'écrivait Boris Vian, possède l'âme slave. Condon superpose les instruments pour donner naissance à de superbes vignettes aux architectures évoquant souvent celles de notre Yann Tiersen national. On ne sait pas ce que nous réserve Beirut pour la suite, mais la concurrence à de quoi se faire du soucis.

Critique

Inspiré par un périple de quatre mois à travers l’Europe et la découverte précoce des sonorités des pays de l’Est, Zach Condon livre, au printemps 2006, Gulag Orkestar, mariage subtile de pop, de folk et de musique balkanique.

Taillés dans la roche du Vieux Continent, mais fantasmés par un jeune américain de dix-neuf ans enfermé dans sa chambre d’ado d’Albuquerque, les onze morceaux concoctés par Beirut réunissent fanfares grisées, piano tyrannique et percussions euphoriques dans un album au goût d’alcool frelaté passé en douce à la frontière.

Les cendres de la Guerre Froide ne sont pas complètement éteintes sur Gulag Orkestar : « What can you do when the curtain falls ?  Left right ? », demande Zach sur « After the Curtain », dernier titre de l’album. La batterie militaire de « Bratislava », les trompettes larmoyantes et les chœurs plaintifs de « The Gulag Orkestar » sentent le souffre et la mélancolie – une morosité ambiante que Zach Condon sait reproduire autant dans ses mélodies que dans sa voix, instrument parmi tant d’autres, que l’on dirait parfois centenaire.

Mais si le premier album du jeune prodige américain à des allures de gueule de bois un lendemain de fête pluvieux, l’accordéon entêtant de « Mount Wroclai (Idle Days) », la rythmique enfantine de « Scenic World » et le ukulélé extatique de « Postcards from Italy », perle de Gulag Orkestar, fleurent bon les vacances et le soleil, rétablissant ainsi l’équilibre entre désespoir total et béatitude absolue.



Ondine Benetier - Copyright 2017 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
4
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 7 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Un garçon de 19 ans, ai-je lu... En écoutant le disque, on dirait plutôt une improbable fanfarre d'Europe de l'Est, entre folklore et folk tout court. Trompettes, accordéons, percussions, voix grave et posée d'un chanteur qu'on jurerait trentaine ou quadra, ce bel et intriguant album ravira aussi bien les amateurs de Calexico (des débuts), de 17 hippies, de Yann Tiersen (des débuts) voire même de Sufjan Stevens ou des orchestres tragico-comiques qu'on croise dans les films de Kaurismaki. Il faut enfin souligner que la tonalité générale n'est pas à la fête, mais plutôt à la mélancolie et à l'errance. Fanfarre triste donc...
Remarque sur ce commentaire 25 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Ce disque né de la rencontre entre un américain de dix-neuf ans et la musique d'Europe Centrale m'apparaît de plus en plus comme un miracle. Un de ceux qu'on rencontre par hasard et qui semblent exprimer clairement ce qu'on avait, confusément et inconsciemment, dans un coin de la tête. Beirut. Un album qui n'en finit pas de m'attirer, de me saisir. Tout ça n'a rien à voir avec le folklore, la pose, l'expérience... C'est beaucoup plus simple et magique. Inépuisable.
Remarque sur ce commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Impossible de ne pas penser à la musique tzigane en écoutant ce cd... folk ! D'ailleurs, l'ombre de l'ami Emir Kusturica plane carrément sur les premières mélopées de « The Gulag Orkestar ». Mais moins explosive que la production du cinéaste musicien, Beirut déroule tranquillement une musique minimaliste mais férocement envoûtante, voir moyenâgeuse. Arrive rapidement « Postcards From Italy » qui est sans doute le meilleur morceau et qui me fait un peu penser à Archive. Puis avec Mount Wroclai, l'aimable saltimbanque nous rappelle que voyager forme l'esprit : l'Irlande, ses ports, sa bière, etc. Tout ceux (dont je suis) à qui la musique folklorique donne des boutons ont intérêt à ce faire prescrire ce CD dans les plus brefs délais : guérison assurée et accoutumance garantie !
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Lester Gangbangs TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 16 septembre 2012
Format: CD
Beirut, c'est un sacré truc zarbi. Un concept, ou au choix un faux groupe, derrière lequel se cache un ado américain, Zach Condon. Condon est un minot qui tout seul dans son coin, en utilisant une kyrielle d'instruments dont certains plutôt exotiques (accordéon, trompette, ukulelé, plus toute une panoplie de claviers et synthés), a fait le meilleur disque manouche depuis (qui a dit Thomas Dutronc ? attention, je vais me fâcher, là) ... depuis, j'en sais foutre rien (ça y est, j'ai réussi à placer foutre et Condon dans le même paragraphe, j'suis content de moi, là ...), parce que c'est pas le genre de trucs que j'écoute (qui a dit Kusturica ? n'aies pas peur, tu dois avoir raison ...).
Bon, je reprends, et faudra que pense à arrêter de picoler avant d'écrire des coms, ça va finir par se voir que je suis pas à jeun ... Donc, le gamin Condon, qui avait pourtant largement de quoi satisfaire ses goûts pour le folk antique dans son Amérique natale, est parti pendant plusieurs années tracer la route en Europe, et plus particulièrement dans cette région que l'on appelait autrefois Mitteleuropa (l'Autriche-Hongrie, la Prusse), poussant des pointes vers les Balkans et une visite en Irlande. Et c'est la vieille musique de ces endroits-là qu'il nous ressert. Qui n'a rien à voir avec les chansons populaires ( ? ) des teutons à quelque fête de la bière, mais une musique remplie des sonorités les plus plébéiennes, rurales, de ces contrées. En gros, les tziganes, roms, et autres gitans.
Evidemment, personne n'attendait ce disque.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus