Acheter d'occasion
EUR 50,00
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: Prix d'origine : 20.5 euros. Veuillez compter 10-15 jours pour la livraison / 25 jours pour l'étranger. Envoi soigné avec des bulles. English speakers welcome.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

Head in the Dirt (vinyle+cd)

4.6 étoiles sur 5 8 commentaires client

2 neufs à partir de EUR 21,00 1 d'occasion à partir de EUR 50,00
Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Hanni El Khatib


Détails sur le produit

  • Album vinyle (29 avril 2013)
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Because Music
  • ASIN : B00BR0J07G
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 8 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 66.977 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Descriptions du produit

Description du produit

EDITON VINYLE COLLECTOR GATEFOLD , INCLUS LE CD DE L ALBUM, AVEC UN POSTER 60 CM X 60 CM ET UNE SOUS-POCHETTE SPÉCIALE DESIGNEE PAR HANNI EL KHATIB.
Hanni El Khatib a créé la surprise et une sensation critique en 2011 lorsqu il a sorti son 1er album Will The Guns Come Out ?. Fils d immigrants palestinien & philippin, élevé au cocktail molotov du skateboard, du punk & de l americana des années 50-60, Hanni El Khatib a appliqué à la lettre jusqu à des concerts incandescents un célèbre adage : it s only rock n roll. En tournée, Hanni a rencontré dans un bar parisien Dan Auerbach des Black Keys. Après quelques verres de whiskey, ils ont convenu d enregistrer quelque chose dans son studio de Nashville. Le résultat final, c est un album complet produit par Dan Auerbach, Head In The Dirt,de 11 chansons veinardes qui permettent à Hanni El Khatib de marquer à son tour l histoire de la musique rebelle. L idée au 1er jour de studio à Nashville était de créer quelque chose à partir de rien, voire s abstenir de guitares pour commencer...Après avoir écouté Head In The Dirt et ses ambiances variées où le songwriting de l artiste s affirme, on constate qu Hanni El Khatib n a pas oublié ses guitares et qu il a plutôt créé quelque chose à partir de tout.

Critique

On n’a pas fini d’user Will the Guns Come Out, le séminal premier jet du Palestino-Californien trop hype, que voilà la suite des aventures du sémillant tatoué dispenseur d’un garage punk de bon aloi. Sa vigueur est intacte mais cette fois son spectre s’élargit. Après un tel coup d’essai et de maître, célébré dans les cercles autorisés, l’olibrius a tapé dans l’œil de Dan Auerbach, de The Black Keys (la rencontre eut lieu dans un bar parisien) qui, comme lui, porte haut l’oriflamme d’un rock roots à la rebellitude contrôlée, et fait courant d’air en ces temps de musique ultra-orientée vers les clubs.

Acclimaté dans le studio d’Auerbach à Nashville, El Khatib a troqué l'esthétique dépouillée de son premier album (c’est à dire lui seul et un batteur de passage) pour un son qui ressemble plus à un groupe, mais qu’on se rassure, toujours dans l’esprit garage, près de l’os, baveux de fuzz, qu’on attend de lui. Mais la palette est donc plus large, entre un « Save Me » rappellant un Rolling Stones millésimé 1963, au temps du talibanisme blues, et « Penny », une pépite pop plus lente et enluminée comme un sapin de noël sous le chaud ciel du Texas. Un morceau avec de l’orgue maladif et quelques cuivres égarés qui ouvre une alternative au blues écorché que l’on croise un peu partout ailleurs sur ce Head in the Dirt moins sépia que son prédécesseur.

Quelques titres pourraient bien lui apporter un peu de l’intérêt des innombrables fans égarés dans le désert de The White Stripes, qui trouveront dans « Head in the Dirt » ou « Save Me » des accents familiers dans la façon de faire riche avec presque rien. La chose est courte, 33 minutes, mais bien sentie. Quelque chose comme une accélération de dragster, des chansons pensées comme des shots de boisson d’hommes, qu’on avale d’un trait et repose bruyamment sur le comptoir au moment où tout le corps est secoué par la charge de l’alcool.

Ce disque sans fioritures dégage ce type de sentiment et d’impression. Avec ses hoquets, ses riffs de guitare crades à souhait, cette urgence certes réfléchie mais néanmoins pas trahie. Il y a même quelques effluves de reggae sur « Nobody Move », tel que The Clash le concevait, comme un cousinage en rébellion avec les rude boys caribéens. Court, donc, mais rempli comme un réservoir de café racer, foncièrement garage sixties mais sans la moindre nostalgie, Head in the Dirt et sa « modernité vintage » va faire le reste de l’année. Facile. - Copyright 2016 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
5
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 8 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
Hanni el Khatib nous avait déjà montré en 2011 qu'il était une sorte de fils spirituel du Gun Club ou des Cramps...
Son 1er album (hautement recommandé!) sauvage et graisseux à souhait avait été une belle surprise, une consolation même, après la fin des Whites Stripes.
Sur ce "Head in the Dirt" et la production du Black Keys barbu, la musique et les vocaux s'enrichissent par petites touches à chaque morceaux (superbes claviers entre autres) tout en gardant l'urgence viscérale de ce qui nous renverse la tête et l'âme.
Seul petit bémol pour moi, le bonheur ne dure que 33 mn... Mais tant pis, ce n'est si souvent que ça arrive!

PS/au-delà des groupes cités dans mon commentaire; je précise que Hanni el Khatib évolue dans son propre univers, et y trace une route qui n'a certainement pas fini de nous surprendre.
Remarque sur ce commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Melomaniak COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 3 novembre 2013
Format: Album vinyle Achat vérifié
Après un très réussi premier album, Will The Guns Come Out, où il s'occupait de tout ou presque, Hanni El Khatib revient sous le patronage bienveillant du Black Keys Dan Auerbach, producteur "in" s'il en fut, mettant tous les atouts du côté de son garage rock revivaliste et de son envol vers des sommets inespérés, commerciaux et artistiques (c'est tout le mal qu'on lui souhaite !).

De fait, si l'approche lo-fi n'est pas tout à fait remisée, elle est nettement amenuisée par une production "au goût du jour" sans être raccoleuse, c'est aussi vrai de l'énergie brute du premier album qui est ici nettement plus domptée. Ceci dit, ce que la musique d'Hanni perd en agressive fraicheur, elle le gagne en rouerie mélodique et compositionnelle, c'est évident dès le shuffle extrêmement catchy d'Head in the Dirt, la chanson, dès l'ouverture de l'album. C'est aussi à une galette notablement plus variée à laquelle nous avons affaire avec la sunshine soul'n'pop de Penny (qu'on croirait presque les Dexys Midnight Runners en pleine relecture Motown !), le reggae rock au refrain énervé de Move ou le Them meets Black Keys de Low.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album vinyle Achat vérifié
vu en concert il y a peu. pas aussi magnétique que je pensais sur scène mais la faute en incombe au public mou et sans enthousiasme mais l'album (n'en déplaise aux critiques) tourne (c'est un vinyl, il tourne et ça ce voit autant que ça s'entend) chaque jour pour mon grand plaisir (peut être pas pou celui de mes voisins…). C'est simple, bien ficelé, un peu trop parfois mais c'est pas grave, ça me fait du bien.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Peretcharmass TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 7 novembre 2015
Format: CD
Ce 2ème album est assez différent avec un son plus produit (pouvait-on faire moins produit que le précédent ?), des arrangements plus sophistiqués et des mélodies plus recherchées... est-ce mieux ? Pas forcément, différent c'est tout. En tout cas notre rockeur n'a pas perdu son sens de l'efficacité et le titre "Head in the dirt" donne le ton avec une ligne de basse énorme, des choeurs assez pop pour un morceau vraiment tubesque pour un monde radiophonique parfait. "Family" nous ramène au 1er album avec un son bien crassouilleux et un bon vieux rock'n roll... j'adore et je me dis que c'est ça que j'aime chez HEK ! "Skinny little girl" est une vraie tuerie qui témoigne d'une sacré qualité d'écriture, 2ème tube sans contestation. "Penny" est un drôle de titre un peu trop maniéré à mon avis... ELO aurait pu faire ça (et ça aurait été génial). "Nobody move" est plus rentre-dedans avec un flow moderne, presque hip hop mais une guitare saignante quand elle s'y met, pas mal. "Can't win' em all" est très chouette, assez scandé au début puis déroulant un refrain tout en classe... tout ça ne veut pas dire grand chose. "Pay no mind" est un peu trop répétitive pour emporter l'adhésion alors que "Save me" fait se lever tout le monde pour taper dans les mains. "Low" est un titre vraiment bon comme un reggae mutant trempé dans un truc vaguement musette, bizare et excitant. "Sinking in the sand" est une bombe ahaha aha aha aha... trop bon, ce type est le futur du rock !!!!! "House on fire" clôt la galette de fort belle manière avec un ritournelle monogratte chantée avec la plus belle sincérité rock que j'ai entendu depuis longtemps !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?