• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Herzog - La Planète de Mr... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par livreautresor75
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: BROCHE
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Herzog - La Planète de Mr. Sammler (Anglais) Broché – 20 septembre 2012

3.7 étoiles sur 5 6 commentaires client

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,00
EUR 22,00 EUR 10,50
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Herzog - La Planète de Mr. Sammler
  • +
  • Les aventures d'Augie March - Le don de Humboldt
Prix total: EUR 56,90
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

Les Aventures d'Augie Mardi
(The Adventures of Augie Mardi, 1953)

Entre le romancier qui a publié L'Homme en suspens (Dangling Man) en 1944, puis La Victime (The Victim) en 1947, et celui qui publie en 1953 Les Aventures d'Augie March, il s'est opéré une transformation révolutionnaire. Car ici Bellow envoie bouler sa première manière qui fondait la composition sur des principes d'harmonie et d'ordre, trouvait son modèle dans le Kafka du Château ou le Dostoïevski du Double et de L'Eternel Mari, adoptant un point de vue moral guère inspiré, il faut bien le dire, par le plaisir de l'éclat, de la couleur, de l'abondance de la vie. Augie March affirme au contraire une conception grandiose et émancipée du roman et du monde qu'il représente; le récit s'affranchit des contraintes que l'auteur s'était précédemment imposées, les principes de composition du débutant sont subvertis, et, comme le personnage de Cinq Magots, l'écrivain lui-même est «un inconditionnel de la surabondance». La menace omniprésente qui conditionne le point de vue du héros et l'intrigue dans La Victime et L'Homme en suspens se dissipe, et l'agressivité refoulée d'Asa Leventhal dans le premier ainsi que la volonté contrecarrée de Joseph dans le second font ici place à un appétit vorace. Tout comme Augie est mû par un enthousiasme narcissique pour la vie et ses formes hybrides à l'infini, Bellow écrit sous l'emprise d'une passion dévorante pour le fourmillement éblouissant du détail.
Voici que sous nos yeux l'échelle croît de manière spectaculaire : le monde s'agrandit, et ceux qui l'habitent, êtres dynamiques, monumentaux, écrasants, ambitieux, ne se laissent pas aisément «rayer de la lutte pour la survie» - c'est la formule même d'Augie. La présence physique, paysage complexe, conjuguée à la volonté de pouvoir chez ces êtres remarquables font du «personnage» dans toutes ses manifestations, et en particulier dans sa capacité à laisser une trace indélébile, le thème majeur du roman plutôt qu'un aspect parmi d'autres.
Il n'est que de voir Einhorn au bordel, Thea avec son aigle, Dingbat et son boxeur, Simon dans sa splendeur rugueuse chez les Magnus et, dans toute sa violence, au dépôt de charbon. De Chicago au Mexique, puis jusqu'au milieu de l'Atlantique, Augie parcourt Brobdingnag, non pas toutefois sous le regard caustique et véhément de Swift, mais plutôt sous celui d'un Jérôme Bosch du verbe, un Bosch américain, optimiste et ennemi du sermon, qui sait détecter sous l'insaisissable de ses créatures, fuyantes comme des anguilles, sous leurs combines, leur triche, leurs impostures les plus colossales, la dimension humaine captivante. Les intrigues des hommes ne provoquent plus de délire de persécution chez le héros de Bellow, elles l'illuminent. Magistralement rendues, les apparences où chatoient la contradiction et l'ambiguïté cessent d'être une source de consternation : au contraire, le diapré du réel est tonique, jubilatoires sont ses facettes.
La phrase pléthorique existait déjà dans la littérature américaine, en particulier chez Melville et Faulkner, mais pas au degré atteint dans Augie March, où le phénomène dépasse la licence poétique ; car lorsque l'écrivain n'est mû que par cette licence, on tombe vite dans le brio creux des épigones d'Augie March, précisément. Pour moi, les licences de la prose de Bellow sont une preuve par la syntaxe du moi robuste et vaste d'Augie, un moi aux aguets, vagabond, en devenir, toujours en mouvement, tantôt cédant à la force d'autrui, tantôt capable de s'en affranchir. L'effervescence de la phrase, ses courants impétueux donnent au lecteur le sentiment qu'il s'y passe mille choses à la fois. La prose est foisonnante, ardente, théâtrale, exhibitionniste, elle accueille le dynamisme du vécu sans évacuer la réflexion. Cette voix désormais irrésistible se laisse envahir par l'esprit mais ne perd pas contact avec les mystères de l'émotion. C'est une voix intelligente et irrépressible, qui s'exprime avec toute sa force en conservant pourtant la faculté aiguisée de prendre la mesure des choses.

Revue de presse

Les héros de Saul Bellow ne connaissent pas la paix. Ils s'agitent autour des autres ou les autres s'agitent autour d'eux. Une eau-de-vie portée à ébullition. La présence de la folie souffle à l'intérieur de chacune des phrases pour les soulever haut et les laisser retomber aussitôt. Son thème : l'homme et la société. Le grand écrivain américain Saul Bellow (1915-2005) est le peintre agressif de la complaisance des sentiments. On a accusé le Prix Nobel de littérature 1976 d'être masochiste, conservateur, misogyne. Femmes taillées en pièces, ressassement de la souffrance, valeurs modernes mises au pilori. Seuls restent l'énergie et l'humour. Les hommes de Saul Bellow s'époumonent à force de courir après plusieurs lièvres. C'est drôle à voir : leur constante mauvaise humeur leur sert de fragile planche de salut. Les deux célèbres romans de Saul Bellow nouvellement traduits, Herzog et La Planète de Mr. Sammler, rendent compte du génie furieux d'un des grands écrivains du XXe siècle. (Marie-Laure Delorme - Le Journal du Dimanche du 7 octobre 2012)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.7 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Terminator le 21 janvier 2017
Format: Poche Achat vérifié
Aussi pénible à lire que du Roth. Un empilement de mots, une juxtaposition de scènes de vie intérieure ennuyeuses à mourir. L'auteur se regarde écrire, il a l'air convaincu de livrer des trésors d'introspection. Si ça lui a fait plaisir de bidouiller un livre aussi dénué d'intérêt je suis content pour lui!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
La reparution d'Herzog de Saül Bellow, prix nobel de littérature (je le dis pour la vendeuse de la librairie qui m'a demandé qui était Bellow), est un événement non pas tant en raison de la nouvelle traduction mais par l'opportunité que cela donne de lire ou de relire ce monument de la littérature mondiale et, accessoirement, américaine, juive et chicagoane. Ce livre se lit comme une tragédie grandiose de l'homme américain confronté à une société où des femmes perverses ne cessent de le manger tout cru. Et la préface de Roth, tirée d'un livre de commentaires littéraires écrit il y a quelques années, ne le dément pas et nous fait entrevoir que le génie de Roth n'a pas pu ne pas être influencé par celui de Bellow. Lire Bellow c'est découvrir l'archéologie de Roth, lire Bellow, c'est s'annoncer Roth, c'est prédire Zuckerman. Superbe !
Remarque sur ce commentaire 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Eminian TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 26 mai 2014
Format: Poche
Saul Bellow (1915-2005) est un écrivain canadien-américain fils d'immigrés juifs-russes, élevé à l'école de la rue mais universitaire de carrière, notamment à Chicago. Saul Bellow a obtenu trois fois le National Book Award, pour Les Aventures d'Augie March (1953), Herzog (1964) et La Planète de M. Sammler (1969). Il reçut le prix international de littérature en 1965 et le prix Nobel de littérature en 1976. Cinq fois divorcé, l’écrivain vivait entre le Vermont et Boston, remarié à une ex-étudiante de trente ans sa cadette, lorsqu'il décède en 2005.
Moses Herzog, universitaire à l’approche de la cinquantaine, vient de se faire quitter par Madeleine, sa seconde épouse pour se mettre en ménage avec son amant, le meilleur ami de Moses. Herzog sombre alors dans la déprime et se met à rédiger des lettres ressassant ses griefs – qui ne seront jamais postées - à un peu tout le monde, de Nietzsche à Dieu, à des hommes politiques ou à lui-même. « Peut-être que j’ai perdu l’esprit, mais ça ne me dérange pas, songea Moses Herzog.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique