• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Homo Economicus : Prophè... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par France CDs
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Envois en Chronopost disponible. Preparation & Expeditions du Nord de la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Homo Economicus : Prophète égaré des temps nouveaux Broché – 29 août 2012

3.9 étoiles sur 5 38 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché, 29 août 2012
EUR 17,90
EUR 14,90 EUR 1,93
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Homo Economicus :  Prophète égaré des temps nouveaux
  • +
  • La Prospérité du vice
Prix total: EUR 25,20
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Un ouvrage foisonnant et brillant. --Le Monde

L'économiste analyse avec clarté un modèle occidental défaillant et prône un juste équilibre entre "compétition" et "coopération". --Le Journal du dimanche

Présentation de l'éditeur

Sous l égide d une nouvelle civilisation-monde, dominée par un capitalisme exubérant, la société devient beaucoup plus compétitive. L obsession des chiffres se diffuse et la manie du classement (écoles, hôpitaux, chercheurs, cadres, employés...) s est installée partout. Sur Facebook, les enfants mettent leur vie privée en scène sous le regard et le jugement des autres, chacun cherchant à avoir le plus d amis possibles. Les firmes organisent une concurrence nouvelle entre leurs salariés, sous-traitant les tâches inutiles, licenciant ceux qui ne peuvent pas suivre.
Un monde néo-darwinien, où les plus faibles sont éliminés et soumis au mépris des vainqueurs, est en train de s imposer. Adossé aux promesses ambigües de la révolution numérique en cours, un scénario crépusculaire se lit entre les lignes de ce monde en devenir. En y ajoutant les bouleversements rendus possibles par la génétique le défi est immense.
Rien n est pourtant inéluctable dans ces évolutions. Les métaphores tirées du monde naturel n ont de pertinence que pour ceux qui en profitent. A l heure où des milliards d humains se pressent aux portes du modèle occidental, l urgence est de repenser de fond en comble le rapport entre la quête d un bonheur individuel pas forcément inaccessible ! et la marche efficace de nos sociétés modernes.
Un nouvel essai provoquant qui nous rend plus intelligent.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Blacknano le 27 septembre 2012
Format: Broché
Daniel Cohen nous avait habitué à mieux.
Je trouve le livre intéressant, mais rapide. Tout est survolé, beaucoup de sujets abordés (voir les commentaires des autres lecteurs), superficiellement.
2 choses me gênent entre autres choses :
- la 1e, c'est que beaucoup de titres de chapitres sont tirés de titres de livres, sans que ceux-ci soient toujours cités : "Faites vous-même votre malheur" (Watzlawick), "Le nouvel esprit du capitalisme" (Boltanski et Chiapello), "Le nouvel âge des inégalités" (Fitoussi et Rosanvallon), "Good bye Lénine" (film), "La mondialisation triste" (allusion au livre de Minc), etc. Ce n'est pas dramatique, mais qu'en coûte-t-il de citer les auteurs ?
- L'autre point gênant ne concerne qu'indirectement le livre. Cest une bonne analyse du monde tel qu'il va, des choses qu'il aurait fallu faire, celles qu'il n'aurait pas fallu faire (l'Europe économique avant l'Europe politique par ex.). Tout cela est très bien, mais suscite une interrogation : un économiste comme Daniel Cohen occupe les plus belles fonctions institutionnelles, des titres en voici en voilà, des fonctions éminentes de professeur et de conseiller... Il forme des étudiants, conseille plein de gens... Pourquoi donc les bonnes décisions ne sont-elles pas prises ? N'est-ce pas plutôt que les économistes se trompent crise après crise, expliquant après chacune pourquoi il ne fallait pas faire ce qui a été fait, et ce qu'il aurait fallu faire ? La question qui me vient est : pourquoi n'est-ce pas dit avant ? N'est-ce pas un peu facile de dire après tout ce qui n'a pas été fait ?
Bref, un livre intéressant, mais trop rapide.
2 commentaires 57 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Dan Merry TOP 1000 COMMENTATEURS le 17 novembre 2013
Format: Broché
Daniel Cohen fait partie de cette catégorie d’économistes qui ne se présente plus pour les bonnes raisons. En effet, il a prouvé, à longueur d’ouvrages qu’il possédait un talent véritable de vulgarisateur et de chercheur. Dans cet opus, il s’attaque au bonheur en sept parties.
1. Le bonheur intérieur brut
2. Le travail, une valeur en voie de disparition
3. Le déclin de l’empire
4. Le décentrement du monde
5. La grande crise de l’occident
6. Le cauchemar de Darwin
7. La condition postmoderne

Sur la forme, c’est impeccable, le style est simple, le texte est fouillé et regorge de références pour aller plus loin.

Sur le fond, Daniel Cohen réussit à traduire avec une certaine justesse l’impasse devant laquelle l’homme, la société et leur modèle économique se trouvent. Son idée centrale est que la poursuite du bonheur par l’accumulation de biens matériels est une aberration anthropologique. Même si une majorité d’individus déclare vouloir gagner plus pour être plus heureux, l’effet de cette augmentation sera de courte durée car l’homme finit toujours par s’adapter.

Le reste de l'ouvrage est relativement classique et reprend le travail où il l'avait laissé dans ses précédents travaux. Il analyse la transformation de la relation employé/employeur / société, la fin de l'hégémonie occidentale et la question chinoise...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Le dernier ouvrage en date de Daniel Cohen pourrait fort bien être le dernier ouvrage du Daniel Cohen que nous connaissions. En effet, écrit "à l'américaine" sur le modèle de ces livres à succès que le yankee mal éduqué à la recherche de théories du Tout peut trouver à foison dans les halls de gare, "Homo economicus..." aligne des chapitres assez courts pour être lus entre deux trains et emprunte à toutes les disciplines théories, expériences et points de vue pour construire une démonstration. Bref, on pense à des succès tels que "Rich dad, poor dad" ou "The tipping point" en le lisant.

La démonstration sonne comme une sorte de mea culpa, puisque l'idée est de démontrer que tout ne peut pas être rapporté à l'économie : "L'économie est sommée de prendre en charge la direction du monde à un moment où les besoins sociaux migrent vers des secteurs qui peinent à s'inscrire dans la logique marchande". Mea culpa tempéré toutefois, car il convient de ne pas trop cracher dans la soupe. Ainsi, "économie" ou "discipline économique" ? L'une et l'autre sont confondues dans le propos, sans doute pour ne pas donner le sentiment que son objet à totalement échappé à l'auteur, lequel voudrait nous faire accroire que l'économie peut toujours être appréhendée depuis un laboratoire de l'Ecole d'économie de la Paris School of Economics. Or c'est bien parce que cette entreprise a échoué que Daniel Cohen est contraint de passer à autre chose.

Autre chose, mais quoi ?
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 24 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?