undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
81
4,3 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:19,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Encore plus dramatique et cynique que la première saison, `House of Cards' repose sur des intrigues complexes, particulièrement subtiles et riches en dialogues. En outre, la photo (digne d'un long-métrage) accentue le côté sombre de cette suite.
La saison commence par un énorme twist, dès le premier épisode, qui débute exactement là où s'était terminé l'épisode 13 de la saison 1.
On retrouve Frank et Claire UNDERWOOD (qui prend de l'importance), toujours aussi hypocrites, manipulateurs et cyniques. On adore les détester.
Fascinante réflexion sur le pouvoir et ses travers, `House of Cards' est la série politique de référence.
22 commentaires| 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La saison 2 de série « House of Cards » tient toutes les promesses de la saison 1, tant pour son regard acerbe et sans concessions sur le fonctionnement de la démocratie américaine que pour la qualité sans faille de son scénario.

Francis Underwood (Kevin Spacey) est désormais vice-président. Avec l'appui inconditionnel de son épouse Claire (Robin Wright), il se livre à un combat sans pitié contre le richissime homme d'affaire Raymond Tusk (Gerald McRaney) pour gagner, à son seul profit, la confiance du président des Etats-Unis Garett Walker (Michael Gill). Les treize épisodes de la saison 2 voient également la monté en puissance des personnages de Doug Stamper (Michael Kelly), le chef de cabinet d'Underwood, de Rachel Posner (Rachel Brosnahan), la call girl qui en sait trop, et plus encore du lobbyiste Remy Denton (Mahershala Ali) et de Jackie Shaprp (Molly Parker), la remplaçante de Francis Underwood comme « chien de garde » des députés Démocrates.

Le scénario, toujours aussi cynique et sombre - les faibles et les justes sont sacrifiés sans scrupules aux intérêts dits supérieurs -, fait également plus de place à des événements réels et récents : les coupes budgétaires, la crise commerciale sino-américaine, l'escalade diplomatique entre Chine et Japon, le cyber-terrorisme et le Wikileaks. Les journalistes, et leurs rapports souvent incestueux avec le monde politique, via le filtres des conseillers en communication, jouent encore et bien évidemment un rôle clé.
La force de « House of Cards », tout au long de cette nouvelle saison, demeure la qualité exceptionnelle de ses acteurs et le soin de sa la réalisation. Série aboutie, au ton très libre et sans tabous, « House of Cards » ne se complait pas dans l'amoralité de ceux dont la motivation - l'obsession - est la conquête ou l'accaparation du pouvoir. Elle décrit plus généralement, avec un grand réalisme et beaucoup de recul, les maeurs et les pratiques d'un système qui s'il n'est certes pas le meilleur ou le plus vertueux, mais qui n'est pas non plus le pire, grâce à l'existence de nombreux contre-pouvoirs que la série met également en avant.

Bravo sinon pour la très pratique version Ultraviolet multi-supports offerte en prime dans le coffret.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Au niveau du coffret blu-ray un petit problème se pose à nouveau car comme pour le coffret de la saison 1 la pochette dépliable en carton rigide contenant les disques est toujours identique et mal conçue, il est toujours difficile d'extirper les disques des étroits espaces de rangement.
Sinon cette version donne accès à la (VF, VO, Vost) donc aucun souci à ce sujet.
Le son est bien en 5.1 et l'image est soignée pour cette version blu-ray.

La série est toujours extrêmement bonne, l'intrigue est toujours forte et je me demande jusqu'où elle nous menera encore avec ce casting éblouissant.
review image review image review image review image
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2014
On retrouve dans ce deuxième volet tous les ingrédients qui ont fait le succès de cette série : calculs politiciens, pragmatisme calculateur, cynisme glacial et mensonges érigés en règle de vie. Le deuxième opus de House of cards ravira tous les fans de la première saison qui avaient été, presque contre leur gré, fascinés par un monde politique impitoyablement corrompu et soumis à la loi du plus fort ou du plus machiavélique. A ce petit jeu, Claire et Frank Underwood se montrent, si l'on ose dire, au meilleur de leur forme. A noter la plus grande importance accordée à Claire dans ce deuxième volet. Et le moins que l'on puisse dire est qu'elle n'a rien à envier à son mari dans son talent consommé au mensonge, au calcul sans foi ni loi et à l'opportunisme assassin. La série traite également de façon concomitante du sexe décliné sous ses aspects les plus troubles, à l'image d'un monde profondément perverti. Tous les épisodes se tiennent par une intrigue qui, dans toute sa noirceur, fait toute sa place à un suspense haletant. De quoi donc réjouir les amateurs de la première heure qui avaient adoré détester ces personnages en soi inacceptables mais paradoxalement tellement réjouissants. On mentionnera aussi le soin accordé à la jaquette en papier glacé et aux goodies que proposent les dvds très joliment ornementés de photos de grande qualité. Pour toutes ces raisons, on ne peut que recommander l'acquisition de ce coffret, tant dans sa forme que sur son fond.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2014
Les acteurs, même les rôles secondaires, sont tous excellents. Pas de délayage inutile, les différents réalisateurs (des grands noms) savent tous manier l’ellipse, contrairement à nombre de séries françaises où tout doit être surligné. Plus d'intrigues annexes que dans la 1° saison, ce qui accentue la complexité des relations, pour le bonheur du spectateur. Vertigineux de cynisme politique, avec parfois une touche d'émotion qui rend les démêlés des protagonistes crédibles( la scène avec le propriétaire du minable restau de spare-ribs). En fait, se pose la question du couple formé par Frank et Claire : sont-ils des monstres ou alors convient-il d'être des requins quand on nage parmi les requins ?
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juin 2014
Un must have total !

Une saison deux qui monte encore d'un cran. Ce vice-président incarne vraiment le diable.

A voir sans attendre vu le rythme de cette saison qui laisse déjà augurer d'un troisième cycle qui va saigner !!!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2014
On ne pourra désormais plus dire que les séries n'atteignent pas le niveau du cinéma, ici on le dépasse !
Sans rien dévoiler ici : le premier épisode nous retire un personnage qu'on croyait indissociable de la série :-( Et puis au fil des épisodes suivants d'autres personnages prennent leur place... et on sent en arriver d'autres qu'on retrouvera avec plaisir (ou crainte) dans la saison 3.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mars 2015
L'emballage est désastreux, on est contraint avec un tel emballage de saisir le dvd sur ses deux faces avec les doigts !!! Ce qui laisse des traces sur le disque et le bloque de façon aléatoire pour une lecture normale. Il faut s'attendre à des soucis à la lecture à cause de ça, les avances rapides ne le sont pas, il y a des changements de scènes lorsque l'on met en pause etc.. Le dvd doit être mal pressé en plus des soucis d'emballage.
Étonnant de la part de Sony.
Comme sur la saison 1, il y a une présence choquante et intrusive des produits Apple (qui a du sponsoriser le film ?)
On a droit à tous les produits de la marque, les ipad, iphone, mac sous toutes ses variantes... et cela 4 à 8 fois par épisode.. Santé !
Cette protubérance publicitaire diminue le sentiment d'être dans un film, on est rappelé à la réalité marchande en permanence à tel point qu'on peut se demander si c'est une pub Apple enrobé de film ou un film avec Apple comme noyau "dur" et dur à croquer.
Peu crédible en tous cas. On peut se demander si des pubs aussi agressives dans dans des films ou des séries ne sont pas contre productives ?
Série nettement inférieure aussi à sa grande soeur de la BBC, rien à voir.
Ce serait comme comparer un pur malt 18 ans d'âge avec un bourbon de supermarché.
Ici tout est plus long, dilué, une sorte de mélasse avec des longueurs bref à l'américaine, l'élégance du bulldozer...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« Ma vengeance est perdue s'il ignore en mourant que c'est moi qui le tue ». Racine aurait pu écrire ce vers en pensant au couple Underwood car dans House of Cards, celui (ou celle) qui s'est mis en travers du chemin de Frank sait fort bien qu'il le paiera. La vraie question est quand le paiera t-il ? car la future-potentielle-victime sait qu’elle va morfler…
Dans cette saison 2, nous retrouvons ainsi le gentil petit couple Underwood euh… le duo machiavélique que forment Frank et son épouse à la conquête du pouvoir.
Nous avons donc la confirmation que Claire n’est pas en reste quant à la mise en œuvre de projets plus démoniaques les uns que les autres et, qu’au final, Monsieur et Madame se sont bien trouvés !
La saison 1 était percutante, la saison 2 est sidérante car la question est : jusqu’où iront-ils pour mener à bien leurs plans ? La réponse est que la team Underwood est sans limites ; rien ne les rebute dans la course au pouvoir.
« Il y a des poignards dans les sourires ». Y aurait-il du Macbeth dans House of Cards ? En tous les cas, l’ambiance perfide et délétère qui règne dans le sillage des trop-souriant-et-propres-sur-eux-Underwood fait gravement flipper. Maison Blanche, ton univers impitoya-a-ble.
Et les acteurs me direz-vous ?
Kevin Spacey est toujours aussi séduisant avec son air de deux airs. Quant à Robin Wright, elle s’est vue attribuer le Golden Globe de la meilleure actrice de série dramatique pour son rôle de Claire Underwood. Et on peut dire qu’elle joue avec énormément de justesse et d’intelligence.
N’oublions pas Gerald McRaney qui interprète fantastiquement le milliardaire Raymond Tusk.
Bref, vous l’aurez capté, j’ai totalement adhéré et je ne peux que vous recommander le visionnage de House of Cards 2.
(ServaneL.)
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2014
Un scénario riche, fouillé, farci de détails et tenant en haleine, chapeau messieurs les scénaristes!
On avale les épisodes sans fatigue et on attend la saison 3
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)