Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Hubris: La fabrique du monstre dans l'art moderne. Homoncules, Géants et Acéphales Relié – 22 mars 2012

Rentrée Littéraire 2017 : Découvrez toutes les nouveautés
4.0 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 25,00

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés



Description du produit

Extrait

Extrait du prologue

Au-delà du beau et du laid

«Un homme va se faire...»
GOETHE
Second Faust

Phantasia, phainomai : il s'agit, chez les Grecs, d'image et d'imagination, mais il s'agit aussi de représentation. L'un et l'autre terme parlent de venir à la lumière, de mettre au jour, de faire paraître à la lumière, d'apparaître au jour, de rendre visible, présent à l'oeil et à l'esprit, ce qui d'ordinaire reste caché. C'est un fantôme, une apparition, dont on ne sait trop si ce qui se manifeste est vu ou bien imaginé.

En latin, le monstrum relève aussi de la fantasmagorie, un prodige, un avertissement émané de la volonté des dieux, comme le suggère une étymologie inattendue : monere, avertir, prévenir, mettre en garde. Mais monere, c'est aussi, de manière tout aussi inattendue, et d'un sens apparemment contradictoire, conserver le souvenir, la trace, la mémoire. C'est l'injonction du tombeau, de l'inscription, de la statue. De monere dérive le monumentum.
Le monstre et le monument ont donc partie liée dans l'évocation commune d'un passé lointain, mythique ou fabuleux, qu'il faut tout à la fois conserver mais dont il faut aussi se garder. Dans les romans populaires, les monstres sortent des tombeaux. Ils sont enfouis dans la mémoire la plus ancienne mais, quand ils montent à la lumière du jour, qu'ils se montrent, ils frappent par leur aspect, provoquant terreur et fascination. Figures repoussantes, ils sont aussi une figure de révélation, la mise au jour de ce qui devait rester caché et qui resurgit des temps les plus reculés. Le monstre est un avertissement. C'est, si l'on veut, «le retour du refoulé» par excellence, le rappel en tout cas d'un temps dominé par ce Ur cher aux Romantiques allemands qui recherchaient, dans les jardins botaniques ou dans les zoos, les traces de la plante primitive ou de l'animal des origines, avec la même passion qu'ils mettaient à questionner les rêves qu'ils avaient faits la veille.
La figure du Colosse, qui sera souvent évoquée dans les pages qui suivent à propos des Géants et des Titans en particulier, est à la fois «monument» et «avertissement» : il est le retour du mort. A Cyrène, le kolossos désignait à l'origine une statue de forme humaine, de bois ou d'argile, représentant un absent dans un acte rituel, sans considération de taille, un double du mort. Il désigne par la suite, selon Hérodote, des statues-piliers égyptiennes, dont la hauteur prodigieuse semble venir du Colosse de Rhodes, érigé en 292 avant notre ère, mais sans que la fonction religieuse des kolossoi de Cyrène soit abolie. Si le mort revient, il est effrayant, et d'abord par sa taille.

Temps des origines, avec ses créatures premières, leurs formes ébauchées, leurs embryons difformes, il fait naître des objets d'horreur mais aussi de crainte et de vénération. Nous les craignons comme des diables et nous les adorons comme des dieux. Les dieux anciens ont souvent un aspect monstrueux.
La science positiviste du XIXe siècle n'a pas manqué de souligner que le dieu nain Ptah adoré par les Égyptiens reproduisait les caractéristiques d'un monstre achondroplasique. Pour ne rien dire des innombrables divinités monstrueuses des religions extra-européennes, rappelons, si proche encore de nous, cet autre petit dieu égyptien, ce nain obèse qui s'appelait Bès.
Si l'on en croit Haeckel et sa théorie du passé phylogénétique, mais aussi ce qu'en ont dit après lui Freud, Ferenczi et Walter Benjamin, nous habitons, obscurément, les monstres que nous avons été au fond des eaux ou des forêts originelles.

Revue de presse

L'ancien directeur du Musée Picasso et commissaire de l'exposition Mélancolie au Grand Palais, en 2006, poursuit sa réflexion sur l'art moderne avec l'un de ses meilleurs essais, Hubris...
Au fil de sa réflexion et de ses descriptions d'oeuvres, toujours d'une impressionnante érudition, Jean Clair éclaire par les rapprochements qu'il opère. Et provoque, aussi. (Bertrand Dermoncourt - L'Express, avril 2012)

Empruntant aussi bien à l'histoire de l'art qu'à celle des sciences et des idées, le nouvel essai de Jean Clair propose de suivre les filiations esthétiques de ces anatomies ensauvagées, de replacer le goût du difforme dans un répertoire iconographique ancien ou au contraire d'en saisir les points de rupture...
Emporté par son style, Jean Clair a des formules risquées. Mais la lecture est toujours stimulante, tant pour l'acuité des comparaisons que pour l'aisance de l'auteur à jeter des ponts entre les disciplines. (Julie Clarini - Le Monde du 26 avril 2012)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 3 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 7 octobre 2012
Format: Relié|Achat vérifié
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2016
Format: Relié|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 janvier 2013
Format: Relié|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?