• Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats en France métropolitaine. Détails
Il ne reste plus que 11 exemplaires en stock - passez vite votre commande.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
The Idiot a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par worldofbooksfr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Votre article a déjà été utilisé mais il sera malgré tout en très bon état. Le disque se lira parfaitement, sans interruption mais il pourrait y avoir quelques signes d'usure sur le boîtier, la jaquette ou le livret.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 9,57
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : DiscountMediaStoreFR
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

The Idiot

4.3 étoiles sur 5 11 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
27 neufs à partir de EUR 4,64 11 d'occasion à partir de EUR 3,27
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Iggy Pop


Produits fréquemment achetés ensemble

  • The Idiot
  • +
  • Lust For Life
  • +
  • Post Pop Depression
Prix total: EUR 27,39
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (1 mars 1990)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Virgin
  • ASIN : B000000WH7
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5 11 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 30.189 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
4:19
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
2
30
4:14
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
3
30
2:54
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
4
30
3:24
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
5
30
5:07
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
6
30
7:11
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
7
30
2:59
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
8
30
8:24
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 

Description du produit

Description du produit

Essential 1977 album includes"Sister Midnight", "Nightclubbing" ,"Funtime" & "China Girl" produced by & co-written with David Bowie.

Amazon.fr

En 1977, David Bowie a entamé sa célèbre trilogie berlinoise. C'est dans la ville schizophrène et décadente qu'il invite Iggy Pop à le rejoindre pour enregistrer "The Idiot". Ils écrivent ensemble toutes les chansons et Bowie est à la production. Les morceaux s'en tiennent à une simplicité presque minimaliste mais les synthétiseurs, et les riffs dissonants de guitare saturée les tirent vers des ambiances moites, reptiliennes, plutôt malsaines. "China Girl" qui deviendra plus tard un hit pour Bowie, "Funtime", "Sister Midnight" et "Nightclubbing", sont autant de classiques d'un rock à la fois charnel et froid ; un rock moderne et urbain qui a séduit des jeunes groupes de l'époque comme Joy Division ou Human League. --Hubert Deshouse

Voir l'ensemble des Description du produit

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par M. Cyrille MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 5 décembre 2011
Format: CD
Aaaah Iggy. Mon Iggy, ton Iggy, son Iggy votre Iggy notre Iggy. Celui qui a dix ans d'avance avec les Stooges, qui rend le bruit artistique et musical, qui veut chanter comme le saxo de Coltrane, qui ose affirmer son désarroi à à peine vingt-et-un ans alors que les hippies déferlent. Iggy, l'Iguane, James, peu importe ton nom, tu es nécessaire. Malgré les disques mineurs, malgré la carrière en dents de scie, malgré ton insouciance qui te dessert mais qui te permet de rester humble, tu es un des rares qui compte dans la petite histoire du rock.

Et si il faut retenir un seul de tes disques en solo, c'est bien le premier. The Idiot. L'idiot. En référence à Dostoïevski, parce qu'en 1977, c'est Bowie, le David, qui s'occupe de toi. Il t'ouvre un monde nouveau, celui des ballets, des peintres, de tout un pan de culture que tu ne connaissais pas. Il sait très bien ce qu'il fait (Bowie sait toujours ce qu'il fait), pendant sa pénitence à Berlin avec Brian Eno, à essayer d'oublier les années cocaïne. Vous voilà loin de la fête. Le monde ne tourne pas rond, le rock encore moins, la révolte gronde. Trop fatigués pour suivre le mouvement, vous préférez prévoir la suite : le désappointement. Désabusés à vos âges, pas si vieux pourtant, mais ayant brûlé toutes les chandelles.

Autant l'enregistrer. Bowie fait des merveilles, tu écris les paroles les plus sincères que tu écriras jamais, vidant ton sac sur l'ultime Dum Dum Boys, vous créez un son paranoïaque, enfermé et rampant, tandis que ta voix semble voilée.
Lire la suite ›
4 commentaires 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par crew.koos COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 31 juillet 2008
Format: CD
Après les excès et la douloureuse séparation des Stooges, Iggy était perdu, Iggy était a l'Ouest, Iggy était...seul ! C'est dans un bien piteux état que Bowie vient le chercher pour enregistrer ce premier album solo magistral.

Alors oui, il y a des hits incontournables "Nightclubbing", "China Girl" chanté avec la voix de crooner désabusé de l'iguane, mais le sommet de l'album, pour moi en tous cas, est atteint avec Dum Dum Boys.
Sur un rythme reptilien et lancinant, tout en guitares retenues mais vénémeuses, Iggy perdu et mélancolique se demande ce que devienne ses Stooges et se remémore humblement leur rencontre:

" The first time I saw
The dum dum boys
I was fascinated
...
I was most impressed
No one else was impressed
Not at all"

La plus belle chanson d Iggy en solo !
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Je n'aime pas ce que Bowie a fait de l'Iguane dans ce disque, qui reste cependant un disque de Bowie juste correct.
Jean-Marie Regimbeau
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Melomaniak COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 25 juin 2015
Format: CD
C'est le premier album de l'iguane, un album qui, comme le fantastique Transformer de Lou Reed quelques années plus tôt, porte le sceau d'un David Bowie toujours partant pour aider un pote à sa relance, quitte à vampiriser son "sujet".
Parce que, indéniablement, dès un titre en référence à Fiodor Dostoïevski (j'sais pas vous mais, moi, j'ai du mal à imaginer Iggy potasser les classiques de la littérature russe), d'une approche, une esthétique musicale typique de la période berlinoise de l'homme aux yeux vairons, jusqu'à des crédits intégralement partagés par l'auteur et son mentor/producteur, on a très souvent l'impression d'écouter un album de David Bowie chanté par Iggy Pop. Comme c'est un bon David Bowie, option post-kraut new-waveuse avant l'heure à fond les bananes !, avec quelques vrais highlights (Sister Midnight, co-écrit avec le guitariste Carlos Alomar, l'imparable Nightclubbing morceau culte s'il en fut, un Funtime cousin-Kraut, ou un China Girl que Bowie n'hésitera pas à transformer en hit mondial quelques années plus tard en le débarrassant de son initiale noirceur), on ne boude pas son plaisir et plonge dans les méandres d'un album mené par la voix du mort-de-faim, un peu à la ramasse depuis la séparation des
...Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Au début des seventies, Iggy Pop s'est fait un nom à lui tout seul comme étant le plus "mauvais" représentant du rock, créant du pur tohu-bohu et de la pure débauche avec son groupe de rock de Détroit, les Stooges. Mais après le split qui suivit la sortie de "Raw Power", Iggy est devenu une sorte de cas perdu. Accro à la drogue et s'étant rendu lui-même dans une institution psychiatrique, Iggy allait bientôt disparaître dans l'obscurité et presque devenir ce qu'Axl Rose était il n'y a pas si longtemps. Mais grâce au vieux pote David Bowie, tout cela prit fin. Iggy était déterminé à redémarrer sa carrière dans la musique, et Bowie à ses côtés pour co-écrire les chansons et produire son "comeback" qui sera "The Idiot".

Si on le compare à Raw Power ou à Fun House, The Idiot montre résolument un Iggy plus contrôlé et contenu. Les riffs de guitare brillants et embrasés de James Williamson ainsi que les hurlements flippants à la banshee d'Iggy sont partis. A la place, sous la tutelle de Bowie, Iggy devient un chanteur de rock plus sophistiqué, mais résolument plus sombre et dérangé. Pensez à du Bowie, mélangé avec du Léonard Cohen et une touche de Peter Murphy, et vous n'êtes pas loin du résultat. The Idiot était loin d'annoncer un futur ensoleillé pour Iggy. C'était quelque chose qu'il ne pouvait juste pas faire. On a à la place une collection de visions mornes et de mélodies sinistres. Le son des Stooges n'est plus d'actualité. Comme il le disait à l'époque : "I'm not a punk anymore.
Lire la suite ›
1 commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents