EUR 6,60
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Illusions perdues a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Illusions perdues Poche – 23 août 2006

4.8 étoiles sur 5 12 commentaires client

Voir les 22 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 24,98
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,60
EUR 6,60 EUR 9,99
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Livre de poche, nouveautés poche Livre de poche, nouveautés poche

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Illusions perdues
  • +
  • Splendeurs et Misères des courtisanes
  • +
  • Eugénie Grandet
Prix total: EUR 18,90
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Présentation de l'éditeur

A Angoulême, David Séchard, un jeune poète idéaliste, embauche dans son imprimerie un ami de collège, Lucien Chardon, qui prendra bientôt le nom de sa mère, Rubempré. Poète lui aussi, il bénéficie d'une sorte de gloire locale et fréquente le salon de Louise de Bargeton à qui le lie bientôt une intrigue sentimentale qui fait tant jaser que tous les deux partent pour Paris. Voilà bientôt Lucien lancé dans le monde des lettres aussi bien que de la haute société, mais si Paris est la ville des " gens supérieurs ", ce sera également pour lui celle des désillusions. C'est bien la figure de Lucien, en effet, qui donne surtout son unité aux Illusions perdues qui ont d'abord été, de 1837 à 1843, une suite de trois romans devenus plus tard les trois parties de celui que nous lisons, quand Balzac eut conçu le projet de La Comédie humaine et décidé de faire de sa trilogie l'une des Scènes de la vie de province. Car si Paris reste bien au cœur du triptyque, c'est à Angoulême, néanmoins, que se noue le destin des héros, à Angoulême encore qu'il s'assombrit. Revenu dans sa ville natale, Lucien n'est pas loin d'y sombrer - avant une véritable ascension dont Balzac fera le récit dans un autre grand livre: Splendeurs et misères des courtisanes.

Biographie de l'auteur

Balzac, de son vrai nom Balssa, est né à Tours en 1799. Délaissé par sa mère qui lui préfère son fils naturel Henri (auquel est dédié Le Bal de Sceaux), il devient pensionnaire au collège oratorien de Vendôme. À partir de 1814, il fait des études de droit. Mais à vingt ans, sûr de sa vocation littéraire, il s'installe à Paris, et vit dans une mansarde. Il rencontre Laure de Berny de vingt-deux ans son aînée, qui aura une influence décisive sur sa formation. En 1829, Balzac publie «Les Chouans» qui annonce une période de vingt années durant lesquelles il va produire plus de quatre-vingt-cinq romans, tout en menant une vie très active et mondaine. Il est reçu dans différents salons dont celui de Mme de Récamier. Au début de 1830, il donne «Scènes de la vie privée», un recueil de six nouvelles dont fait partie «Le Bal de Sceau»x, premier élément de «La Comédie Humaine», suivi de «La Duchesse de Langeais», du «Curé de Tours», du «Colonel Chabert»... 1832 voit le début de sa longue correspondance avec Mme Hanska. À partir de 1838, paraissent de nombreux romans dont «César Birotteau», le début des «Illusions perdues», la première partie de «Splendeurs et Misères des courtisanes», «Béatrix», «Le Curé de Village»... À la fin de 1841, Balzac met au point le plan de l'ambitieuse et inégalée «Comédie humaine» soutenu par quatre éditeurs et continue à publier : «Ursule Mirouet», «Modeste Mignon», «La Cousine Bette», «Le Cousin Pons»... Le 14 mars 1850, Balzac épouse enfin Mme Hanska mais il tombe gravement malade. Il meurt à Paris le 18 août 1850, et est enterré au Père Lachaise. Victor Hugo prononce l'éloge funèbre. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
Je ne sais plus quel essayiste marxiste expliquait qu'il n'était pas utile d'avoir lu Karl Marx si on avait déjà lu Balzac car tout Marx était déjà dans Balzac...
Certainement le meilleur roman de ce dernier, certainement aussi l'un des meilleurs romans jamais écrit; ce livre qui porte si bien ce titre est le symbole même de toute les thématiques de Balzac, de son analyse sociale à la description de la nature humaine...
Un roman bouleversant...
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Romur TOP 500 COMMENTATEURS le 23 janvier 2016
Format: Poche
Je poursuis mon retour dans les classiques du XIXè avec les Illusions Perdues. Thème classique du jeune homme de province pressé de réussir qui vient tenter sa chance à Paris, peinture de la haute société avec ses impitoyables non dits, la jeunesse étudiante dans les cafés et les chambres de bonne. Tout cela est assez loin du XXIème.
Par contre Balzac parait oh combien d’actualité dans la 2ème partie avec sa description impitoyable du monde journalistique et littéraire, des combines et des cabales où le soutien à tel ou tel écrivain se monnaye, de la différence entre l’idéal de l’éthique du journaliste et le cynique commerce des idées ! La troisième partie avec la chute du héros entrainant avec égoïsme sa famille dénonce les arcanes absurdes du système juridique qui laisse l’innocent désemparé face aux requins qui exploitent toutes les failles du système pour le ruiner.
La langue dans ce roman est un vrai plaisir pour qui veut se donner la peine de rentrer dans le rythme et se laisser porter par Balzac.
Un monument !
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Voici le récit d'un jeune homme ambitieux découvrant le monde tel qu'il est au prix d'expériences douloureuses, mais souvent plus douloureuses pour ceux qui l'aiment que pour lui.

Grand homme de province, Lucien Chardon / de Rubempré (selon la faveur des temps) séduit la "reine" d'Angoulême, femme dont la beauté fleurit une dernière fois pour les poésies de ce jeune homme. Son arrivée à Paris est l'occasion de découvrir le milieu littéraire d'abord, pauvre, affamé, méconnu, rejeté par les libraires, vulgaires marchands de papier. Il croit ouvrir les yeux le jour où il met le pied dans la société des journalistes et des critiques, devenant redoutable pour ceux là même qui le chassaient sans retenue un moment auparavant.

« Il goûta pendant cette matinée l'un des plaisirs secrets les plus vifs des journalistes, celui d'aiguiser l'épigramme, d'en polir la lame froide qui trouve sa gaine dans le cœur de la victime, et de sculpter le manche pour les lecteurs. Le public admire le travail spirituel de cette poignée, il n'y entend pas malice, il ignore que l'acier du bon mot altéré de vengeance barbote dans un amour-propre fouillé savamment, blessé de mille coups.»

Mais la corruption le poursuit toujours de ses mille démons : « C'est un brillant assemblage de belles qualités brodées sur un fond trop léger ; l'âge emporte les fleurs, il ne reste un jour que le tissu ; et, s'il est mauvais, on y voit un haillon. Tant que Lucien sera jeune, il plaira ; mais à 30 ans, dans quelle position sera-t-il ?
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Je tiens simplement par le biais de ce commentaire Amazon à saluer et par la même recommender l'édition folio classique de ce grand roman en raison de la préface de Jacques Noiray, professeur émérite à Paris, qui m'a ébloui par sa profondeur et sagesse philosophique dans une analyse de l'oeuvre proprement bouleversante qui fait hommage au grand homme que fut cet Honoré de Balzac.

Un roman et en particulier une préface - dans l'édition folio classique bien entendu - que je recommande vivement a quiconque bénéficie (et souffre sans doute) d'une profonde "connaissance du monde" et de la conditio humana.

Avis aux amateurs !
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Surement LE CHEF D'OEUVRE de balzac, une écriture minutieuse, une histoire qui tient en haleine, des personnages parfait, LA CLASSE quoi!
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
L'histoire d'un bourgeois, fidèle support de sa paroisse, âpre au gain, dévoré d'ambition, retors au point de dissimuler son appétit démesuré d'argent et son désir inextinguible d'arriver sous les oripeaux du porteur de pénitences destinées à nous racheter des vices de la Dette....

Il s'auto-absout car porteur de l'Indulgence Suprême...son statut de mandataire, onction sublime jaillie des petites enveloppes coulant des urnes....
Cette monomanie se trouve soudainement prise au collet. Le piège se referme sur un vendeur d'illusions, un prêcheur de rachat payé au prix le plus fort, un prophète de malheur...Bref un charlatan...

Illusions perdues ? Oh non juste une nouvelle variation sur le thème....!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus