undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

  • Impact
  • Commentaires client

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
8
3,9 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:6,44 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Est-ce que Preston sans Child perdrait un peu de son talent ? Il est vrai que les deux compères nous ont habitués à des romans à suspens denses et bien charpentés ? Doit-on faire le difficile ?

Douglas Preston, comme dans tous ses livres d' "anticipation", choisit un thème scientifique qu'il porte vers le fantastique. Ici, ce sera les strangelet (Matière étrange, des espèces de petits "trous noirs", objets hypothétiques de la physique théorique), petits mais dangereux pour les astres...

Deux météorites, on le suppose, s'écrasent simultanément sur notre bonne vieille Terre : une au large du Maine aux USA, l'autre dans les forêts inhospitalières du Cambodge. Le temps passe, et du Cambodge se répandent d'étranges pierres précieuses qui, portées, font tomber les cheveux d'une épouse de... sénateur !! Pas classe
Comme souvent dans un thriller, plusieurs aventures se chevauchent. Une jeune étudiante en rupture de Fac tente de récupérer l'objet tombé sur une île du Maine avec une copine. Les ennuis commencent. Un technicien arrogant et ambitieux de la NASA, licencié, se venge en exploitant un disque dur ultra secret qui montre des phénomènes étranges et irrationnels sur Mars, ses ennuis commencent. Un ancien de la CIA part pour le Cambodge pour comprendre le mystère. Les ennuis, lui, il sait les gérer !
Toutes ces péripéties feront un tout. Je n'en dirai pas plus. Le livre est parfois un peu lent et répétitif : les bateaux coulent, quelques cadavres épicent ces aventures, il y a néanmoins un certain suspens. La conclusion est amusante quoique un peu naïve.

Ce n'est pas un grand livre certes et, pour éviter de s'ennuyer, je conseille de le lire rapidement. Les fans de Preston et du genre trouveront du plaisir sous réserve d'un soupçon d'indulgence. L'écriture est typique de la littérature américaine de délassement.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2011
J'ai vraiment adoré ce 4ème rroman solo de Preston. Il y a du Jules Verne, du Ludlum, du Jean Vanhamme, du Frederick Foorsyth dans ce roman. Une intrigue étonnante, des bons attachants, des méchants détestables ; j'ai adoré ! Certains rebondissements sont un peu téléphonés, mais ne vous feront pas regretter qq heures de très bonne lecture !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mai 2011
Preston verserait-il dans l'alimentaire??? On peut le croire à la lecture de ce livre vraiment laborieux. Même en sachant qu'il s'agit d'un livre de fiction, voire de science fiction, on ne croit pas un instant au scénario. Comment croire en effet qu'une gamine de 15 ans démêle toute seule une histoire bien compliquée, alors que les agences gouvernementales américaines s'emmêlent les pinceaux, qu'elle entre en contact avec des extra terrestres par des moyens fumeux, que tout le monde plie devant sa fougue... Le suspense ne fonctionne décidément pas et les personnages sont trop caricaturaux pour qu'on s'y attache. Le "happy end" est téléphoné depuis les premières pages. Deux étoiles quand même, pour le professionnalisme de Preston qui utilise toutes les vieilles ficelles des thrillers : chapitres courts et "teasings" à chaque fin de chapitre, pour maintenir l'intérêt du lecteur. Mais ça ne suffit pas pour faire un bon roman.
11 commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2013
J'ai été agréablement surpris par ce roman d'aventure SF écrit par Douglas Preston.
L'histoire commence par une banale histoire de météorite mais elle s'étoffe de fil en aiguille. Le "scénario", bien qu'assez simple, nous mène jusqu'à une fin peu banale, bien que digne d'un "film" américain de SF (et oui je parle de film :)...

En tout cas, j'ai apprécié l'histoire et l'auteur a su maintenir mon attention tout au long du livre, je me suis surpris d'ailleurs à me dépêcher d'atteindre la fin pour voir quelle était la chute.

A bon entendeur
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Typical Preston/Douglas writing, consisting in successive stories, told independently, eventually connecting together in the end. Simple, but so efficient.
I'm finally through. No worries at all. That book is really a treat. Without spoiling anything, I can tell you, that if you liked Lincoln Child's Deep Impact, then you're going to like this one too. A total no brainer in buying, and extremely addictive.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2015
Ca occupe un moment mais c'est quand même vraiment de la science fiction pure... Irréalisable dans la vraie vie,, et comme d'habitude, c'est un gamin qui sauve le monde parce que les adultes n'en sont pas capables... Mouais, ça sa lit bien mais ce n'est pas non plus un best seller
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2016
Histoire originale avec quelques libertés avec la rigueur scientifique. Lecture agréable on reste scotché jusqu'à la fin. Je recommande la leture
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2012
Les éditions l'Archipel doivent bien faire appel à des correcteurs avant d'éditer un livre. Pourtant, il est resté des fautes dans l'édition 2011 de ce livre. Certaines, en astronomie, semblent dues à l'auteur, d'autres, en français, sont vraisemblablement dues au traducteur.

Pages 12 et 13 : Confondre les nébuleuses M42 et M31 n'est pas très scientifique !
Abby dit qu'elle regarde la galaxie d'Andromède (M31) et elle règle son télescope sous l'épée d'Orion. Là, c'est M42, la nébuleuse, qu'elle peut voir et non M31, la galaxie d'Andromède, située à environ 90 degrés de distance.

Page 128 : La dimension du diamètre géométrique de l'Univers réel, et non pas celui de l'Univers observable, serait, au moment où le roman a été écrit, de 56 millions d'années-lumière. Ceci amène à consulter Internet. Selon certains scientifiques, il serait de 90 millions d'années-lumière.

Page 415 : Abby indique que Mars est à 10 minutes-lumière de la Terre. Le lecteur pourrait penser que la distance entre la Terre et Mars est toujours la même. En fait, celle-ci varie de 4 minutes-lumière à 20 minutes-lumière. Il aurait été mieux de préciser "en ce moment".

Pages 68 et 87 : Si on monte un mur, on peut le construire avec du béton ou joindre les parpaings avec du mortier, mais sûrement pas avec du ciment. Le ciment est cette poudre qui sert à faire le mortier et le béton.

Page 212 : Si, en anglais, le mot "deuxième" est traduit par le mot "second", en français, le mot "second" signifie qu'il n'y a que deux objets et pas de troisième. Or, il est écrit "Il enchaîna sur la seconde lettre, puis sur la troisième et la quatrième".

Pages 293 et 350 : Si, en anglais, le pluriel de possesseur entraîne le pluriel des objets possédés, en français, il n'en est rien. C'est pourquoi on pourrait penser que Abby et Jackie ont, chacune, plusieurs têtes.
"Au-dessus de leurs têtes, les mouettes criaient...".

Page 368 : "Telle une figure de proue surgi tout droit des enfers, la fille se tenait debout sur le coqueron avant..." il s'agit là d'une faute de frappe. Un "e" à la fin de "surgi" aurait été bien.

----- et je ne parle pas des "néons", mot qui désigne dans de nombreux livres les tubes fluorescents qui ne contiennent pas de néon, sinon, ils produiraient une lumière rouge.
Ni de la règle de ponctuation qui n'est pas respectée pour les points d'interrogation.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici