Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 10,99

Économisez
EUR 10,01 (48%)

TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Imprésario du troisième type par [Scalzi, John]
Publicité sur l'appli Kindle

Imprésario du troisième type Format Kindle

4.0 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 10,99

Longueur : 416 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé

Descriptions du produit

Extrait

«Quatorze millions de dollars et quinze pour cent sur les entrées ! A quoi tu joues, Tom ?
- Je ne joue pas, Brad. Ma cliente les vaut bien.
- Elle rêve, me répond Brad. L'an dernier, ta Michelle Beck a touché trois cent soixante-quinze mille sec. Je le sais, c'est moi qui ai signé le chèque.»
Béni soit l'inventeur du kit mains libres car son bébé tient dans ma vie professionnelle un rôle de premier plan. Il me permet de dialoguer au téléphone sans empiéter sur les activités importantes. Celle qui m'occupe en ce moment consiste à bombarder la baie vitrée de mon bureau avec une balle de caoutchouc bleue. À chaque lancer le projectile rebondit en produisant un «poc» et une petite marque sale à l'endroit de l'impact. On jurerait qu'une portée de chiots s'est élevée à deux mètres du sol à bord d'un tapis volant pour imprimer sur le verre un chapelet de truffes humides.
«L'an dernier Summertime Blues n'était pas encore sorti sur les écrans, Brad. Aujourd'hui le film a rapporté deux cent vingt millions de dollars. Ça change la donne, non ? Sans parler du vôtre : une recette de quatre-vingt-cinq millions pour Planète assassinée, le titre qui restera dans les mémoires comme le plus lamentable navet de la décennie. Il faut le faire !
Planète assassinée n'est pas un navet, et d'un. Et de deux, Michelle n'a pas le premier rôle.
J'attrape un stylo pour griffonner ma réponse sur la feuille de Miranda : Niet ! Avec 14 millions, elle peut s'offrir le coiffeur. Elle jette un coup d'oeil, fronce les sourcils et regagne l'antichambre. Je ne nourris guère d'illusions sur le sort de mon gribouillis. Il a toutes les chances d'être classé sans suite. Miranda n'a pas été embauchée pour exécuter mes ordres mais pour me seconder, c'est-à-dire faire ce que je devrais lui dire de faire. Nuance.
La porte se referme derrière elle et je reviens à ma conversation. «Deux réflexions personnelles, Brad. La première : si Allen Green était mon client, je serais aux anges vu le paquet de thune qu'il vous prend. Seulement ce n'est pas le cas et vous pouvez lui verser ce qui vous chante, je m'en fous. Ce dont je ne me fous pas, par contre, c'est de ce qui reste pour Michelle Beck. C'est elle ma cliente. Deuxième réflexion : il faut être débile pour lâcher vingt millions à Green.

Revue de presse

Âgé d'une quarantaine d'années, l'Américain John Scalzi a été distingué par un prix dès son premier roman, Le Vieil Homme et la guerre. Il analyse le monde du cinéma et de la communication sans concession et avec humour. Imprésario du troisième type est aussi une intéressante réflexion sur l'éthique, et sur la diversité. (Michel Pébereau - Le Journal du Dimanche du 29 mai 2011 )

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 1890 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 416 pages
  • Editeur : L'Atalante; Édition : 1 (7 juillet 2014)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00KY3BJ3U
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5 3 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°137.465 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

click to open popover

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Guinea Pig TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 22 mars 2011
Format: Broché
"Agent to the stars" est une comédie délicieusement burlesque, avec de brillantes incursions dans l'absurde, sous un prétexte de Science Fiction, tellement cousu de fil invisible que cela ne m'a aucunement troublée.
Attention tout de même, les amateurs de rigueur scientifique dans leurs lectures "SF" risquent d'être plus que déçus : ils doivent passer leur chemin, ou mieux, oublier que l'extra-terrestre est un cube de gelée qui parle (comment ?!) et qu'il est aussi un as des voyages intergalactiques grâce à des technologies absolument pas du tout évoquées (exprès), et profiter du spectacle.

L'histoire, très drôle et très enlevée, est celle de Tom, jeune agent de stars à Hollywood (stars parfois montantes, parfois descendantes, parfois bien pâlottes) qui se voit pourvu sans préavis d'un client extra-terrestre, très au fait de la culture humaine (il a regardé beaucoup de films, of course), mais qui craint que son aspect physique ne répugne l'humanité, sans parler de son langage corporel fortement nauséabond !
Tom a pour mission impossible de trouver un truc pour faire accepter ces amis venus de l'espace (ces E.T sont en effet pacifiques et très très cools) ; la solution, plutôt inattendue, est amenée de quiproquos en malentendus, avec un peu de romance à la Agatha Christie au passage.
Les personnages sont sympathiques et bien tournés, la lecture a été un vrai plaisir... jusqu'à la fin.

Le happy ending est vraiment trop happy (oui, même pour moi, c'est dire), on sombre parfois même dans le mièvre.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
L'histoire est très légère, sous fond de pochade SF et de caricature du système hollywoodien. Le début est agréable à lire. Scalzi a beaucoup de talent, il parvient à faire de la farce et à nous rendre ses personnages agréables et attachants, ce qui est rare. Il y a un côté très humain qui ressort bien de ce livre. Mais à trop verser dans la facilité, à un moment donné, on part un peu en quenouille. A partir de la moitié du livre, ça devient un peu laborieux, et la fin est carrément lourdingue.
Ce n'est pas une lecture désagréable, loin de là, mais au final le mélange entre le grave et l'anecdotique passe assez mal. Certaines choses sont difficiles à aborder dans les farces. On peut toutefois être indulgent, ce livre était pour Scalzi son galop d'essai, et il a fait beaucoup mieux par la suite. Mais je crois qu'il s'agit du genre d'auteur qui n'arrive à donner le meilleur de lui même que lorsqu'il écrit en respectant les codes d'un genre. Il a beaucoup de talent et beaucoup d'humour, mais il exprime mieux ses qualités lorsque son histoire est canalisée.
Reste que ce livre est très facile à lire, la plume de Scalzi est très agréable.
Un auteur sur lequel il faut garder un oeil.
2 commentaires 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
L'auteur se propose de nous faire rire, vraiment rire, avec une histoire réellement désopilante.

J'ai lu l'avis précédent, et j'ai un peu tiqué : je ne crois pas que l'auteur prenne son roman suffisamment au sérieux pour se voir reprocher (ce qu'on appellerait sinon) "des excès".

Les passages qui semblent mièvres sont pour moi davantage des moments extatiques comme on en faisait dans les comédies musicales. La vraisemblance et le bon goût psychologique ? On s'en moque !

L'épilogue avec des coupures de presse. Bon, j'aurais aussi préféré une autre forme... Mais de là à dénoncer un manque d'élégance !? Cherche pas faire du Proust, le monsieur, menfin !

Le passage un peu "mélo" sur les camps ? Je l'ai pas trouvé si raté que ça. Et dans l'histoire, ça ne jure pas.

Alors oui : ce n'est pas un chef d'oeuvre de la littérature, et on y trouve plusieurs défauts. Si vous êtes assez indulgents pour rire devant un Louis de Funes, un Pierre Richard ou un Kad Merad sans pointer toutes les faiblesses de leurs films, vous saurez aussi passer un excellent moment avec cet Impresario du 3ème type.

Ce qu'il faut retenir, à mon avis : une intrigue loufoque, et souvent drôle. Des dialogues efficaces et percutants. Quelques personnages qui sortent vraiment de l'ordinaire. Le tout dans un décor de science-fiction plus prétexte au délire qu'autre chose.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus