• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Impurs a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Condition très bonne pour un livre d'occasion. Usure minime. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Impurs (Anglais) Broché – 7 mars 2013

Rentrée Littéraire 2017 : Découvrez toutes les nouveautés
3.0 étoiles sur 5 7 commentaires client

Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 23,10
EUR 15,00 EUR 8,74
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Impurs
  • +
  • Dernier jour sur terre
  • +
  • Goat Mountain
Prix total: EUR 56,60
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

Galen attendait sa mère sous le figuier. Il lisait Siddhartha pour la centième fois, le jeune bouddha contemplant la rivière. Il sentait l'énorme présence du figuier au-dessus de lui, écoutait le non-vent, le calme. La chaleur estivale accablante, aplatissant la terre. La sueur comme une pellicule recouvrant presque tout son corps, une enveloppe.
Cette vieille maison, les arbres séculaires. L'herbe déjà haute qui lui grattait les jambes. Il essaya malgré tout de se concentrer. D'entendre le non-vent. De se focaliser sur sa respiration. De faire abstraction du non-soi.
Galen, appela sa mère depuis l'intérieur. Galen. Il respira plus profondément, essaya de faire abstraction de sa mère.
Ah, te voilà, dit-elle. Tu viens prendre le thé ?
Il ne répondit pas. Il se concentra sur sa respiration, espérant que sa mère disparaîtrait. Mais il était là à l'attendre, bien sûr, à attendre le thé.
Aide-moi à sortir le plateau, dit-elle, alors il soupira, posa son livre et se leva, les jambes courbaturées d'être resté assis en tailleur.
Te voilà, dit-elle lorsqu'il entra dans la cuisine.
Le plancher ancien ployant sous ses pieds nus. La rugosité du vernis écaillé. Il prit le plateau en argent, suranné, pesant, la théière en argent richement décorée, les tasses en porcelaine blanche, tout ce qui le déprimait, et alors qu'il avait les mains prises, sa mère se pencha derrière lui et l'embrassa, ses lèvres sur son cou et le petit reniflement qu'elle faisait pour être mignonne, ce qui le fit tressaillir et lui donna envie de hurler. Mais il ne lâcha pas le plateau. Il le porta jusqu'à la table en fonte à l'ombre du figuier, tout près du mur du hangar pourvu d'un petit appartement à l'étage. Il envisageait d'y emménager pour échapper à sa mère, pour échapper à leur maison.
Sa mère désormais à ses côtés avec les en-cas, des sandwichs au concombre et au cresson. Ils n'habitaient pas en Angleterre. Ils n'étaient pas en Angleterre. Ils étaient à Carmichael, une banlieue de Sacramento en Californie, dans la Vallée Centrale, un long gouffre brûlant et sauvage, ils étaient aussi loin de l'Angleterre qu'on peut l'être, mais chaque après-midi, ils prenaient le thé et le goûter. Ils n'étaient même pas anglais. Sa grand-mère venait d'Islande et son grand-père, d'Allemagne. Rien n'aurait jamais de sens dans leur vie.
Assieds-toi, dit sa mère. Ton livre te plaît ?
Elle lui versa une tasse de thé. Elle était vêtue de blanc. Une chemise d'été blanche et une longue jupe, toute blanche, avec des sandales. Ses cuisses empâtées, la moitié inférieure de son corps se développant plus rapidement que la moitié supérieure.
Prends un sandwich, dit-elle. Il faut que tu manges.
Des petits sandwichs sans croûte. Concombre et fromage à tartiner. Même s'il avait eu le moindre appétit, cette nourriture aurait figuré presque au bas de la liste de toutes les nourritures du monde.
Tu es émacié, dit-elle.
Il se recentra sur son souffle. Dès qu'elle parlait, il se recentrait sur sa respiration, l'expiration, laissait se dénouer les liens qui le rattachaient au monde. Il compta dix expirations, puis il sirota son thé, un goût de menthe, chaud et sucré.

Revue de presse

Après Sukkwan Island (prix Médicis étranger 2010) et Désolations (2011), David Vann achève, avec Impurs, huis clos dans le désert californien, une trilogie acharnée à démolir les faux-semblants familiaux...
Du solipsisme de son protagoniste à la claustration physique, David Vann enferme le lecteur dans un récit oppressant où la mort, seule, est libératoire. Dans la lignée d'un Tennessee Williams, il s'impose comme le grand écrivain actuel de la frustration. (Macha Séry - Le Monde du 11 avril 2013)

C'est gagné ! Avec seulement trois romans, David Vann a réussi à imposer sa voix aux tout premiers rangs de la nouvelle garde américaine...
Orchestré comme un psychodrame de plus en plus tendu, Impurs met en scène des personnages livrés aux mêmes désordres affectifs, aux mêmes rancoeurs et, dissimulée sous les apparences, à la même folie. Une folie qui poussera vers le pire ce conte cruel où l'auteur de Sukkwan Island prouve qu'il est bien le confident du diable. (André Clavel - Lire, avril 2013)

Tout commence par un thé à l'ombre d'un figuier à Carmichael, en Californie, un endroit étouffant, «un long gouffre brûlant et sauvage». Tout s'achève quelques jours plus tard, au même endroit, dans le jardin de la vieille maison familiale, sous le figuier, avec le thé, les petits sandwiches et les mêmes protagonistes, la mère et son fils. Entre-temps, le monde a basculé. Les romans de David Vann aiment les boucles. Entre l'avant et l'après, derrière les faux-semblants du quotidien il fait jaillir une lave brûlante, destructrice...
David Vann fouille aux tréfonds des sentiments et ressentiments, distille la violence des relations, exacerbe la présence de la nature. Un immense tragédien contemporain. (Frédérique Roussel - Libération du 6 juin 2013)

David Vann laisse se déployer la folie de cette famille, l'observe comme un animal sur une table à dissection, n'élude ni n'édulcore jamais. Au-delà de l'anecdote, c'est la part d'ombre de la culture américaine qu'il interroge, une autre histoire de violence originelle et d'enfermement paranoïaque. (Michel Abescat - Télérama du 26 juin 2013)

Jusqu'où ira David Vann dans l'étude anthropologique de la dislocation d'une famille ? A la fin de chacun de ses livres, on se dit que l'on est au bout. Mais il parvient à toujours fouiller plus profond, à extraire encore un peu de bile acide du ventre des hommes. A la fin de chacun de ses livres, on voudrait craquer une allumette et le brûler, pour effacer le moment honteusement jouissif que l'on vient de vivre. Il y a quelque chose d'irrésistible dans la saleté humaine. Et d'inavouable. David Vann l'accouche, avec grâce. (Marine de Tilly - Le Point du 23 mai 2013)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 3 mai 2013
Format: Broché|Achat vérifié
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2013
Format: Broché
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2013
Format: Broché
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cets pages pour voir plus : bijoux tibetain, bracelet mala

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?