Acheter d'occasion
EUR 16,49
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par worldofbooksfr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Votre article a déjà été utilisé mais il sera malgré tout en très bon état. Le disque se lira parfaitement, sans interruption mais il pourrait y avoir quelques signes d'usure sur le boîtier, la jaquette ou le livret.
2 d'occasion à partir de EUR 16,49
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,32

Infidels - Format SACD Hybride [Import anglais] Son numérique, SACD Hybride, Super Audio CD, Import

4.4 étoiles sur 5 8 commentaires client

2 d'occasion à partir de EUR 16,49
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bob Dylan


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • CD (29 août 2003)
  • : Requires SACD-compatible hardware
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Son numérique, SACD Hybride, Super Audio CD, Import
  • Label: Sony Music Média
  • ASIN : B0000AE8SF
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 8 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 275.566 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
6:16
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
2
30
4:33
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
3
30
4:35
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
4
30
3:33
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
5
30
6:32
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
6
30
5:22
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
7
30
5:12
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
8
30
5:56
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

Amazon.fr

Le ton est donné dès le titre: Dylan met un terme à sa période chrétienne et abandonne le prêchi-prêcha. Avec Mick Taylor des Stones et Mark Knopfler de Dire Straits aux guitares et la paire jamaïcaine Dunbar/Shakespeare à la rythmique, il enregistre huit chansons simples :des rocks sans fioritures et des ballades amoureuses. Il n'a pas renoncé à la spiritualité ; l'état du monde l'inquiète toujours mais il ne cherche plus d'issue dans le Ciel, il balance quelques riffs quasi stoniens ("Neighborhood Bully"), scande ses imprécations sur un rythme profane ("Jokerman") et porte les mêmes lunettes de soleil que dans Don't Look Back. Franchement, que demander de plus ?… Le salut ?… Bof… --Hubert Deshouse

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Voilà un album du génie de Duluth qui fait mal à écouter, tant le talent y est dévoyé par la technique.
Cet "Infidels" n'est pas "Self Portrait" ou "Knocked out Loaded", loin de là, mais ici réside précisément la différence qui fait mal : alors que dans ceux-ci les chansons étaient affligeantes, dans celui-là elles sont très bonnes et parfois même hors du commun.
Infidels est en effet tout simplement un chef d'oeuvre castré par sa production, une production 100% années 80, c'est-à-dire très "pro", ce qui souvent veut dire en rock dépourvue d'âme.

Mais il contient quelques-unes des meilleures compositions de Dylan : l'apocalyptique "Jokerman" et son alter ego méditatif "I and I" (un morceau qui rendit paraît-il envieux Leonard Cohen) ou la magnifique ballade "Don't fall apart on me tonight", mélodie absolument géniale et typiquement dylanienne qui se hausse au niveau de "Just Like a Woman" et qui conclue l'album.

D'autres morceaux n'ont pas été retenus à l'époque (on connaît l'histoire) dont le fabuleux "Blind Willie McTell". Greil Marcus pense que cette chanson a été écartée car elle aurait par trop démontré que le reste de l'album était du toc en comparaison.
Marcus raconte souvent des calembredaines dans ses bouquins, mais là il y a du vrai, sauf que les chansons n'en sont pas responsables mais seulement la production.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Ce disque est considéré comme un renouveau pour Bob Dylan, suite à sa période chrétienne que beaucoup considèrent comme un échec (paroles inconsistantes, musique gospel peu appropriée). En réalité, ce disque un peu fourre-tout n'est pas réellement réussi, c'est même un ratage, mais Bob ne faisant pas les choses à moitié, c'est un ratage sublime. Dylan a embauché le guitariste Mark Knopfler de Dire Straits, qui jouait déjà sur les disques précédents et s'est adjoint la mythique rythmique Sly & Robbie que l'on retrouve sur les disques de Peter Tosh ou encore sur Aux Armes, etc. de notre Gainsbourg national. Le résultat n'est en rien un disque de reggae mais plutôt un disque hybride, où Dire Straits rencontre des rythmes jamaïcans qui ne semblent pas toujours à leur place, engager Sly & Robbie pour leur faire faire du Boum Boum pendant des heures : il falait quand même oser. quant à Mick Taylor des Stones, sa présence est on ne peut plus discrète, comparée à l'omnipotence de Knopfler. La production est bien celle des années 80, la voix est trop réverbée et les caisses claires sont claquantes. Néanmoins, il y a quelque chose de sympatique dans ce disque, il y a du Rock'n'roll (Neighborhood Bully), du moins du rock comme on pouvait l'envisager à l'époque, il y a aussi l'excellent morceau d'ouverture, Jokerman.Lire la suite ›
1 commentaire 19 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Dr. Rock TOP 1000 COMMENTATEURS le 26 février 2014
Format: CD
Une fois sa trilogie gospel-rock clôturée (avec les très inégaux SAVED et SHOT OF LOVE), Dylan - qui n’abandonne pas sa nouvelle foi en route mais n’en fait plus le centre de tout - resserre les boulons, politise un peu plus les propos et s’apprête à sortir son album le plus rock depuis HIGHWAY 61 REVISITED !
Il récupère Mark Knopfler dans ses valises, embarque l’ex-Rolling Stones Mick Taylor à la guitare ainsi que le redoutable duo Dunbar-Shakespeare (batterie-basse) et envoie le bois de belle manière : inspiré par le climat social, géopolitique (UNION SUNDOWN) ou écologique (LICENSE TO KILL), il n’hésite pas à critiquer la guerre israélo-palestinienne (NEIGHBORHOOD BULLY), ni à fustiger les faux-prêcheurs (l’efficace MAN OF PEACE). D’entrée de jeu il s’attaque aux personnages publics marchandeurs de rêve (JOKERMAN), sans que l’on puisse clairement définir s’il parle de lui-même ou de quelqu’un d’autre et s’amuse à jouer avec ses propres masques sur le magnifique I AND I (nouveau classique s’il en est), dans lequel il dévoile comme rarement une part du mystère Dylan, sans pour autant en larguer toutes les clés ! C’est avec cet album solide (et perçu comme laïque) que Bob Dylan va reconquérir les foules et retrouver sa place au sommet dans le monde du rock.
Tops : I AND I, JOKERMAN, LICENSE TO KILL, UNION SUNDOWN, NEIGHBORHOOD BULLY, MAN OF PEACE
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Rechercher des articles similaires par rubrique