Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

Iron Maiden [Import anglais] Import

4.4 étoiles sur 5 12 commentaires client

Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle

Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Iron Maiden


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Cassette (1 mars 1980)
  • Format : Import
  • Label: Capitol
  • ASIN : B00000EFAG
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Accessoire  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 12 commentaires client
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Album vinyle Achat vérifié
Fan de la première heure, je considère cet album comme étant le meilleur avec le suivant "Killers". J'ai dû le racheter car le mien acheté à sa sortie, était trop usé ! C'est le vrai Maiden, avec un Paul di'Anno sauvage, violent... punk à souhait !!!
1 commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album vinyle
Après une période progressive (« Somewhere in Time », « Seventh son of a seventh son ») et un « No prayer for the dying » de transition en demie-teinte, la Vierge de Fer nous revient à ce qu’elle sait faire de mieux avec un album résolument ancré New Wave of British HeavyMetal. Ce 9ème CD démarre sans crier gare avec l’énervé « Be quick or be dead » et poursuit sur sa lancée avec « From here to Eternity » (ces 2 titres ayant d’ailleurs servi de singles initiaux). La tension retombe avec « Afraid to shoot strangers », et s’en suivent toute une succession de titres sympathiques (la power ballad « Wasting love »; l’expérimental « The apparition », composé sans refrain)…Jusqu’au morceau éponyme, devenu un hymne très attendu lors des concerts du groupe. Pierre angulaire dans la carrière discographique des Anglais, cette galette signe également la dernière collaboration studio avec Bruce Dickinson, avant son retour gagnant en 1999.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Skaven le 10 mars 2017
Format: Album vinyle
Après 2 bons premiers albums, la Vierge de Fer passe à la vitesse supérieure et accède enfin à la reconnaissance tant méritée et acquiert le statut de Leader de la New Wave of British HeavyMetal. Au micro, Paul Di’Anno cède sa place (pour le meilleur…) à l’ex-Samson Bruce « Bruce Bruce » Dickinson. Ce CD, classique parmi les classiques, contient 2 des plus grands Hits de la bande à Steve Harris (le titre éponyme « The number of the Beast » et « Hallowed be thy name ») que le groupe a longtemps joué en rappel aux cotés du morceau référence « Iron Maiden ». On a aussi quelques morceaux plus légers (« Invaders », « Run to the hills », « Gangland »), alternant avec des chansons plus consistantes («The prisoner », « 22 Acacia avenue »).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Skaven le 10 mars 2017
Format: Album vinyle
Après 2 bons premiers albums, la Vierge de Fer passe à la vitesse supérieure et accède enfin à la reconnaissance tant méritée et acquiert le statut de Leader de la New Wave of British HeavyMetal. Au micro, Paul Di’Anno cède sa place (pour le meilleur…) à l’ex-Samson Bruce « Bruce Bruce » Dickinson. Ce CD, classique parmi les classiques, contient 2 des plus grands Hits de la bande à Steve Harris (le titre éponyme « The number of the Beast » et « Hallowed be thy name ») que le groupe a longtemps joué en rappel aux cotés du morceau référence « Iron Maiden ». On a aussi quelques morceaux plus légers (« Invaders », « Run to the hills », « Gangland »), alternant avec des chansons plus consistantes («The prisoner », « 22 Acacia avenue »).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album vinyle
Après le très Heavy “Powerslave” et la tournée marathon à succès qui s’en suivit, Iron Maiden surprit ses fans avec cet album lorgnant vers le Rock Progressif. Des titres alambiqués en moyenne plus longs qu’à l’accoutumée, un son plus éthéré et une pochette envoyant Eddy (et le groupe tout entier) dans le Futur. Un virage qui trouva sa confirmation avec le LP suivant, « Seventh son of a seventh son ».
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album vinyle Achat vérifié
On pourra toujours disserter sur le côté mercantile de la démarche du groupe et de sa maison de disque à rééditer éternellement les albums de la Vierge de Fer (une première réédition des albums en 1995 suivie d’une deuxième réédition en 1998 accompagnées au fil des ans par moult best of et live) force est de constater que cette nouvelle édition au format vinyle a de quoi séduire les fans.

Présenté dans une pochette « gatefold » (s’ouvrant en deux), il est évident que ce pressage a bénéficié d’un soin particulier afin de lui apporter un aspect luxueux et collector : vinyle picture disc (illustré évidemment par les artworks de Derek Riggs) de 180g, pochette de protection avec les paroles des chansons et illustrée par une photo grand format (dommage que ce ne soit pas un cliché inédit mais une photo figurant déjà dans le livret de la réédition CD), pochette gatefold de luxe et, petit détail ultracollector, un obi « pour faire comme les pressages japonais ».

Du côté du son, il est agréable d’écouter un nouveau pressage qui apporte évidemment de la fraîcheur par rapport à la première édition au sillon trentenaire et usé par de nombreuses écoutes passionnées. Par contre, la contrepartie du choix du format picture disc entraîne inévitablement une baisse de la qualité de reproduction des morceaux. D’ailleurs il est précisé sur la pochette : « Ces disques ont été fabriqués en incluant une image sur les vinyles. Ce procédé de fabrication peut influencer la qualité du son ». Au final, c’est un bel objet collector pour les fans mais pas l’édition ultime pour les audiophiles.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Rechercher des articles similaires par rubrique