Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

J. S. Bach : Suites pour luth n° 1, 2 et 3 BWV 1007-1009

4.6 étoiles sur 5 9 commentaires client

11 neufs à partir de EUR 18,64 1 d'occasion à partir de EUR 25,69
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Hopkinson Smith


Détails sur le produit

  • Interprète: Hopkinson Smith
  • Compositeur: Johann Sebastian Bach
  • CD (26 février 2013)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Astrée
  • ASIN : B008R5OK9C
  • Autres éditions : Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 9 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 34.696 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Cello suite n°1 bwv 1007: I.prelude
  2. Cello suite n°1 bwv 1007: II.allemande
  3. Cello suite n°1 bwv 1007: III.courante
  4. Cello suite n°1 bwv 1007: IV.sarabande
  5. Cello suite n°1 bwv 1007: V.menuet I - menuet II
  6. Cello suite n°1 bwv 1007: VI.gigue
  7. Cello suite n°2 bwv 1008: I.prelude
  8. Cello suite n°2 bwv 1008: II.allemande
  9. Cello suite n°2 bwv 1008: III.courante
  10. Cello suite n°2 bwv 1008: IV.sarabande
  11. Cello suite n°2 bwv 1008: V.menuet I - menuet II
  12. Cello suite n°2 bwv 1008: VI.gigue
  13. Cello suite n°3 bwv 1009: I.prelude
  14. Cello suite n°3 bwv 1009: II.allemande
  15. Cello suite n°3 bwv 1009: III.courante
  16. Cello suite n°3 bwv 1009: IV.sarabande
  17. Cello suite n°3 bwv 1009: V.bourrée I - bourée II
  18. Cello suite n°3 bwv 1009: VI.gigue

Descriptions du produit

Description du produit

Ätherisch, meditativ und ganz im Sinne ihres Schöpfers: Hopkinson Smith spielt die Cellosuiten von J. S. Bach auf der Theorbe

Der gebürtige New Yorker Hopkinson Smith war Mitgründer des Ensembles Hespèrion XX von Jordi Savall, ist Dozent an der Schola Cantorum Basiliensis und gilt als einer der weltweit versiertesten Experten für Zupfinstrumente des Barock und der Renaissance. Meisterkurse und Auftritte führen ihn nach ganz Europa, Nord- und Südamerika sowie Japan.

Im Jahr 2000 spielte Smith die bachschen Sonaten und Partiten für Solovioline in seiner eigenen Fassung für Laute ein, von der Zeitschrift Gramophone wie folgt geadelt: (...) his recording is arguably the best you can buy of these works - on any instrument

Fünf Jahre nach seinem letzten Album beschert er uns endlich eine neue Aufnahme, für die er auch selbst die Transkription schrieb: die ersten drei Cellosuiten BWV 1007, 1008, 1009 von Johann Sebastian Bach für Theorbe.
Hopkinson Smiths Interpretation begeistert durch die akribisch herausgearbeiteten Charakterzüge der jeweiligen Sätze tänzerisch, melancholisch, kantabel.

Er spielt eine deutsche Theorbe, wie sie Sylvius Leopold Weiss etwa in den 1720er Jahren entwickelt hat.

Critique

We hear an increased maturity of thought allied to the introspective that was always a hallmark of Smith s playing... Smith is at his searchingly expressive best; but evening the quicker dances he offer a melancholic ambivalence that is wholly satisfying. --William Yeoman, Gramophone August 2013

Perf (4/5) **** / Rec (5/5) ***** For anyone knowing these suites well, this version will prove totally riveting... The recording is intimate without becoming oppressive... Smith s playing is profoundly sensitive. --George Pratt, BBC Music Magazine September 2013


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
8
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Voir les 9 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Nicolas TOP 50 COMMENTATEURS le 26 février 2013
Format: CD
J'avais été un peu sceptique à l'écoute des extraits de ces trois premières suites qui me paraissaient un peu trop gentilles et effacées, mais en les écoutant en entier, j'ai été finalement été trés facilement conquis par ces performances certes assez dépouillées et très fluides mais aussi très subtiles et beaucoup plus variées qu'il n'y parait au premier abord.

En écoutant ce style de jeu qui est, de facon évidente, le résultat d'une maturation du style de cet interprète, on pense au style de l'illustre professeur de Hopkinson Smith de la schola cantorum de Bâle: Eugen Müller Dombois.

Même respect des mesures, des temps forts, même fluidité, même présence vibrante derrière les cordes, même respect du texte, même corde aigue qui sonne de facon si particulièrement percante (mais aussi douce), avec bien sûr en prime la poésie propre et la chaleur presque latine qui lui vient probablement de son autre professeur: Emilio Pujol.

Une particularité du théorbe de Smith est la discrétion et subtilité de la corde grave beaucoup moins puissante que chez la plupart des autres théorbes car probablement en boyau.

Derrière cette épure apparente, on sent pointer l'innocence de l'enfance mais aussi en creux la nostalgie du temps qui passe et peut-être une angoisse latente de la mort qui nous attends et à laquelle on tente d'échapper par la grâce.
Lire la suite ›
10 commentaires 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
La musique de Bach convient bien aux transcriptions. Le luthiste américain avait déjà enregistré ces suites dans les années 80 sur "archiluth".
Il nous propose ici une version sur théorbe, accordé une tierce plus grave que le luth, ce qui sied à la tonalité de ces danses. Soulignons qu'il renonce à l'accord original du théorbe, dit "rentrant", avec les deux dernières cordes aigües plus graves que la troisième pour un accord similaire à l'"archiluth". De plus, le théorbe est un instrument généralement monocorde, Smith a choisi pour les basses un gréement par "choeurs", comme pour un luth (chaque basse est doublée par une corde à l'octave). La première harmonique de chaque corde grave est ainsi renforcée, enlevant de la sécheresse et proposant un certain "scintillement".
De tous ces aménagements résulte une version intimiste, introspectée, d'une grande noblesse. Avec des tempi souvent lents, notamment sur les préludes, Smith nous laisse profiter de la richesse harmonique de l'instrument.
D'aucuns pourront préférer la version plus dynamique de Pascal Montheilet, avec les basses plus puissantes de son théorbe monocorde, mais nous tenons ici un album qui gagne à être écouté dans la durée, qui nous amène dans un monde de raffinement et de douceur.
La prise de son très analytique nous fait partager l'effort du musicien face à un instrument difficile.
Une version aristocratique pour mélomane... ayant des goûts de luxe.
Remarque sur ce commentaire 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par KANTATEN TOP 500 COMMENTATEURS le 26 février 2013
Format: CD
Hopkinson Smith donne ici une version/transcription plus radicale de 3 des 6 suites de BACH, il mêle, avec élégance et harmonie, l'introspection et la galanterie inhérente à l'instrument très particulier qu'est le théorbe.
Le choix par rapport à la décevante et trop métallique version de Pascal Monteilhet est vite fait. C'est celle-ci. Cela n'enlevant rien au talent de P.Monteilhet.
Seulement ce dernier a commis une erreur fondamentale: l'instrument qu'il utilise est Italien. Celui de Hopkinson Smith est Allemand..et cela change tout, en particulier sous l'angle de la sonorité en lui permettant des textures douces, chaude plus en symbiose avec l'oeuvre originale de Jean Sébastien Bach.
A l'écoute, on ressent , plus qu'encore une "autre transcription", une nouvelle lecture exonérée d'effets ou de surplus castrateurs de l'originalité de l'oeuvre.
Hopkinson Smith, mine de rien, nous expose de l'indicible en forme de confidences secrétes mais sincères lovées au coeur de son interprétation.
Jean Sébastien s'y retrouverait sans doute....car cette captation sent la bonne odeur d'une forme voulue de retour aux sources de son oeuvre.
Chaudement recommandé.
16 commentaires 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Chaque angle d'interprétation et d'écoute permet de savourer encore et toujours davantage la valeur indicible de ces œuvres.
Violoncelle, Violoncelle da spala, flûte à bec, Violon alto, à chaque fois, si l'interprète incarne vraiment le texte, le plaisir est renouvelé.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?