• Prix conseillé : EUR 14,20
  • Économisez : EUR 5,39 (38%)
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par ~ Louis-Abraham ~.
EUR 8,81 + EUR 2,99 Livraison en France métropolitaine
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

JE REVIENS BIENTOT Broché – 6 janvier 2011

4.4 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Broché
EUR 8,81
EUR 8,81 EUR 1,44

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Produits fréquemment achetés ensemble

  • JE REVIENS BIENTOT
  • +
  • Je n'imagine pas un monde sans toi
  • +
  • Est-ce que tu m'entends ?
Prix total: EUR 33,61
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

J'ai reconnu le silence. Il m'a envahi dès que la voiture a quitté la route étroite pour prendre le chemin goudronné, sur la gauche. Pas un souffle d'air sous les platanes formant un tunnel en direction du château. Pas un voisin à moins de deux kilomètres à la ronde. Une qualité de silence comme il n'en existe sans doute que dans le désert. C'est moi qui ai proposé à mon père de revenir à Douince, où j'ai grandi avec mes deux frères. Je voulais un moment rien qu'à nous. La voiture a franchi les grilles, puis a ralenti en s'avançant vers le château.
Trois ans que je n'avais pas revu Douince. Un mot qui commence dans la douceur et s'achève comme un grincement, un mécanisme qui coince. Le nom du domaine où j'ai grandi, dans un coin isolé de la Touraine. Les propriétaires ont planté de nouveaux massifs de rosiers dans le parc qui entoure la maison. Pour le reste, rien n'a changé.
Le bruit du moteur s'est arrêté. «Tu veux voir à l'intérieur ?» me demande mon père. Bien sûr que je veux voir. Je n'ai pas participé au déménagement, je n'ai pas vu les pièces vides, alors le travail de deuil n'a pas pu se faire. Mon père ouvre la porte d'un geste assuré. Il n'est plus chez lui, mais le nouveau maître des lieux, qui s'absente souvent pour Londres, où il travaille, lui a confié les clés. C'est tout mon père, ça : lui qui n'a vendu Douince que contraint et forcé s'est débrouillé pour devenir ami avec les Anglais qui ont racheté le château. Comme pour rester un peu chez lui.

Revue de presse

Progressivement, un personnage formidable prend toute la place dans le texte. Un homme solide, passionnément attaché à sa terre et aux siens, un peu secret. Le récit est envahi par sa souffrance, ses délires liés à la morphine et ses conversations - parfois silencieuses - avec son fils...
Je reviens bientôt est surtout le lieu d'une ultime réconciliation entre ces deux hommes qui ne se sont pas toujours bien compris. Agriculteur, le père a mis des années à saisir en quoi consistait le travail de son fils, et l'a longtemps appelé "le Parisien" puis "l'écrivain". Au retour d'une courte promenade hors de sa chambre d'hôpital, il lui dit ces mots qui le bouleversent encore aujourd'hui : "Quand tu me parles, tu trouves le bon verbe, ça monte."...
Je reviens bientôt est souvent bouleversant, mais pas triste. Il est empreint d'une pulsion vitale, comme le montrent les titres des chapitres, ajoutés lors d'une dernière relecture avant publication "pour éviter au lecteur de sombrer" : "le goût de vivre", "un espoir fou", "les rêves d'évasion". Ramassé, sans fioritures, ce texte va droit à l'essentiel, tout en prenant le temps d'accompagner son personnage dans la maladie. (Sophie Conrard - Le Monde du 17 février 2011 )

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 3 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

28 mars 2011
Format: Broché
review image
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
14 février 2011
Format: Broché
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
7 mars 2011
Format: Broché
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?