undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
3
4,0 sur 5 étoiles

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 9 janvier 2015
Ce cinquième tome de la série "Jack Of Fables" regroupe les épisodes #22 à 27, réalisés par les scénaristes Bill Wilingham & Matthew Sturges en 2009. Le recueil compte six épisodes mais il est séparé en deux récits distincts de trois épisodes chacun. Le premier est dessiné par Tony Akins & Andrew Pepoy. Le second par Russ Braun et José Marzan.

Dans le premier récit, le lecteur fait un bond dans le temps en 1883 et fait la connaissance du gang de "Smilin' Jack". A cette époque, Jack mène une bande de hors-la-loi au Far-West qui pillent et assassinent à tout va. Il faudra l'arrivée d'un shérif des fables pour mettre un terme à cette vague de crimes et ramener Jack vers la lumière. Un certain shérif du nom de... "Bigby Wolf" !
Tout au long de ces trois épisodes, Bill Wilingham & Matthew Sturges s'adonnent à un exercice de style étonnant : Celui du faux livre d'histoire !
Passant au crible l'année 1883 avec moult précisions documentaires, les scénaristes donnent vraiment l'impression, au départ, que tout ce qu'ils racontent est vrai, vérifié et archivé dans les livres ! Ce n'est que peu à peu que le lecteur s'aperçoit que, si toutes les précisons concernant la grande histoire sont réelles, celles qui concernent la petite sont du domaine des fables !
Tout le charme de ces trois épisodes repose sur cette expérimentation narrative qui juxtapose le réel et l'imaginaire à la manière d'un livre d'histoire avec un grand "H"...
Par ailleurs, le lecteur apprend que son héros a été par le passé un véritable méchant, lâche et cruel. Soit une étonnante manière de mettre en scène le personnage principal d'une série échappant décidément, en toute ambivalence, en toute originalité et de manière insaisissable, au manichéisme primaire !

Dans le second récit, nous revenons dans le temps présent et reprenons le fil de la série là où elle s'était arrêtée dans le tome 4. Une guerre semble se préparer : Le "Biblioclaste", un des "litterals" (personnages à la base des fables mais nous ne savons pas encore grand chose à leur propos), est sorti de sa retraite pour envahir les "Rameaux d'or" de "Mr Revise". Il marche ainsi à la tête d'une armée de fables oubliés.
Là encore, Sturges & Willingham donnent dans la narration conceptuelle en axant chacun des trois épisodes sur une des "sœurs Page" (d'où le titre de l'album : "De Page en Page" !). En donnant le rôle du narrateur à l'un des nouveau "litterals" qui s'adresse directement au lecteur pour nous raconter chaque épisode à travers le destin de l'une des trois sœurs, les auteurs opèrent une mise en abîme assez impressionnante qui nous rappelle les meilleurs moments de la série-mère en terme de trouvailles narratives.
Encore un dernier tome, et la série "Jack Of Fables" rejoindra la série "Fables" pour un crossover qui impliquera tous les personnages des deux séries dans Fables tome 14 : La grande Alliance. A ce stade, cette rencontre semble pleine de promesses tant les auteurs creusent les ramifications conceptuelles de leur mythologie. Si tout se passe bien, la série "Jack Of Fables" pourrait bien se révéler rétrospectivement comme une création étonnante, où l'apparente superficialité et la décontraction des intrigues dissimuleraient une impressionnante toile de fond réflexive sur la substance des contes !

Le dessin est toujours aussi consensuel, avec cette fois un bon point pour l'équipe créative composée de Russ Braun et José Marzan, au résultat plus fin et plus soigné que le duo Akins/Pepoy.
22 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai vraiment une affection particulière pour le personnage de Jack Horner, et pour ses traits de caractère les plus savoureux : menteur, vénal, hâbleur, amoral, homme à femmes, manipulateur etc. Malheureusement la qualité des tomes est en dents de scie et celui-ci (épisodes 22 à 27 de la série mensuelle, il se situe après Americana) est plombé par la première partie (épisodes 22 à 24).

Dans cette première histoire, on retrouve Jack en 1883. Il est un pistolero sans foi ni loi qui tue chaque personne qui se trouve sur sa route et qui est à la tête d'une équipe de 4 psychopathes n'ayant aucun respect pour la vie humaine. Willingham et Sturges ont placé la barre très haut : ils souhaitent décrire l'une des premières rencontres entre Jack et Bigby, expliquer comment Jack en est venu à respecter les êtres humains et mettre ses actions en perspective de la cruauté humaine. Cette partie souffre d'illustrations sans aucun attrait de Tony Akins encré par Andrew Pepoy, voire déplaisante d'un point de vue esthétique. Chaque dessin semble inachevé, sans pour autant que ce soit un style choisi consciemment. Par ailleurs, l'histoire est très linéaire et répétitive : Bigby se rapproche de Jack, Jack s'échappe et s'éloigne, etc., jusqu'au dénouement inéluctable. Et la comparaison entre les exactions de Jack et les massacres historiques ou quotidiens est très lourde et très gauche, et elle n'apporte pas grand-chose au final.

Heureusement, la deuxième partie ramène le lecteur dans l'intrigue principale. Le Literal apparu dans le tome précédent (Bookburner) se rapproche de Golden Boughs Retirement Village avec sa cohorte de Fables oubliés et sa prisonnière Hillary Page. Sa venue crée une véritable panique parmi les résidents du village. Jack file le parfait amour avec Robin Page qui réussit à le convaincre de porter secours aux résidents. Priscilla Page essaye de son mieux de soutenir Mr. Revise le responsable du village dans sa préparation à l'affrontement. Kevin Thorn continue de prendre une envergure inattendue. Humpty Dumpty traverse une nouvelle métamorphose. Et un autre Literal apparaît au cours de ces aventures ; je vous laisse découvrir son nom et sa fonction littéraire. Les dessins sont de Russ Braun, encré par José Marzan. Ils sont heureusement plus fins et plus expressifs que ceux de la première partie. Les décors reprennent de l'épaisseur et se parent de caractéristiques spécifiques. Les personnages retrouvent leur physionomie habituelle. Et les dessins s'embellissent.

Encore une fois, les couvertures sont réalisées par Brian Bolland et elles sont magnifiques de détails, de précisions, de finesse et d'humour.

Alors que dans la série Fables, les épisodes servant de pause dans l'histoire sont soignés et contribuent constructivement à développer les personnages, cet intermède au far-ouest est une catastrophe et un ratage affreux. Par ricochet, les 3 épisodes consacrés à l'intrigue principale ont un goût de trop peu et ne suffisent pas à racheter la qualité du tome. Espérons que le grand livre de la guerre (le tome suivant) sera meilleur.
22 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Décidément, il est fort, ce Willingham... mais d'où sort t-il toutes ces idées ?

Nous voici, pour la suite des aventures de Jack Horner, plongés en plein far-west en 1883, année riche en évènements historiques, qui sont d'ailleurs mentionnés tout au long de l'histoire sur de petits encarts en haut de page.

Jack est à la tête d'un gang de hors-la-loi, chef dur et impitoyable. Rançonnant les voyageurs et autres innocentes victimes, il vit comme Billy The kid et bien d'autres bandits célèbres. Mais Bigby, depuis Fableville, a écho de ses exploits et est mandaté par la communauté pour aller le stoper. Après un long voyage, le loup en chef arrive en plein coeur de l'ouest américain et démarre sa poursuite (sans arme, au grand étonnement des locaux) sur le dos de Tate, le cheval qui parle.

Et Jack commence sa cavale folle, flinguant les membres de son posse les uns après les autres.

Pour la seconde partie du tome, on reprend là où en était resté avec l'évasion des fables des Rameaux d'Or, M. Revise qui mène la chasse, et surtout l'inquiétant Bibliothécaire, genre de détective ténébreux, accompagné des fables oubliés, qui mène une révolution et chasse les fables. Mention spéciale à Mister Egg, qui a explosé et a été recomposé en version diabolique, cette fois-ci du mauvais coté...

Moins humoristique que ses ainés, ce tome 5 n'en est pas moins passionnant (voire plus) et transpose ingénieusement les aventures des fables dans le far-west avec une maestria sans cesse renouvelée par ses auteurs... Stetson bas, messieurs !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)