Acheter d'occasion
EUR 0,01
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock. Expédié sous 24h
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Jacquou le croquant Poche – 14 janvier 2009

Ce titre fait partie de la sélection Rentrée scolaire. Découvrez notre boutique en cliquant ici
4.2 étoiles sur 5 18 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 39,50
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 0,64
Poche, 14 janvier 2009
EUR 4,89 EUR 0,01

Il y a une édition plus récente de cet article:


Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Le plus loin dont il me souvienne, c'est 1815, l'année que les étrangers vinrent à Paris, et où Napoléon, appelé par les messieurs du château de l'Herm «l'ogre de Corse», fut envoyé à Sainte-Hélène, par delà les mers. En ce temps-là, les miens étaient métayers à Combenègre, mauvais domaine du marquis de Nansac, sur la lisière de la Forêt Barade, dans le haut Périgord. C'était le soir de Noël : assis sur un petit banc dans le coin de l'âtre, j'attendais l'heure de partir pour aller à la messe de minuit dans la chapelle du château, et il me tardait fort qu'il fût temps. Ma mère, qui filait sa quenouille de chanvre devant le feu, me faisait prendre patience à grand-peine en me disant des contes.
Elle se leva enfin, alla sur le pas de la porte, re­garda les étoiles au ciel et revint aussitôt :
- Il est l'heure, dit-elle, va, mon drôle ; laisse-moi arranger le feu pour quand nous reviendrons.
Cela fait, elle m'entortilla dans un mauvais fichu de laine qu'elle noua par derrière, enfonça mon bonnet tricoté sur mes oreilles, et passa de la braise dans mes sabots. Enfin, ayant pris sa capuce de bure, elle alluma le falot aux vitres noircies par la fumée de l'huile, souffla le chalel pendu dans la cheminée, et, étant sortis, ferma la porte au verrou en dedans au moyen de la clef qu'elle cacha ensuite dans un trou du mur :
- Ton père la trouvera là, mais qu'il revienne. Le temps était gris, comme lorsqu'il va neiger, le froid noir et la terre gelée. Je marchais près de ma mère qui me tenait par la main, forçant mes petites jambes de 7 ans par grande hâte d'arriver, car la pauvre femme, elle, mesurait son pas sur le mien. C'est que j'avais tant ouï parler à notre voisine la Mïon de Puymaigre, de la crèche faite tous les ans dans la chapelle de l'Herm par les demoiselles de Nansac, qu'il me tardait de voir tout ce qu'elle en racontait. Nos sabots sonnaient fort sur le chemin durci, à peine marqué dans la lande grise et bien faiblement éclairé par le falot que portait ma mère.
Après avoir marché un quart d'heure déjà, voici que nous entrons dans un grand chemin pierreux appelé lou cami ferrât, c'est-à-dire le chemin ferré, qui suivait le bas des grands coteaux pelés des Grillières.
Un peu plus loin, nous quittions le chemin qui tombait dans l'ancienne route de Limoges à Ber­gerac, venant de la forêt, et nous suivîmes cette route un quart d'heure de temps, jusqu'à la grande allée du château de l'Herm. Elle était pavée de grosses pierres, tandis qu'une herbe courte poussait dans les contre-allées où il faisait bon passer, l'été. Elle montait en droite ligne au château campé sur la cime du puy, dont les toits pointus, les pignons et les hautes cheminées se dressaient tout noirs dans le ciel gris.
Comme nous grimpions avec d'autres gens rencontrés en chemin, il commença de neiger fort, de manière que nous étions déjà tout blancs en arrivant en haut ; et cette neige, qui tombait en flottant, faisait dire aux bonnes femmes : «Voici que le vieux Noël plume ses oies.» La porte ex­térieure renforcée de gros clous à tête pointue pour la garder jadis des coups de hache, était ce soir-là grande ouverte, et donnait accès dans l'en­ceinte circulaire bordée d'un large fossé, au mi­lieu de laquelle était le château.
Au fond de l'enceinte de murs solides et à droite du château, on voyait briller les vitraux en­flammés d'une chapelle qui n'existe plus ; ma mère tua son falot et nous entrâmes. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l'éditeur

Périgord, 1815. Jacquou n'a que huit ans lorsque son père est jeté au bagne, où il meurt au bout de quelques mois. Jacquou jure de se venger du comte de Nansac, un noble, arrogant propriétaire terrien, responsable de l'arrestation de son père. Quand, devenu adulte, Jacquou peut enfin mettre en œuvre sa vengeance, il devient en même temps le justicier du peuple paysan.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
Rien à redire, l'histoire est formidable, on ne s'ennuie pas une seconde, pas de longueurs ni de termes trop anciens - bien qu'un petit lexique utile accompagne le texte.
On a hâte de voir ce que va faire L. Boutonnat de ce merveilleux roman en le portant à l'écran!
2 commentaires 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Nous sommes sous la restauration .Les tenants de l'ancienne société ,prennent leur revanche ,exploitent et briment honteusement la paysannerie ,pourchassent les prêtres qui ont prêté serment , rétablissent de force la pseudo morale traditionnelle en vigueur sous la royauté,condamnent les récalcitrants à la prison ou aux galères . Jacquou le Croquant , fils de parents misérables,métayers d'un comte tyrannique,sadique et oppresseur, devenu orphelin par les agissements de celui-ci , vengera son père et sa mère.
Ce qui est éblouissant dans cette histoire ,ce sont les descriptions de cette campagne du Périgord ,de ses forêts,du milieu paysan, de ces expressions périgourdines qui donnent des couleurs à cette langue du terroir.
Adolescent j'aurai adoré cette histoire.Je l'ai découverte aujourd’hui,mieux vaut tard que jamais!
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Voici un classique très bien "adapté" à un public risquant d'être rebuté par l'intégralité du texte.
La pudeur et la sensibilité dont est fait ce roman "de paysan" sont toujours aussi touchantes, la langue de Le Roy est préservée, avec sa légère rudesse et ses "archaïsmes" (c'est Jacquou lui-même qui raconte). La longue vie du "dernier Croquant" (on commence lorsqu'il a 8 ans et on finit quand il a atteint 90 ans) et bien rendue, avec ses épisodes détaillés qui tiennent en haleine et ses résumés rapides quand la tension est moindre.
A (re)lire impérativement !
[...]
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 30 avril 2003
Format: Poche
Même si la révolution française a fait son oeuvre et qu'elle est déterminante sur l'avenir de notre société, les conditions de vie au 19ème en France restent encore pour une grande partie conditionnées par les us et coutumes d'avant 1789.
Eugène LEROY nous le rappel dans cette oeuvre poignante qu'il a su faire découvrir à un immense public.
Un excellent livre.
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Ce livre contient trois romans d'Eugène Le Roy : le très connu Jacquou le Croquant, l'ennemi de la mort ou l'histoire d'un médecin en lutte contre les maladies causées par des étangs malsains mais également contre les superstitions autour de ces étangs qui empêchent les paysans de se battre contre cet environnement les rendant malades, et Le Moulin du Frau ou la campagne rêvée par Eugène Le Roy où chacun pourrait trouver sa place et être heureux. Ce livre contient aussi un petit récit difficilement trouvable: le Carnet de notes d'une excursion de quinze jours en Périgord, dans lequel Eugène le Roy décrit le Périgord de son époque (et dans lequel il explique également que les habitants du Périgord sont les Périgordins et non pas les Périgourdins qui eux sont les habitants de Périgueux!).
Ainsi, ce livre donne un bel aperçu de l'oeuvre d'Eugène Le Roy et du Périgord à la fois tel qu'il le voyait et tel qu'il l'espérait. Attention cependant à la langue employée, truffée d'expressions typiquement périgordines (générallement originaires de l'occitan limousin parlé dans le nord du Périgord à l'époque d'Eugène Le Roy) qui peut surprendre au début.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Un récit captivant dès les premières lignes! Et puis la saveur d'une langue qui mélange français et régionalismes! comme si les personnages sortaient vivants de leur siècle devant nous.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
une plongée dans le quotidien dur et difficile de nos aïeux; superbe description du Perigord profond.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Début du 19ème siècles : un enfant de 7 ans voit son père mis à mort a cause d'un comte cruel pour une malheureuse histoire. L'enfant débutera sa vengence dés l'age de 9 ans pour jusqu'à l'âge de la révolte.

Le scénario semble simple mais c'est bien plus que ça, le roman nous fait découvrir la vie rural du Périgord, ses moeurs, la simplicité de ceux qui y vivent et y travaillent. On voit ce gamin Jacquou aidé sa mère, bruler la forêt du comte de Nansac, mais aussi travailler pour se sauver lui et sa mère. Le Périgord dans toute sa splendeur, sur une histoire qui paraît tant être vrai!

Le vocabulaire est parfois ancien (voir glossaire) mais tout se lit fluidement!

Merci Eugène Le Roy pour ce bon roman, j'ai aimé découvrir la vie de Jacqou le Croquant.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?