EUR 33,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 5 à 7 semaines.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Jean Brérault, l'instituteur cinéaste : 1898-1973 Broché – 14 juin 2007

Retrouvez toutes nos idées cadeaux Livres dans notre Boutique de Noël

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 33,00
EUR 33,00 EUR 75,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Idées cadeaux Livres Idées cadeaux Livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

ENFANCE

Jean Brérault, fils et petit-fils de cheminot, est né le 30 novembre 1898, à Varennes-sur-Allier, bourgade de 4000 habitants, toute en demi-teintes au coeur du pays des Bourbons. À l'époque gallo-romaine, Varennes, la bien nommée, s'implante sur une terre entourée d'eaux. En effet, la vieille ville domine le triangle que forme l'Allier, le Valençon et la plaine de Boucé. Cette plaine, parcourue de ruissellements et d'eaux vagabondes, irrigue aujourd'hui des terres agricoles très fertiles, avant de se rassembler dans le Valençon qui, lui-même, va se perdre dans l'Allier. À l'origine, des prairies s'installent sur les terres de «l'ancien fond du lac de Limagne», puis vers 1900, les terrains situés à l'est se présentent sous la forme «d'un vaste marécage, la plupart du temps impraticable, car encombré de buissons, d'arbustes et de souches d'arbres» pour constituer aujourd'hui «une des dernières terres sauvages d'Europe». Dans la saison d'été, l'Allier paresse, s'étale, coule de méandre en méandre, dépose graviers et sables, et change de lit au gré des courants. C'est sur cette terre d'eaux vives et limpides que le jeune Brérault ouvrit les yeux et passa la première année de sa vie, auprès de sa mère, couturière, avant d'y effectuer de longs séjours de vacances, y goûtant les joies de la baignade.
Varennes-sur-Allier, à la fin du XIXe, se transforme en une dizaine d'années, grâce à la présence d'un réseau de voies ferrées qui contribue à l'implantation d'entreprises sur la région. La ville se situe, effectivement, à proximité d'un important noeud ferroviaire de la ligne très fréquentée Paris-Lyon-Méditerranée (réseau PLM). Autrefois petit bourg agricole, Varennes devient une cité ouvrière, mais aussi un carrefour marchand et artisan desservi par la nationale 7 et le chemin de fer. Petite ville de province animée, elle présente un visage, bucolique et industrieux, frivole et grave.
La famille de Jean du côté maternel (de noms Bourdier et Bassot) est installée dans la région de Varennes depuis plusieurs générations car elle reste viscéralement attachée à cette région, tant et si bien qu'à la retraite, les parents de Jean se retireront à Varennes, au lieu-dit «Le Fromenteau», dans une maison coquette entourée d'un grand jardin fleuri allant mourir en pente douce sur le Valençon.

UN PARFUM DE LIBERTÉ

Sans grandes ressources mais le vivant avec philosophie, les Brérault restent attentifs à leurs dépenses et, comme la plupart des gens issus d'un milieu populaire, ils se sont toujours sentis du côté des modestes et des «partageux». Le travail de couture qu'effectue sa mère Jeanne se prolonge tard dans la soirée. Bien souvent, le prix demandé est dérisoire par rapport aux heures passées. De plus, des clientes exigeantes n'hésitent pas à faire recommencer un ouvrage presque achevé pour un détail qui ne leur plaît pas, ce qui, par ailleurs, ne les empêche nullement de tarder à régler leurs notes... Toutefois, il y a quelques compensations au métier ingrat de couturière : être chez soi, ne dépendre de personne et pouvoir apporter soins maternels, chaleur et tendresse à ses enfants.
L'amour que Jean voue à sa mère est sans limites, son attachement à elle, profond. Constamment près d'elle dans sa petite enfance, il est attentif à tous ses gestes, perçoit et ressent son regard, les yeux fermés. Il vibre à ses paroles empreintes de sérénité : elles lui transmettent assurance et confiance pour explorer le monde extérieur. Imprégné de la culture altruiste de sa mère, le petit Jean s'ouvre aux personnes qui l'entourent, avec générosité et bienveillance. Ce lien maternel affectif, si fort, si vif et constant, lui permet de s'épanouir et de grandir dans un climat de paix intérieure.

Présentation de l'éditeur

Ce livre constitue une première tentative pour écrire l'histoire d'un cinéma facilitant le passage du voir au comprendre, autrement dit servant les apprentissages, l'enseignement et l'éducation.
Il fallait commencer par Jean Brérault qui est le cinéaste le plus emblématique de ce genre cinématographique qui n'apparaît réellement qu'à partir des années 1920. Étudier son oeuvre, c'est prendre en compte ses films, mais aussi l'ensemble de ses activités. Non seulement, il est scénariste, réalisateur et monteur, mais également, instituteur public, syndicaliste militant et homme engagé dans l'action politique. Une telle analyse implique de recourir à des sources plurielles et de s'adonner à des «fouilles» méthodiques, aussi bien dans les archives des institutions que dans les collections de revues et de journaux. Cette lecture de la vie d'un homme enrichit nos connaissances historiques sur la période de l'entre-deux guerres et nous dévoile les conflits, les contradictions, les non-dits et les problèmes économiques que soulevait alors l'utilisation du cinéma à l'école.
Ses films nous révèlent le dur labeur des hommes et femmes du peuple, nous renseignent et nous émeuvent tout à la fois. Ils constituent une part de notre histoire et méritent d'entrer dans notre patrimoine culturel, social et politique

Josette Ueberschlag, chercheur en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Bourgogne (laboratoire Cosmos - Ciméos EA 4177) travaille sur le cinéma d'enseignement et d'éducation, ainsi que sur la diffusion des sciences et techniques qu'elle soit cinématographique ou télévisuelle.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Idées cadeaux de Noël
Idées cadeaux pour les enfants, les passionnés de high-tech...et plus encore! Retrouvez notre sélection rien que pour vous.

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoile

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?