• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Jeunesse de Blueberry (La... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Bon marché et sécurisé. Articles d'occasion contrôlés.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Jeunesse de Blueberry (La) - tome 16 - 100 $ pour mourir Album – 7 septembre 2007

3.3 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 11,99
EUR 11,99 EUR 8,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Boutique BD Boutique BD

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Jeunesse de Blueberry (La) - tome 16 - 100 $ pour mourir
  • +
  • Jeunesse de Blueberry (La) - tome 17 - Sentier des larmes (Le)
  • +
  • Jeunesse de Blueberry (La) - tome 18 - 1276 âmes
Prix total: EUR 35,97
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Suite au décès prématuré d'un prisonnier confédéré appartenant à un petit groupe d'indiens cherokee, le jeune lieutenant Blueberry se retrouve bien malgré lui sur la piste d'un étrange envoyé de la banque Rothschild qui a mystérieusement disparu. Alors qu'à Washington d'étranges accords se nouent sous la férule d'Alan Pinkerton, il se lance dans une folle aventure au péril de sa vie. Premier tome d'un nouveau diptyque signé de main de maître par François Corteggiani et Michel Blanc-Dumont.

Biographie de l'auteur

François Corteggiani est un scénariste incontournable de la bande dessinée franco-belge; il a collaboré avec des dessinateurs majeurs, dont Pierre Tranchand (dit "Pica"), Philippe Bercovici, Jean-Yves Mitton ou même Giorgio Cavazzano. Depuis la mort de Jean-Michel Charlier, en 1989, il a repris les aventures de "La jeunesse de Blueberry", qu'il nous fait encore partager aujourd'hui. François Corteggiani est né le 21 septembre 1953 à Nice. Après quelques collaborations locales, il monte à Paris en 1972. Il y réalise des travaux publicitaires et quelques dessins dans divers journaux avant de débuter vraiment dans une petite maison d'édition lyonnaise, la SEPP, pour laquelle il livre un peu plus de 1 000 planches en deux ans. Après un passage éclair chez ‘Spirou', il entre au journal ‘Pif Gadget', dans lequel il anime le personnage de Pif, d'abord en dessinant ses aventures puis en les scénarisant – ce vers quoi le poussait depuis longtemps Christian Godard. Il crée aussi la série "Pastis" et en imagine deux autres : "Marine" et "Smith et Wesson", avec Tranchand au dessin. Depuis 1982, il travaille pour Walt Disney Company en France, en Italie, aux Pays-Bas, au Danemark et aux États-Unis, ainsi que pour ‘Le Journal de Mickey'. Dans ce dernier, il anime – avec Tranchand, encore ! – les gags de "L'école Abracadabra" et de "Monster Motel". Dès 1996, Il termine la série "Tatiana K" (Dargaud), série dont le premier dessinateur était Félix Meynet. À la disparition de Jean Michel Charlier, en 1989, c'est lui qui reprend "La jeunesse de Blueberry", dessinée d'abord par Colin Wilson, puis par Michel Blanc-Dumont. Alors qu'il poursuit son travail sur différentes séries avec plusieurs dessinateurs, comme Sébastien Verdier, Dominique Cébe ou Yves Rodier, il se voit confier en 2004 la rédaction en chef du nouveau ‘Pif Gadget'. Cette nouvelle aventure s'achève en 2008. François Corteggiani retrouve Emanuele Barison en 2014, avec la publication du magnifique one shot "Orféa" (Dargaud).

Michel Blanc-Dumont est né à Saint-Amand-Montrond, dans le Berry, où son père était sculpteur-céramiste. Sa passion pour le dessin se révèle alors qu'il est encore très jeune. Après des études générales, il entre rapidement à l'école des Arts appliqués, où il devient un des meilleurs élèves. Il y reçoit une culture artistique et une formation graphique très complètes qui l'entraîneront vers l'illustration puis la bande dessinée. À la fin de ses études, Blanc-Dumont travaille pendant trois ans avec son père qui est alors le meilleur restaurateur d'objets d'art et de tableaux de Paris. Parallèlement, il réalise ses premières BD ainsi que des dessins humoristiques. En même temps, il développe un intérêt, qui ne se démentira pas, pour l'histoire de l'Ouest américain et la civilisation des Indiens des Plaines. À cette période, il se passionne également pour les chevaux et l'équitation ; il deviendra d'ailleurs un cavalier passionné et perfectionniste. Ses premières BD paraissent dans ‘Phenix' en 1973, puis dans ‘Jeunes années', où il dessine plusieurs légendes indiennes ainsi que des posters. En 1974, il crée, sur des scénarios de Laurence Harlé, la série "Jonathan Cartland", prépubliée d'abord dans ‘Lucky Luke Magazine', puis dans ‘Pilote' à partir de 1977. En 10 albums "Jonathan Cartland" s'est imposé comme une des meilleures séries actuelles. Révolutionnant un genre que l'on croyait figé dans ses traditions et réduit à des parodies (à l'italienne), Blanc-Dumont et sa scénariste ont su donner une nouvelle dimension et un nouveau souffle au western en privilégiant délibérément l'authenticité, l'émotion et le lyrisme. Le dessin puissant et perfectionniste de Blanc-Dumont, et l'écriture intense d'Harlé mettent particulièrement en valeur leurs goûts pour les décors grandioses, les personnages hors du commun et un certain penchant pour le fantastique. En 1988, il reçoit, lors du 15e Salon international de la bande dessinée d'Angoulême, l'Alfred du meilleur album de l'année pour "Les Survivants de l'ombre" (scénario de Laurence Harlé), tome 8 de la série "Jonathan Cartland" (Dargaud). En 1990, il s'essaie à un genre différent, le polar. C'est une véritable légende de la bande dessinée, Michel Greg qui lui écrit les aventures de "Colby" : des histoires sur mesure pour Blanc-Dumont où celui-ci excelle à reconstituer l'univers de l'Amérique des années 1940. En 1997, Jean Giraud et François Corteggiani, digne héritier de Jean-Michel Charlier, lui proposent de reprendre "La jeunesse de Blueberry". Il accepte avec enthousiasme et y apporte un vrai souci d'authenticité dans la restitution de cette époque de la guerre de Sécession.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.3 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Michel Juvenet TOP 1000 COMMENTATEURS le 22 octobre 2007
Format: Album
Bien loin de l'univers et du dessin crées par Giraud et Charlier, cette sous-série s'enfonce de plus en plus dans la médiocrité et s'essouffle complètement. Si le dessin reste moyen, les scénarios se résument maintenant en quelques lignes et la moindre petite idée s'étire sur des pages entières. Le foisonnement de péripéties chères à Charlier et le trait vif de Giraud me manquent terriblement. Vance et Wilson avaient plutôt bien maintenu le niveau, mais là... Pauvre Blueberry!
Remarque sur ce commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album
Contrairement au commentaire précédent, j'encourage absolument les lecteurs curieux à lire "La jeunesse de Blueberry". L'ambiance est très "charlienne", quant au dessin, il n'est pas le moins du monde médiocre, bien au contraire!
Il est proprement scandaleux que Michel Blanc Dumont soit sous employé, lui qui est un des meilleurs dessinateurs réalistes d'aujourd'hui. Avec l'appui de son épouse, qui fait des couleurs impeccables, n'écrasant pas le dessin, Blanc Dumont continue à nous gratifier d'un trait élégant, ce qui n'est pas si courant dans la production pléthorique actuelle.
Alors que l'on ne peut que regretter la fin de "Jonathan Cartland" - qui est un excellent western, original et, enfin, différent (merci Laurence Harlé) -, et la disparition de "Colby" de l'incroyable Greg, il serait scandaleux de passer à côté de "La jeunesse de Bluebbery", série dans laquelle François Corteggiani fait preuve, à la fois de révérence envers Jean-Michel Charlier, et d'un réel - et très solide - talent de scénariste!
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album Achat vérifié
Une fois de plus l'histoire se tient, à travers le héros qui travers l'histoires des Etats Unis pendant la guerre de sécession ou après.
Très beaux dessins.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?