undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
16
3,9 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:14,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 novembre 2014
Le grand retour annoncé de Nicolas cage en haut de l'affiche est une réussite,"Joe" est un film sans concession qui ne s'embarrasse d'aucune fioriture dans la mise en scène,le rythme est saccadé,donnant presque cette fausse impression que le montage a été expédié en quelques minutes en post-production.L'effet voulu est bien évidemment la prise directe avec le réel,le spectateur n'a aucun mal à croire que ce qu'il voit est vrai.
A la fois drame psychologique et sociétal,le film nous plonge dans les bas fonds du Texas dans une campagne quasi abandonnée où chaque personnage est si écorché qu'il le porte sur le visage.
Toute la problématique du film tourne autour de la survie,le personnage de Nicolas Cage essayant de survivre à ses pulsions et le gamin de survivre à son père.Quand ces deux-là vont se rencontrer,l'adolescent va donner une chance inespérée à "Joe" de faire quelque chose de positif dans sa vie.
Un film à voir,presque comme une carte postale de l'Amérique profonde,en aucun cas une claque cinématographique mais un solide film avec un casting efficace et un scénario bien ficelé.
Dvd de grande qualité.
11 commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Première scène, premier choc.
Un plan séquence à la direction d'acteur impériale donne le ton.
Vous entrez dans un film qui sonne juste et cogne dur.
Transfert Blu-ray écrasant de précision.
Couleurs saillantes et noirs profonds accompagnent à la perfection
ce sombre et douloureux parcours initiatique où les démons sont partout.
Au Sud rien de nouveau, alcoolisme, violence pour un récit d'apprentissage trash et désespérée.
Rien que du prévisible et pourtant ce film m'a profondément touché.
C'est une oeuvre importante, solide; poignante et qui restera.
Réalisation et photographie inspirées pour une mise en scène au service d'acteurs puissants.
Nicolas Cage, magnifique, totalement habité par son rôle.
Tye Sheridan, bouleversant, adolescent au regard triste mais déterminé.
Terrifiant Gary Poulter, recruté dans la rue et incarnant avec une vérité peu commune la figure monstrueuse d'un homme ayant perdu son âme.
Décédé peu de temps après le tournage, le film lui est dédié.
Ce trio, vous ne l'oublierez pas.
Cette vérité dans le jeu fait toute la force d'un film respectant scénaristiquement les fondamentaux du genre.
Le spectateur sait d'emblée qu'il n'est pas au pays des bisounours et que quelque chose ici est définitivement plombé.
Âpre, sans concessions, JOE n'est qu'un lointain cousin du MUD de Jeff Nichols sorti peu de temps avant et avec lequel certains critiques l'on comparé.
Le film de Nichols est un conte du Bayou somptueux ou là encore l'adolescent (incarné également par Tye Sheridan) apprend à devenir un homme au contact d'un être en rupture.
Deux parcours similaires mais Joe est loin d'épouser la vision élégiaque du film de Nichols.
MUD est une oeuvre romanesque au lyrisme parfois Malickien.
Ici, l'univers du Sud est écrasant, crasseux, rugueux et les sensations viscérales.
S'il fallait trouver une filiation j'oserais la comparaison avec Winter's Bone (Debra granik, 2010) dans cette manière d'afficher un aspect "cinéma-vérité".
Ce soucis de coller à cet univers est sensible pour l'ensemble de la distribution.
Autour des rôles principaux, le réalisateur David Gordon Green donne vie à une galerie de personnages saisis dans leur quotidien.
Acteurs non professionnels embauchés parmi les gens du cru.
Un soucis d'authenticité fidèle à l'esprit du bouquin de Larry Brown.
écrivain "à la pointe juste et sèche" façon Raymond Carver.
Joe est un film dur, violent et d'une profonde honnêteté.
Il ne cherche pas à être un chef-d'oeuvre mais juste un vrai moment de
cinéma.
Au final, JOE est tout simplement un grand film.

Blog Les chroniques ciné de Francisco
22 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il est quand-même étrange, Nicolas Cage. Capable de figurer dans les films d'action les plus beaufs et bas du front de tous les temps mais aussi dans des films plus ou moins auteurisants. Comme ici, avec ce "Joe", où on navigue en plein drame bouseux désespéré. Or le gars Cage porte le film à bout de bras.

Car il est tout bonnement formidable dans ce rôle de quadra sur la fin, dépassé par la bêtise de ses congénères, clopeur toussant et buveur impénitent. Jamais il n'en fait trop, se contentant de camper le personnage de la façon la plus réaliste qui soit. Ce qui donne à l'arrivée un bien bon petit moment de cinéma distillant comme il faut son émotion délétère.

Le scénario est en béton, basé sur un roman de Larry Brown. Là où ça coince un peu, c'est au niveau de la réalisation, au ras des pâquerettes. Le réalisateur (dont j'ai oublié le nom) peine à insuffler du rythme à son récit qui manque de souffle et d'allant. Il se contente de filmer son truc, sans aucune originalité ni parti-pris. D'autant plus dommage qu'il effectue par ailleurs de bons choix tant au niveau de la couleur que des cadrages. Mais voilà, ça manque d'envie, ou d'une vision plus clairement appuyée.

Pire, il se fait un brin poseur, épousant les clichés d'un certain cinéma d'auteur, en se regardant filmer de façon alanguie ses plans ambianceux et sombres. C'est dommage car ce qui aurait pu être un grand film ne le devient pas. On se contente de suivre l'histoire sans réelle passion, on n'est pas spécialement pris aux tripes alors que tous les éléments étaient bien réunis pour ça. On se dit même que cela aurait pu être le rôle de sa vie pour Nicolas Cage. Reste un film largement valable qui vaut le coup d'œil sans problème. Ca fait passer la soirée, quoi.
1111 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Joe, un ancien détenu, a monté sa petite entreprise de travaux agricoles dans un coin de l’Amérique red-neck, et parvient à la faire tourner avec une certaine réussite. Un jour, le jeune Gary, 15 ans, vient lui demander un job pour lui-même et Wade, son père. Mais alors que le garçon démontre une réelle application et une forte capacité à travailler, Wade se révèle n’être qu’un ivrogne incapable d’obéir à une instruction, de manier un outil, et passe sa journée à cuver ce qu’il aura bu la nuit précédente en récupérant, par la violence, l’argent gagné par son fils. Joe se prend d’amitié paternelle pour Gary, car il ne se reconnaît que trop dans cet adolescent qui pourrait bien ou mal tourner en fonction de ses futurs choix et des influences bonnes ou néfastes auxquelles il sera confronté. Joe lui-même est tiraillé entre un désir de rédemption certain et ses propres démons, parmi lesquels l’alcool (eh oui, lui aussi !) et la figure d’un ancien rival qui cherche à le provoquer par désir de revanche.

A travers l’histoire de Joe et Gary, c’est dans l’Amérique profonde que David Gordon Green, le réalisateur, souhaite nous immerger. Hélas, l’accumulation de clichés fait virer sa peinture à la caricature, même sans mauvaises intentions. Green a une empathie certaine pour ses personnages malgré leurs défauts, leurs faiblesses, leur condition défavorisée. Il aime et nous fait respecter leurs tentatives de prendre leur destin en main malgré les boulets qui les entraînent vers le fond. Ce qui pèche dans l’approche de Green n’est pas un manque d’humanité pour ses personnages mais de subtilité dans leurs portraits, cette même subtilité qu’on trouve, par exemple, chez un Jeff Nichols. Ici, Green laisse parfois basculer cette galerie de bras-cassés en une série de clichés rednecks : les combats de chiens, les putes pas chères, les hommes alcoolos capables de s’entretuer pour une demi-bouteille de mauvaise piquette, peu attentifs à leurs femmes quand ils ne les battent pas carrément, les baraques sales et négligées, les bravades et les bagarres futiles, etc. Pour ne citer qu’eux, Winter's bone (en 2011) ou Summertime (en 2012) étaient bien plus fins, moins caricaturaux, et nous prouvaient qu’on peut explorer l’Amérique d’en-bas sans devoir nécessairement abandonner tout optimisme.

Côté acteurs, cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu Nicholas Cage dans un tel rôle. Lui qui paraissait ces derniers temps plutôt abonné aux gros rôles d’actions sans intérêt (12 heures, Ghost Rider 1 et 2, Hell driver, Le dernier des templiers, L’apprenti sorcier, aussi vite sortis en salles qu’oubliés ensuite, à juste titre), il revient vers ses premières amours de cinéma indépendant (Sailor et Lula, Leaving Las Vegas). Tant mieux si, sur le principe, un nom comme le sien permet à des projets comme celui-ci de se monter. Evidemment, il ne parvient pas à faire oublier ses meilleurs rôles (The rock, Kick-Ass, Snake eyes, Lord of war), mais sa prestation impose le respect. De plus, à égalité sur l’affiche figure le nom encore mal connu de Tye Sheridan. Ce dernier, excellent, confirme les espoirs qu’on avait mis en lui depuis le fabuleux «Mud», le meilleur film de 2013 (selon votre serviteur). Ici, il force parfois un peu les traits de son personnage, à l’image de tout ce qui paraît un peu forcé dans le reste de « Joe ». Il reste néanmoins un acteur dont on continuera à suivre attentivement le parcours, tant il est certain qu’on assiste là à l’éclosion d’un futur grand.

« Joe » est donc un drame dans l’Amérique profonde des déclassés, des sans-grades, écrit et réalisé avec une empathie certaine mais un manque de nuances trop pesant sur le film. Nicolas Cage en impose avec une belle interprétation et Tye Sheridan confirme les espoirs qu’on met en lui. Rien que pour eux, «Joe» mérite le détour.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dans une petite ville du Texas, l’ex-taulard Joe Ransom essaie d’oublier son passé en ayant la vie de monsieur tout-le-monde : le jour, il travaille pour une société d’abattage de bois. La nuit, il boit. Mais le jour où Gary, un gamin de 15 ans arrive en ville, cherchant désespérément un travail pour faire vivre sa famille, Joe voit là l’occasion d’expier ses péchés et de devenir, pour une fois dans sa vie, important pour quelqu’un. Cherchant la rédemption, il va prendre Gary sous son aile…
Joe : Tout comme son personnage, c’est le film de rédemption pour Nicolas Cage. Car après avoir collectionner les films qui ne plaisaient pas a tous le monde. La, on lui offre un rôle plus sobre, plus sombre, plus humaine. Et c’est avec ce genre de rôle qu’on peut exprimer son talent d’acteur et c’est ce qu’il fait à merveille, pour moi, c’est et ça restera à un excellent acteur. Sinon, le film est très intimiste, très noir et pesant avec une ambiance dure et crédible. Car, on va suive un ex truand solitaire qui cherche la rédemption. Et il va prend sous son aile un jeune ado bosseur et pas feignant car son jeune homme a une situation familiale des plus dangereuse : son père est un alcoolique assez violent qui ne va pas hésiter à frapper son enfant et a lui voler son argent durement gagner. Donc voila, scénario avec un rythme assez lent mais c’est jamais c*****. Car, l’ambiance est posée, les personnages sont bien travaillés et ils ont une vraie âme et de vraies émotions. Et pour finir, pareil, la réalisation est sobre mais ça c’est du cinéma : c’est bien cadré, mise en scène soignée et le tout est parfaitement dans le ton du film. Donc voila, un film brute et sans concession : a voir.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2016
Film original et parfaitement réalisé ! (A l'épaule et çà devrait aussi inspirer tous les vidéastes même non munis de l'Arri Alexa mais d'un apn ou d'un petit caméscope de poing).

Interprétation impressionnante aussi bien de Nicolas Cage que des rôles secondaires dont des non professionnels : notamment le jeune Tye Sheridan et Gary Poulter dont le making off nous apprend que c'est un vrai sdf remarqué dans la rue par le réalisateur et malheureusement décédé après le tournage).

Une histoire forte et universelle au delà du cadre de l'amérique profonde dans lequel elle se situe.

(Petit souci technique dont j'ignore s'il provient du blu-ray ou du lecteur mais il a fallu l'insérer une seconde fois pour le lire. A la 1ère tentative, apparition à l'écran, d'une fenêtre demandant de vérifier le disque).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2015
J'ai évoqué le film dans un précédant commentaire concernant le livre. Assez fidèle au livre (sauf la fin), le film manifeste toute l'ambiance violente et poisseuse que le livre peine à transmettre. La réalisation est rigoureuse, les images crues et les photos sont belles quand bien même elles rendent compte de la sordidité de l'histoire. Et l'histoire est belle (oui !) et bien sordide. Cela dit un scénario efficace et un casting de qualité empêche la réalisation de se complaire dans la violence subie et infligée par les personnages. Ce film parvient à traduire la brutalité crue et la bassesse des protagonistes en puissance narrative : une réussite pour ce film noir rural (âmes sensibles s'abstenir).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 août 2014
Je m'attendais à regarder un pseudo-film/téléfilm comme les américains savent si bien les faire, avec une fin dégoulinante de bons sentiments et une morale bien convenue comme il faut.
Tout faux.

Dès le début, on est prit dans l'atmosphère étouffante et noire de cette campagne profonde américaine, véritable taudis où l'on travaille des journées entières pour une poignée de dollars.
Au fil des minutes, le film devient de plus en plus noir, de plus en plus violent. Les acteurs n'y sont pas pour rien. Cage signe enfin son retour dans un bon film. Gary Poulter est brillant dans le rôle du père (ordure) ivrogne et violent, SDF dans la vrai vie, il n'a pas vraiment eu à jouer.
Le scénar est bien ficelé et la fin est à la hauteur du film.

Un très bon film noir. A voir!
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2015
film prenant et vrai ont s'imagine bien dans ces endroits glauques de l'amerique profonde! un bon film de cinema y'en as qui n'aimes pas !
vu sur acer h9500bd +oppo 93 et écran de 2m40 c'est du tout bon en son et image hd!!!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2015
>> que j'avais adoré en salles en 2014, superbe film, DVD avec menus soignés,
et très bon making-of solide, dommage qu'il n'y ait pas de scène coupée sur les bonus...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)