Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

John Wesley Harding Import

4.0 étoiles sur 5 5 commentaires client

Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle

Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bob Dylan


Détails sur le produit

  • Cassette (17 octobre 1990)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B0000024U0
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5 5 commentaires client
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Avec John Wesley Harding, Bob Dylan replonge dans l'univers musical folk & country après les plus électriques "Blonde on blonde" et "Highway 61 revisited", univers qui l'avait amené à devenir poète rock plutôt que poète tout court...Dylan poursuit sa quête nourrie de textes introspectifs et de poèmes aux teintes plus mystiques, voire morales que les litanies surréalistes de "Blonde on Blonde". Un grand disque, ou le grand Bob allège la formation qui l'accompagne et revient vers des tonalités acoutisques. A écouter avec Nashville Skyline (très country, accompagné par Johnny Cash) et Self Portrait, qui forment avec ce disque la trilogie de Nashville. Et a ranger aux côtés des meilleurs crus dylaniens des années 1965-1970 !
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par johan TOP 1000 COMMENTATEURS le 27 février 2015
Format: CD
Chacun a son album préféré du Maître de Duluth, celui que l'on garderait si l'on devait virer les autres, et qui n'est pas forcément dans la liste convenue de ses chefs-d'oeuvres incontestés.

Eh bien pour moi c'est cet album de 67. Pourtant ce n'est pas stylistiquement son plus représentatif. Les raisons ? D'abord la voix qui n'a plus rien à voir avec la célèbre tessiture enfumée des années 65/66: parmi toutes les métamorphoses vocales de sa caméléonesque carrière la tessiture vocale de Dylan, une de ses plus belles avec celle de 74, hésite en 67 entre lyrisme et retenue, semble vraiment venir du fond de l'âme américaine, entre le sec et le plein, juste avant que l'équilibre soit rompu et que viennent les roucoulades croonantes du sympathique "Nashville Skyline" et de l'insupportable "Self portrait".

Ensuite les chansons : paroles géniales et à l'économie, rien à voir avec les flots surréalistes parfois indigestes des années précédentes. Ici, pas un mot de trop et chacun à sa place (Dear Landlord, I dreamed I saw Saint Augustine, l'extraordinaire All Along the Watchtower -dans celle-ci le texte est anacyclique, conçu pour pouvoir être lu dans les 2 sens) Sans oublier l'un de ses plus beaux morceaux, I Pity the Poor Immigrant, à la mélodie inspirée du traditionnel écossais Come All Ye Tramps and Hawkers. Une mélodie à pleurer et un texte d'une perfection insensée. Autre grand morceau : "Dear Landlord" subtil réglement de comptes dédié au vorace manager Albert Grossman.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par jean-claude TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 1 février 2010
Format: CD
Durant l'été 1966, quelques mois après la sortie du double Blonde On Blonde, Dylan est victime d'un très grave accident de moto (c'est la version officielle) qui va le tenir à l'écart de la scène pendant un an et demi. Le Zim va mettre à profit sa retraite forcée en faisant venir chez lui, à Woodstock, le Band, son groupe habituel de scène (enregistrement de titres qui figureront en 1975 sur le mythique Basement Tapes) et en préparant son retour avec un nouvel album John Wesley Harding (avec à la basse Charlie Mc Coy, Kenny Buttrey à la batterie et Pete Drake à la pédale steel), son huitième, paru en décembre de l'année 1967. Dylan sort radicalement de sa trilogie électrique (Bringing It All Back Home, Highway 61 Revisited et Blonde On Blonde) pour revenir à un album plus acoustique, aux parfums mystiques, d'inspiration biblique (Dylan a eu le temps de réfléchir sur sa vie et ses expériences). John Wesley Harding (en hommage à une gâchette hors-la-loi de la légende du Far West) va encore prendre tout le monde à contre-pied en revenant à des racines folk (pour l'anecdote, au même moment, son idole de toujours, son père spirituel, Woodie Guthrie vient de mourir). Il va en résulter un album anachronique, en dehors de son temps (nous sommes en pleine période hippie et acid-rock, ne l'oublions pas). Sobre et à l'instrumentation réduite à sa plus simple expression, au son épuré, cet album au folk minimaliste de ses débuts (plus la basse et la batterie) est l'un des meilleurs de Dylan, qui nous livre des chansons aux multiples images religieuses.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Dr. Rock TOP 1000 COMMENTATEURS le 25 février 2014
Format: CD
1967. En quatre ans de carrière, Bob Dylan était déjà allé très loin, trop loin. S’il est des accidents profitables, le sien à moto en 1966 en est un : un arrêt forcé était nécessaire, il ne pouvait plus continuer sur les chapeaux de roue plus longtemps. Convalescent, il se marie et s’extrait du monde de la scène quelques mois. Nul ne le sait et ne s’en doute (surtout pas les fans atterrés), mais nous ne retrouverons plus jamais le Dylan de 65-66.
Reclus dans sa ferme familiale, désireux de se rapprocher des racines musicales américaines sous l’influence de son ex backing-band (devenu The Band), il revient l’année suivante avec cet album à la sobriété pastorale. Un passage de la pop music à la country-folk qui heurta beaucoup de monde. Accompagné exclusivement d’un batteur et d’un bassiste, Dylan égrène ses nouvelles chansons comme autant de paroles d’évangiles, imageant la réalité sous l’angle biblique (BALLAD OF FRANKIE LEE AND JUDAS PRIEST), mythifiant sa vision de l’Ouest (JOHN WESLEY HARDING) et endosse le costume de messie des campagnes (DEAR LANDLORD). Malgré un harmonica trop souvent envahissant, les chansons sont superbes (AS I WENT OUT ONE MORNING) et une, en particulier, rejoint le podium des immortelles (ALL ALONG THE WATCHTOWER). Intime et puissant.
Tops : ALL ALONG THE WATCHTOWER, AS I WENT OUT ONE MORNING, I’LL BE YOUR BABY TONIGHT, DEAR LANDLORD
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?