EUR 12,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Johnny the Fox a été ajouté à votre Panier
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 16,25
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Fulfillment Express
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,49

Johnny the Fox Import

4.7 étoiles sur 5 7 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
17 neufs à partir de EUR 3,80 7 d'occasion à partir de EUR 3,79
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Thin Lizzy


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Johnny the Fox
  • +
  • Chinatown
  • +
  • Black Rose
Prix total: EUR 28,80
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (20 avril 1990)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B000001F8Y
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5 7 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 17.886 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
4:24
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
2
30
3:46
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
3
30
4:34
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
4
30
2:21
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
5
30
3:50
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
6
30
3:48
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
7
30
3:09
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
8
30
3:01
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
9
30
3:58
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
10
30
3:15
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
5 étoiles
5
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 7 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Grâce à l'album "Jailbreak", THIN LIZZY sort enfin de l'ombre, propulsé par le single "The Boys Are Back In Town" qui cartonne dans les charts anglais et américains en cette année 1976. Le groupe démarre une tournée aux States, mais rapidement, les choses tournent mal, Phil Lynott tombe malade (hépatite) et se retrouve à l'hôpital pour quelques semaines...
L e groupe reprend la direction des studios en octobre 1976 pour enregistrer le successeur du monumental "Jailbreak" : "Johnny The Fox".
Phil Lynott est un touche à tout, un artiste écorché vif, aussi à l'aise dans les arrangements uniques de sa musique que dans l’écriture poétique de ses chansons. Considéré comme un visionnaire pour l’époque, son univers musical est rempli d’éclectisme (folk celtique, rock, blues, rythm and blues, reggae, hard rock, soul, pop, funk...)
Ce nouvel disque est différent de "Jailbreak", plus obscur, plus profond, une sorte de concept album, un conte tragique et désespéré, rempli de mythologie celtique et d'expériences personnelles, presque une auto-biographie du renégat irlandais.
La frappe de Brian Downey et les guitares de la paire Gorham / Robertson mettent en branle la machine infernale d'entrée avec un "Johnny" tendu et violent ..."Johnny a volé une pharmacie et tiré sur le gardien pour combler un besoin quotidien"...
Lire la suite ›
1 commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Il est vrai que johnny the fox est peut-être un peu moins fourni en classiques, coincé entre les deux monuments que sont "jailbreak" et "bad reputation", il n'empêche que ce disque est tout aussi indispensable, on parle de thin lizzy, la qualité est évidemment au rendez-vous. Ce disque contient quelques classiques "don't believe a word", "massacre" et "johnny the fox" que l'on retrouve sur l'incoutournable "live and dangerous". Le disque démarre en trombe avec un riff assassin sur "johnny", suivi de bons titres (plus rock que hard) comme "rocky", "fool's gold", "old flame". La trés belle ballade "sweet marie" met en évidence la belle voix chaude de sieur lynott, et on finit par un titre bien remuant "boogie woogie dance". Voila le seul point faible de l'album c'est peut-être "bordeline", qui s'écoute sans plus. Pour finir, c'est l'album de thin lizzy que préfère le guitariste robertson.
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Suite à une tournée écourtée, à cause des problèmes de santé de Phil Lynott, ce "Johnny The Fox" publié en Octobre '76, produit pour la seconde fois par John Alcock, sorti rapidement après un "Jailbreak" paru plus tôt la même année .
L'album, bien que moins populaire, n'en propose pas moins un contenu (très) intéressant, et est proche du niveau de son prédécesseur. Le nerveux "Johnny" et "Rocky" qui entament cette story, sont deux rocks incisifs, et ces guitares endiablées mais mélodiques y sont bien présentes, du pur Thin Lizzy. Dans un autre registre, la ballade "Borderline" (composée par Roberston), est vraiment bien fichue et bien interprétée. L'album comprend également d'autres morceaux plus nuancés, comme le mélodique "Fools Gold" gorgé du feeling unique du métis Irlandais, et les deux ballades, dont le superbe "Old Flame" propre à un Lynott mélancolique, et le doux "Sweet Marie" (composée par Gorham). Plusieurs de ces titres ne tarderont pas à devenir de dangereux killers en live, notamment "Don't Believe A Word", qui fut d'abord composé sur un tempo plus lent, c'est Brian Downey qui en studio proposa de l'accélérer pour obtenir cette version plus directe, ainsi que le swinguant et funky "Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed" interprété avec ce rythme particulier, ainsi que le vibrant "Massacre". L'album finissant sur un remuant, avec un titre pareil, "Boogie Woogie Dance".
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Sans jamais hésiter à laisser libre court à diverses influences au sein de son rock, Philip Parris Lynott restera avant tout un homme blessé qui n'aura de cesse de témoigner en musique les faits divers d'une vie qui le rattraperont quelques albums plus tard. Alors que Jailbreak brûle encore les platines, c'est dans la même année que Johnny The Fox vient nous rappeler que les histoires d'hommes et d'amour se construisent souvent au milieu des mauvaises herbes. Suite logique de l'album précédent, Johnny le filou s'embrase d'un feu légèrement différent, mais tout aussi jouissif. Contrastant avec l'apparence froide de Jailbreak, les couleurs rousses de la pochette de ce disque sont un piège pour qui aurait tendance à croire en une quelconque accalmie.

Tout en faisant profession de violence dès le début de l'album, Lizzy n'oublie pas une seconde de valoriser son rock de certaines légèretés dont elle a le secret. Alors que la basse de Lynott ronfle son soul et arrondie les angles sur les premiers titres, il est d'ores et déjà inscrit que l'intensité ne primera pas sur l'émotion. Thin Lizzy, c'est avant tout une signature sonore, un charme complexe issu d'une fusion brassant énergie, urgence, mélodie et swing. Irrésistible, la musique jouée ici possède ses propres artifices. Comme annoncé dès les premiers riffs, l'album se concentre sur l'objectif avoué de jouer le tout pour le tout, mais avec la particularité de parer cette violence d'un pelage lustré. Des cuivres, par exemple. Et ça marche !
Lire la suite ›
3 commentaires 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?