EUR 9,20
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 8 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Journal: Une anthologie (... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Journal: Une anthologie (1889-1949) Poche – 2 février 2012

Ce titre fait partie de la promotion 2 livres Folio achetés = 1 livre offert (voir conditions sur la page de l'opération en cliquant ici)
3.6 étoiles sur 5 5 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche, 2 février 2012
"Veuillez réessayer"
EUR 9,20
EUR 9,20 EUR 6,50
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Promotion Folio
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Journal: Une anthologie (1889-1949)
  • +
  • Les caves du Vatican
  • +
  • Journal des faux-monnayeurs
Prix total: EUR 23,80
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Le Journal d'André Gide peut être considéré comme la pièce maîtresse de l'écrivain. Cette première anthologie, inédite, en offre la quintessence.

Présentation de l'éditeur

" Le Journal d’André Gide peut être considéré comme la pièce maîtresse de l’écrivain. Texteoriginal, transgressif à plus d’un titre par rapport à la morale courante, les tabous de la sexualité, les idées reçues, les lieux communs, les idéologies, la religion, à la fois sérieux et drôle, grave et léger, rapide et lent, il reste d’une ampleur et d’une amplitude insoupçonnées. Cette anthologie, qui se réclame de l’art de la réduction cher aux compositeurs, a pour but de rendre l’une et l’autre, quintessenciées." Peter SchnyderC’est la première fois qu’ est réalisée une anthologie du Journal d’André Gide. Plus de 3 000 pages en Pléiade réduites à quelques 400. Cette édition se fonde sur les volumes parus en 1946 et en 1954.« Il ne faut jamais lire les phrases du journal de Gide comme si c’étaient de simples constations,fussent-elles à l’indicatif : ce sont des voeux, des prières, des commandements, des hymnes,des regrets, des blâmes. » Sartre« Une oeuvre d’art […] une création. » Georges Simenon

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Achat vérifié
Ce volume contient des extraits du Journal que l'on trouve en 2 volumes dans la bibliothèque de La Pléiade.
Je découvre un peu abasourdi (cet ouvrage m'avait été conseillé il y a 45 années !) un livre majeur de la littérature du XXème siècle, riche d'une constante réflexion sur l'absurdité des convenances, des poncifs, de la sottise certifiée conforme et surtout une invitation permanente à être, à vivre libre.
Un cri de liberté et de lucidité qui devance les Surréalistes et Paul Nizan !
Qui veut vivre libre s'en empare. Qui souhaite demeurer dans la servitude volontaire s'en abstient.
La confrontation à une intelligence aussi vive que celle de Krishnamurti dessille irrémédiablement les yeux les plus
embués !
Cette édition par ses choix de textes dans la collection Folio est une aubaine pour qui veut réfléchir et penser par soi-même. Gide après Montesquieu, Voltaire, Hugo, France, Nietzsche... s'affirme tel un libérateur des esprits en cage.
2 commentaires 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Dans l'édition de la Pléiade, le Journal d'André Gide compte environ 1600 p.- et encore, on n'y trouve pas les segments détachés du Voyage au Congo ou du Journal des Faux-Monnayeurs. On comprend donc qu'à l'instar du travail qui a été fait pour les mémoires de Saint-Simon ou les journaux de Stendhal ou Léautaud, Gallimard propose une anthologie susceptible de rencontrer la curiosité d'un public plus large. Le risque est évidemment que le lecteur du digest soupçonne l'éditeur d'avoir proposé des coupes malencontreuses : "quoi, une seule page sur Proust et une seule rencontre ? quoi, pas un mot sur l'accession de son ami Blum à la tête du Front populaire ? quoi, à peine une scène scandaleuse avec un éphèbe tunisien (et à 70 ans passés, encore), et presque jamais un mot sur son épouse, etc, etc, etc". Autant de remarques qui valent en fait pour le Journal pris dans son intégralité.
J'ai lu le Journal en son entièreté, relu avec plaisir la sélection de pages de cette anthologie et je crois pouvoir rassurer : l'exercice de sélection est habile et consciencieux.
Ce Journal n'est pas si éloigné de celui de Jules Renard (que Gide lut avec grand plaisir).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Malagar les Pins, Place de la Mauvaise Garenne...François Mauriac se rafraichit à la Fontaine des Trois Vignes. De l'autre côté de la rue Nathanael, les Gide et leur garnement de fils...Un dégingandé de parpaillot libre penseur..il se tourne vers François et lui fait un bras d'honneur..Animal de sang-froid, mais la tête près du chapeau dès qu'il s'agit de l'honneur familial ("Mauriac au coeur de l'ennemi, à l'attaque").
François Mauriac traverse la place, rejoint les hérétiques, décroche un jab au foie à André...Celui bloque...François enchaîne crochets et directs, touche l'arcade, encaisse sans tituber deux coups bas (à peine un cri) lui assène un atémi, sort un Magnum 44 et lui dit : "Par Jésus Notre Sauveur, prends ta chance, chien germanopratin"..Sans se démonter, Gide colle sur le front de François Mauriac un canon de Peacemaker et lui sussurre : "Fais-moi gagner ma journée, homme de Bénitier".
Tout en jaugeant son ennemi, François Mauriac note le caractère éraillé de la voix, constate l'aspect impressionnant que cela confère au porteur et se promet d'aller voir son ORL.

"Oh" crie t-il "Les pandores" !
"Tu me prends pour quoi, mangeur d'hostie"
" Oh...Super Phacochère"
"Où ça ?"

Et rhan dans les iocs

Maman Gide hurle et supplie

"Fanfan, bute-le"
"No M'aam...Il est trop noc"

Se tournant vers Andé, rampant tel un lombric en proie des coliques...il profère

"L'année prochaine à Paris...je terminerai le boulot"
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Gide, un de nos grands écrivains, prix Nobel de littérature en 1947, a tenu un journal tout au long de sa vie.
Cette édition Folio en contient une anthologie en 400 pages.
Ce même journal ayant été publié in extenso à La Pleiade en deux volumes contenants 2500 pages, j'ai entrepris cette lecture avec gourmandise, me disant que si l'illustre maison avait pris la peine d'une édition pareille, le contenu devait avoir une grande valeur, et cette anthologie devait en être la substantifique moelle... Grande joie littéraire en perspective.

La déception fut à la hauteur de mon attente.
J'ai trouvé dans les pages de ce recueil les préoccupations quotidiennes et les petites choses de la vie d'un jeune, puis moins jeune auteur au fil des années : ("7 heure : bain. 8h et demie à 9 : déjeuner, etc..." -page 128-), agrémenté de ci de là d'une collection de maximes, aphorismes, et sentences, qui lui traversèrent l'esprit devant sa feuille blanche ("pour bien juger de quelque chose il faut s'en éloigner un peu après l'avoir aimé,..." -page 241-).
Certes on voit là, années après années, un grand esprit au travail, un auteur s'affirmer.
Intéressant, mais je ne peux crier au génie, ni trouver dans ces lignes rien qui ne justifie les honneurs d'une Pléiade. Où serais-je passé à côté ?!

Comme le dit Gide lui même dans ce journal en critiquant Le Grand Meaulne -p334- : "C'est un livre dont l'intérêt se dilue sur un trop grand nombre de pages et d'un trop long espace temps".
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?