• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Joyeux Noël a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
État: D'occasion: Bon
Commentaire: envoi rapide S
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Joyeux Noël Broché – 24 octobre 2012

2.8 étoiles sur 5 19 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 19,80
EUR 5,50 EUR 0,01
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait du prologue

Jusqu'à quarante-six ans, j'ai mené la vie d'un autre. Celle d'un rieur sans joie qui s'accommodait fort bien de ses masques. J'avais décidé d'être heureux au lieu de l'être. Une partie de moi, incapable de jouir, ne vivait pas. Dissimulé dans la lumière du succès et coincé dans des chagrins insolubles, j'ignorais que l'on pût réellement être soi à l'année longue. Un bloc de vérité. Jamais je n'avais imaginé qu'il fût envisageable de vivre sans «angle mort», en assumant à tous risques ce que l'on est.
Puis vint le big bang, ma sortie de la dépression, la fin de mon racornissement.
En janvier 2011, la tête en feu, je cessai de faire le malin en publiant un petit livre intitulé Des gens très bien. Ce récit coupant fut ma chance. Il commença à me recommencer. Mon existence en fut décapée, remodelée, vivifiée. L'opération pourtant tenait à la fois du suicide littéraire, du sabordage identitaire et du saut dans le vide. Sans doute faut-il mourir un peu pour renaître à soi.
Dans ces pages irréversibles, je quittai l'île enchanteresse des Jardin pour aborder la terre ferme de la vérité. Une terre salée. Brûlant la légende, je regardai enfin avec la bonne focale un secret de famille exposé dans les livres de mon père pour qu'on ne le vît pas. Mon grand-père paternel, juché au sommet du pouvoir collaborateur de Vichy, avait participé au pire. C'est ainsi. Le jour de la rafle du Vél' d'Hiv', le 16 juillet 1942, Jean Jardin assuma une politique à laquelle il resta fidèle jusqu'à sa fin. En osant ce texte curatif presque impossible à métaboliser par les miens, je consentis à regarder en face l'angle mort des Jardin. Par cette purge littéraire, je me désolidarisai d'une tribu frappée de cécité depuis plus d'un demi-siècle. Avec l'espoir de lessiver notre mémoire et l'ADN transmis à mes cinq enfants.
A l'âge où s'éteignit mon père, je cessai soudain de vivre «à côté» de moi, dans un simulacre de gaieté. Grâce à cette publication, je fis une plongée au coeur des secrets de mes contemporains. Ce que je n'avais pas prévu. Ce fut une naissance : douloureuse, magnifique. Par courrier, dans la rue ou les cafés, on cessa subitement de s'adresser au personnage que j'avais joué jusque-là pour me parler vraiment. En engageant dans ces rencontres une bouleversante confiance. Comme si j'avais été le psy gratuit de la nation, une oreille tendue vers tous les silences.
D'innombrables personnes, remuées par mon désarroi et peut-être stimulées par ma transgression aussi publique que privée, se mirent à me livrer la réalité de leur clan. Une déferlante d'aveux. Toutes sortes d'âmes inapaisées m'ouvrirent leurs placards emplis de sidérations : descendants de la grande peuplade des collabos «honorables», anciens policiers rafleurs portant rosette à la boutonnière, petits-fils de conducteurs de train à bestiaux barricadés dans le «j'ai-rien-vu», soldats fissurés par leur guerre d'Algérie, ex-enfants cachés, Juifs à qui Ton avait longtemps masqué cette qualité. Courir le risque d'être vrai permet aux autres de l'être à leur tour. La bonde était ouverte. L'espace d'une demi-année, je fus plongé dans une authenticité qui me donna le goût de vivre autrement : sans filtre. Dans cette joie simple et difficile à la fois qui jaillit lorsque les masques tombent. Au plein soleil de la sincérité. A leur insu, ces gens désensablaient la source de vie qui est en moi. Dans la foulée, je rayai de mon carnet d'adresses toute une clique de faux-culs brevetés et resserrai mes liens avec les autres.

Revue de presse

Il est temps de vivre sans angles morts, de secouer ce pays endormi par le conformisme et le mensonge. Cela suppose de renoncer à la prudence (qui ankylose), à la sécurité (qui abrutit), au mensonge (qui aveugle). Il s'agit moins de se saouler d'aveux (qui peut résister longtemps à la transparence absolue sur les préférences, y compris sexuelles, de tel ou telle ?) que de renoncer à la logique toxique des secrets : le gardien des secrets devient vite prisonnier de ses secrets. Un romancier est une grenade dégoupillée, et Alexandre Jardin assume avec panache ce statut...
Alexandre Jardin joue le jeu et publie sa feuille d'impôt, son squelette radiographié et autres fantaisies qui sont bien plus lucides que ce que l'on prend pour la réalité. C'est bientôt Noël : passez à table ! (François Busnel - L'Express, octobre 2012)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Une fois n'est pas coutume, commençons par ce qui déconcerte - pour ne pas dire ce qui déplaît.
1. La FIN du livre, surtout, avec ses graphiques, ses photos, etc. ce n'est pas de la littérature mais le bazar de la Farfouille !
2. Difficile d'entrer dans le livre, avec cette présentation des personnages aux noms imprononçables.
Le positif, maintenant.
Le "corpus" du livre, le vrai "roman", est écrit dans un style magistral, les surprises sont nombreuses - l'entrée de l'auteur dans l'histoire n'est pas la moins bonne.
Passée l'introduction, la clarté du style permet de lire ce livre d'une traite.
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Linihila TOP 1000 COMMENTATEURS le 21 janvier 2015
Format: Poche
" Joyeux Noël " est un récit à la fois intéressant et perturbant. Le concept de se libérer de tout " angle mort " sans pour autant se délivrer de tous ces secrets est passionnant et m'a rappelé le concept de " vérité nue " de Tonino Benacquista. Par contre on a du mal à imaginer une famille telle que les Diskredapl quelque part en Bretagne cumuler autant de problèmes et même de crimes (viols, violences conjugales, collaboration avec les nazis, vols, incestes, tromperies etc...), même si Alexandre Jardin nous rappelle bien dès le début que plus le récit avancera plus il s'éloignera de la réalité. Je pense que cet amas de cas pourra agacer certains lecteurs, même si ce n'a pas gaché ma lecture.
J'ai adoré l'introduction, l'idée d'avoir un journal intime avec des pages de gauche et des pages de droite (une montrant la surface officielle des évènements et l'autre la vérité) et de se dire qu'il faut avouer les secrets qui nous pèsent et qui détruisent nos relations avec autrui. Tout le monde sait que c'est difficile et beaucoup de gens doivent avoir du mal à écrire un journal intime honnête car on n'échappe pas à une vérité écrite noir sur blanc.
Enfin, contrairement à d'autres j'ai bien aimé le dernier chapitre sur Alexandre Jardin lui-même avec ses photos et sa feuille d'impôts. Je n'ai pas encore lu " Des gens très bien ", mais j'imagine son traumatisme et ce roman " Joyeux Noël " semble être l'aboutissement de ses recherches sur le sujet des secrets familiaux et il semble apaisé.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Alexandre Jardin est un bon "vendeur", après son passage à la grande librairie j'ai eu envie d'acheter ce livre.
Mais je suis déçu. Le sujet des secrets de famille, vivre sans angle mort me parait intéressant ; mais là c'est trop "attendu".

Les dernières pages de gauche vs de droite pour l'anecdote.

Enfin bref; c'est trop cher pour ce livre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Entre réalité et roman… on hésite…
Mais quelle importance..?

Ici on découvre la peur de chacun et ses innombrables stratégies pour cacher ses actes les moins avouables et leurs conséquences..
La famille et les habitants de l'île finissent par reconnaître et embrasser leur réalité brute, voir brutale...
Dans quel but ? Juste un grand déballage?

"M'alléger" semble dire le dernier né de la famille… autiste.. qui lorsque la parole s'est enfin libérée chez ses ainés, peut, à son tour prononcer ses premiers mots..
Nous alléger.. car le mot tut, tue parfois, et bien plus souvent, engendre de nombreux maux..
Un exemple éloquent de constellation familiale, à l'échelle d'une mini société insulaire...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Je ne pourrai le résumer je n'ai pas pu le finir et même la fin ne m'a pas donné envie de le reprendre, malgré que je sois allé bien au-delà de la page 45 où devrait débuter le roman.

Il y a quelques règles qui commencent pour moi à définir la littérature quelque soit son genre. Ainsi quand un auteur fait référence à son roman précédent dans le roman actuel vous pouvez être à peu près sûr que l'actuel ne sera pas bon. A cette règle font exception les auteurs excellents, Zola ou Guenessia pour plus actuel. Alexandre Jardin n'en fait pas partie et s'il était un auteur avec qui on pouvait passer un excellent moment de détente, ce livre en dehors d'un titre marketing est tout simplement illisible. Après 45 pages où l'on revient sur le livre précédent ce roman devrait commencer sauf qu'il est dans une outrance telle qu'il en devient caricatural, mais une caricature pas fondée sur une réalité ne peut exister. C'est donc un roman qui n'existe pas sauf effectivement grâce au nom et à l'entregent d'Alexandre Jardin. Surtout ne l'ofrez pas à Noel car le lecteur avec cet ouvrage passera tout sauf un Joyeux Noel, tiens si en fait offrez le à quelqu'un qui vous ennuie totalement.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?