Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 8,49
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Kaïken par [Grangé, Jean-Christophe]
Publicité sur l'appli Kindle

Kaïken Format Kindle

3.8 étoiles sur 5 181 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 8,49
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 8,99

Longueur : 480 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé

Polars Polars


Descriptions du produit

Extrait

LA PLUIE.
Le mois de juin le plus merdique de tous les temps. Depuis plusieurs semaines, la même rengaine, grise, trempée, glaciale. Et c'était pire encore la nuit. Le commandant Olivier Passan fit claquer la culasse de son Px4 Storm SD et le posa sur ses genoux, cran de sûreté levé. Il reprit le volant de la main gauche et saisit de l'autre son Iphone. Le programme GPS tournait sur l'écran tactile, éclairant son visage par en dessous, façon vampire.
- On est où ? grogna Fifi. Putain, on est où, là ?
Passan ne répondit pas. Ils roulaient lentement, phares éteints, distinguant à peine le décor. Un labyrinthe circulaire, à la Borges. Des murs courbes tapissés de briques et d'enduit rosâtre, multipliant les entrées, les allées, les détours, mais repoussant toujours l'intrus vers l'extérieur, à la manière d'une muraille de Chine qui tournerait sur elle-même, protégeant un centre mystérieux.
Le labyrinthe n'était qu'une cité classée ZFU : zone franche urbaine. Le Clos-Saint-Lazare, à Stains.
- On a pas le droit d'être là, marmonna Fifi. Si le SRPJ du 9-3 apprend que...
- Ta gueule.
Passan lui avait demandé de se vêtir sobrement pour ne pas attirer l'attention. Et voilà le tableau : le flic arborait une chemise hawaiienne et un short rouge de skateur. Olivier préférait ne pas savoir ce qu'il s'était envoyé avant de le rejoindre. Vodka, amphètes, coke... Sans doute les trois.
Tenant toujours le volant, il attrapa sur la banquette arrière un gilet balistique - il portait le même sous sa veste :
- Enfile ça.
- Pas besoin.
- Fous ça, j'te dis : avec ta chemise, on dirait un travelo à la Gay Pride.
Fifi, alias Philippe Delluc, s'exécuta. Olivier l'observa en douce. Tignasse oxygénée, cicatrices d'acné, piercings au coin des lèvres. Son col ouvert laissait entrevoir la gueule d'un dragon fiévreux qui lui dévorait le bras et l'épaule gauches. Aujourd'hui encore, après trois ans d'équipe, Passan se demandait comment un tel lascar avait pu survivre aux dix-huit mois réglementaires de l'ENSOP, aux entretiens de motivation, aux visites médicales...
Mais le résultat était là. Un flic capable d'atteindre une cible au.9 mm à plus de cinquante mètres en utilisant indifféremment la main droite ou la gauche, comme de passer plusieurs nuits successives à éplucher des fadettes sans manquer une ligne. Un lieutenant à peine âgé de trente ans qui avait déjà essuyé le feu au moins cinq fois sans reculer. Le meilleur second qu'il ait jamais eu.
- Refile-moi l'adresse.
Fifi arracha le Post-it collé au tableau de bord :
- 134, rue Sadi-Carnot.
Selon le GPS, ils étaient tout près mais ils ne cessaient de croiser d'autres noms : rue Nelson-Mandela, square Molière, avenue Pablo-Picasso... Tous les dix mètres, un dos-d'âne secouait la voiture. Ces bosses à répétition commençaient à lui filer la gerbe.

Revue de presse

Une chasse à l'homme crépusculaire menée pied au plancher. --Page-le magazine des livres

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 992 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 480 pages
  • Editeur : Albin Michel (19 mars 2013)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B0094I9BGS
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5 181 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°1.018 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

click to open popover

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par EagleOne COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 12 octobre 2012
Format: Broché Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs ( De quoi s'agit-il? )
Pour ma part, j'ai moins accroché à ce dernier roman de Grangé. L'auteur des "Rivières Pourpres" peine t-il à se renouveler ?

Libre à chacun d'en juger, mais pour ma part j'ai l'impression que Grangé réapplique le même schéma déjà vu dans d'autres romans.
Toujours un enquêteur sacrément doué mais dont la vie privée prend l'eau de tout côté.
Toujours deux enquêtes (mais dont le lien m'a laissé dubitatif..).
Toujours les rebondissements inattendus (voire improbables).
Toujours un final détonant avec un environnement "déchaîné".
Toujours l'évocation des mêmes thèmes (ça tourne encore autour de grossesses).

L'évocation du Japon ne saurait élever ce roman au-dessus d'autres volumes de l'auteur.
Certes, cela donne une touche d'originalité, mais cela finit aussi par plomber le rythme d'une histoire... qui n'était pas pas forcément palpitante...

C'est un peu le problème quand on présente d'emblée un serial-killer : le lecteur a l'impression de tout savoir dès le premier chapitre, et je n'ai été surpris que lorsque s'achève la première partie du roman. Donc après quelques centaines de pages. Pour un film, ce n'est pas très gênant. Pour un roman, on peut se demander si la forme est pertinente.
J'entends par là que Kaiken sera probablement une bonne base pour une nouvelle production cinématographique - type "Rivières Pourpres".... Mais pour un roman, les lacunes du scénario sont plus apparentes et les problèmes de rythme risquent de rebuter certains lecteurs.

Dommage, parce que l'ensemble bénéficie toujours d'une écriture fluide, plutôt agréable à lire.
1 commentaire 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Grand amateur des romans de Grangé, j'ai été déçu par cet opus qui ressert les ingrédients habituels mais avec beaucoup moins de talents, et de manière plus bâclée.
Toutes les situations sont invraisemblables et l'histoire du serial killer, peu intéressante et rapidement close, n'est qu'un prétexte pour présenter les us et coutumes du Japon, véridiques ou extrapolés. C'est tellement présent que cela en devient lourd.
L'intrigue se résume à une improbable et peu crédible vengeance entre 2 femmes (à la façon "concile de pierre").
Bref, ce que je retiens est une description originale et inattendue d'un Japon fantasmé.
Remarque sur ce commentaire 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par PHIL007 COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 100 COMMENTATEURS le 27 août 2012
Format: Broché Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs ( De quoi s'agit-il? )
/* Il m'arrive que je duplique certains commentaires sur les différentes éditions d'une oeuvre, en les adaptant si nécessaire. Il arrive aussi qu'Amazon regroupe les commentaires à postériori du coup il peut y avoir en ligne deux fois mon commentaire. Je n'y peux rien mais toutes mes excuses pour le dérangement */

Olivier Passan, de la Criminelle à Paris est, comme souvent chez Grangé, un policier exalté, voire « borderline ». Il traque avec acharnement, et malgré sa hiérarchie qu'il a du mal à convaincre du bien-fondé des recherches qu'il mène, l'Accoucheur, un tueur en série qui a plusieurs fois éventré, des femmes enceintes puis brûle leur faetus à coté de leur cadavre.

Le rythme est rapide. L'intrigue est conduite avec brio et rapidité, les évènements se succèdent en accéléré, avec de prodigieux rebondissements et trouvailles qui captivent et angoissent le lecteur.

Grangé sait aussi faire intervenir d'autres personnages, policiers, famille de Passan, milieu où vit l'Accoucheur, ce qui densifie ce qui pourrait apparaître comme une simple enquête.

Il me semble que par rapport à d'autres Grangé, il y a une relative économie de mots crus et de la cruauté sadique des scènes (ce que je préfère). Sans être gore, il y a parfois de la violence extrême mais uniquement lorsque c'est utile au récit. Le lecteur a parfois besoin de ces coups de poing pour se rappeler jusqu'où peut aller réellement la cruauté monstrueuse.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Pierre-yves Champenois TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 24 août 2012
Format: Broché Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs ( De quoi s'agit-il? )
Jean-Christophe Grangé revient avec une histoire située à mi-chemin entre la France et le Japon. Le personnage central, Olivier Passan, est commandant à la Crim' de Paris. Enquêteur fougueux, impulsif, intuitif, avec un versant sombre (bref, toutes les caractéristiques classiques des héros de Grangé...), il suit une série de meurtres où un serial-killer tue des femmes enceintes et brûle leur faetus à vif (oui, du bon gore, encore un classique de chez l'auteur). Même si l'intrigue n'apparaît pas au départ dotée de grandes capacités à surprendre, le lecteur peut se satisfaire à l'avance de retrouver l'écriture de Grangé, toujours aussi agréable.

Pourtant, lorsqu'après une trentaine de pages l'identité du méchant est révélée, on se demande un peu où l'auteur veut nous emmener... Le livre faisant 470 pages, on se dit que le combat entre les deux va être long. S'en suivent 250 pages de combat (avec la Justice qui met des bâtons dans les roues de l'enquêteur certes barré, mais tellement bon) entre le flic et le méchant. Si cela se lit sans déplaisir, il manque vraiment un intérêt, le lecteur connaissant forcément l'issu du combat entre les deux. De plus, la réflexion sur la maternité et le refoulement des brimades de l'enfance (le méchant fait tout ça car il a été malheureux dans son enfance) est d'une platitude assez terrible.

Mais, toujours porté par l'écriture si fluide de Grangé, le lecteur continue son chemin, et voit donc arriver une seconde intrigue une fois le serial-killer terrassé.
Lire la suite ›
2 commentaires 48 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique