• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Karoo a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Plus d'un million de clients satisfaits. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Prix compétitifs jusqu'à -80% du prix neuf.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Karoo Broché – 23 février 2012

3.4 étoiles sur 5 59 commentaires client

Voir les 5 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,00
EUR 17,90 EUR 3,43
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Karoo
  • +
  • La maison dans laquelle
  • +
  • Le dernier stade de la soif
Prix total: EUR 54,90
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Stojan Tešic

Stojan Tešic est né en Yougoslavie (dans l'actuelle Serbie), le 29 septembre 1942 et est décédé le 1er juillet 1996. Jusqu'à ses 14 ans, il fut élevé par sa mère (Goya) et sa soeur (Nadja) dans sa patrie, tandis que son père (Radishe), lieutenant dans l'armée Yougoslave durant la seconde Guerre Mondiale est porté disparu. Stojan Tešic était scénariste, dramaturge et romancier serbe-américain. Il remporta l'Academy Award du Meilleur Scénario Original en 1979 pour le film «Breaking away» («La Bande des quatre»).

Thibault de Montalembert

Formé à l'école de comédiens du Théâtre des Amandiers de Nanterre, Thibault de Montalembert joue au cinéma et au théâtre sous la direction de metteurs en scène prestigieux : Costa-Gavras, Deplechin, Wargnier, Bonello... Depuis septembre 2009, il est professeur dans l'école qu'il a créée. Très grand lecteur, il a enregistré pour Audiolib : Le voyage dans le passé, trois nouvelles de B. Vian et Le voyage d'hiver. --Ce texte fait référence à l'édition CD .

Revue de presse

« Alerte, casutique, féroce, le narrateur excelle dans l'art de la manipulation » --L'Express

« Avec ce portrait acerbe d'un cynique roulé par la vie, Tesich signe un grand livre amoral, barbouillé au feutre noir. Écrit dans un millénaire déclinant, Karoo est une odyssée sans soleil, celle d'un Ulysse boiteux côtoyant le vide et la fatuité de son époque. Pur produit de son époque, Karoo est une montagne de tares et de contradictions qui finira par s'effondrer au bord de la route. Plongeant le lecteur dans un abîme d'adoration et de perplexité. » --Emily Barnett, Les Inrockuptibles

« Qu'il marche ou pas, le livre a tout du best-seller: construit et dialogué avec un grand savoir-faire, émouvant jusqu'à l'insupportable, il raconte sur un mode froidement surréaliste la cinquantaine en crise d'une ordure. » --Le Nouvel Observateur

« Avec ce portrait acerbe d'un cynique roulé par la vie, Tesich signe un grand livre amoral, barbouillé au feutre noir. Écrit dans un millénaire déclinant, Karoo est une odyssée sans soleil, celle d'un Ulysse boiteux côtoyant le vide et la fatuité de son époque. Pur produit de son époque, Karoo est une montagne de tares et de contradictions qui finira par s'effondrer au bord de la route. Plongeant le lecteur dans un abîme d'adoration et de perplexité. » --Emily Barnett, Les Inrockuptibles

« Qu'il marche ou pas, le livre a tout du best-seller: construit et dialogué avec un grand savoir-faire, émouvant jusqu'à l'insupportable, il raconte sur un mode froidement surréaliste la cinquantaine en crise d'une ordure. » --Le Nouvel Observateur

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
Au début, une certaine ressemblance avec "Le monde de Barney" de Mordecai Richler m'a légèrement agacé mais, très vite, Saul Karoo va voler de ses propres ailes et nous entraîner dans un tourbillon enivrant. L'écriture est superbe (au passage un grand coup de chapeau à la traductrice dont le français parfait coule comme doit couler l'anglais de l'auteur), pleine de trouvailles ; certains passages sont tout simplement superbes (voir les pages 477 et s. de l'édition Points qui résument une vie humaine de manière vertigineuse). Quant à l'histoire qu'il ne faut pas raconter, elle nous fait suivre le conflit entre Saul et ses doubles (à cet égard, la couverture est un chef-d’œuvre), entre Saul et sa future ex- femme, entre Saul et son âme damnée, ce producteur Hollywoodien dont le but dans la vie est de "baiser" (sic) les autres. Et puis la rédemption semble arriver avec Leila, à peine starlette, que Saul va (croire) aimer en même temps qu'il va enfin (croire) savoir aimer son fils adoptif. Mais dans ce livre qui sait parfois être gai, la tragédie guette toujours et elle va se manifester un soir qui avait tout pour être lumineux. Si la pénultième partie m'a semblé un peu longue, la dernière est époustouflante. On peut ne pas adhérer à la fin du livre mais son approche onirique et symbolique me semble parfaitement maîtrisée. Pour faire court, c'est le meilleur livre que j'ai lu depuis plusieurs mois.
Remarque sur ce commentaire 18 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Que dire si ce n'est que c'est un chef d'oeuvre, très bon livre, que du bonheur et du plaisir à lire.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Très bien écrit ce roman, publié à titre posthume (et probablement en partie autobiographique), nous plonge dans une atmosphère angoissante qui nous fait très bien ressentir le malaise de son personnage. Anti héros , portrait d'un homme aux multiples lâchetés ordinaires, roman sombre et désespérant dans sa vision d'une société basée sur le mensonge et le pouvoir. Il laisse une trace indélébile chez le lecteur. On ne s'ennuie pas un instant et on en sort secoué. A lire absolument.
Remarque sur ce commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Le héros, Saul Karoo, est l’incarnation de la déchéance nationale : un cinquantenaire bedonnant, riche, cynique, matérialiste «Aller au pressing le samedi était ce que j’avais de plus proche de la religion», fumeur, tellement alcoolisé que l’alcool ne lui fait plus rien, père divorcé d’un adolescent nommé Billy dont il ne s’occupe pas. Son métier, script doctor, consiste à réécrire des scénarios pour les aligner sur les canons hollywoodiens. En d’autres termes, il aseptise et mutile les oeuvres d’autrui pour les faire rentrer dans le moule, en détruisant tout leur charme. Sa vision purement technicienne de l’écriture et de la narration le dispense d’écrire ses propres romans, bien qu’il rumine en secret une variation futuriste sur le mythe d’Ulysse. Cette fois-ci, on le charge de reprendre le nouveau film du vieil Arthur Houseman, monument du cinéma américain. Problème : il apparaît dès le premier visionnage que c’est un pur chef-d’oeuvre, auquel il serait criminel de toucher. Mais surtout, en regardant les rushs, Saul tombe sur une jeune actrice en qui il reconnaît Leila, la mère biologique de Billy, qui l’a fait adopter par Saul et sa femme quand elle était adolescente. Elle vit aujourd’hui à Venice, à l’autre bout du continent. Ébranlé, Steve décide d’aller la voir et, croyant bien faire pour la première fois depuis des lustres, il s’intéresse à quelqu’un, il ne se rend pas compte qu’il déclenche une mécanique oedipienne infernale : il tombe amoureux de Leila, il lui présente Billy sans lui dire la vérité, et Billy couche avec sa mère...Lire la suite ›
1 commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Cynique et matérialiste, Saul Karoo déteste un métier qui lui rapporte pourtant des milliers de dollars. Scénariste de l’ombre, il réécrit des scénarios pour les faire correspondre aux attentes des producteurs de cinéma d’Hollywood, n’hésitant pas, au besoin, à transformer des chefs-d’œuvre du septième art en de vulgaires productions commerciales.

Saul massacre sa vie avec la même allégresse que les scénarios qu’il réécrit. Il a laissé son mariage avec Dianah tourner au fiasco. Il est incapable d’être ce père que lui réclame son fils Billy.

Rongé par ses névroses, il sait pertinemment bien comment il devrait réagir pour redevenir l’acteur de sa vie plutôt qu’un spectateur impuissant, mais il n’en a pas la force. Et, de guerre lasse, il laisse passivement le film défiler devant ses yeux.

Un jour pourtant, le destin met sur sa route une actrice ratée. Leila. Cette rencontre sera le point de départ d’une nouvelle vie pour Saul. Qui, même s’il ne parviendra pas totalement à se débarrasser des innombrables démons qui le rongent, connaîtra une véritable résurrection…

Portrait au vitriol d’une certaine Amérique pseudo-intellectuelle et bien-pensante, le roman de Tesich plonge immédiatement le lecteur dans un indicible malaise. Un malaise qui débute, sans surprise, avec le naufrage du personnage qu’est Saul au début du livre. Un malaise que ne parvient bizarrement pas à effacer l’arrivée pourtant porteuse d’espoir de Leila dans cette vie qui n’en était jusque là plus vraiment une.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique