undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
5
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:12,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le 19 février 1959 le pianiste Wynton Kelly, le contrebassiste Paul Chambers et le batteur Jimmy Cobb entrent en studio pour graver ce Kelly Blue. Deux morceaux ("Kelly Blue" et "Keep It Moving, des compositions de Wynton Kelly) où le trio est rejoint par Nat Adderley (cornet), Bobby Jaspar (flûte) et Benny Golson (saxophone ténor).Le morceau éponyme est une vraie réussite avec cette belle intro basse flûte, un excellent solo de Wynton, puis une belle impro de Bobby, suivie de celle de Nat qui monte en puissance, puis le velouté impérial de Benny.. Quelques jours plus tard, le 2 mars ce trio se retrouve avec Miles Davis pour enregistrer un album légendaire "Kind Of Blue". D'un "blue" à l'autre le talent est toujours présent. Le reste du disque est en trio; trio qui nous offre de superbes versions de trois standards : "On green Dolphin Street", "Softly, As in a Morning Sunrise" ainsi que de "Willow Weep for Me" (enregistrés le 10 mars) . Le disque se conclut par une composition de Kelly « Old Clothes » où le pianiste improvise sur un fort beau soutien de Chambers et Cobb. Un très bon disque qui confirme la valeur du crû 1959 (à quelques exceptions prêts).
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voici un musicien que j'avais découvert à l'aube de mes vingt ans, avec cet album justement... L'effet Kind of Blue, forcément (1). Natif de la Jamaïque, le pianiste Wynton Kelly a commencé sa carrière en jouant du R'n B aux côtés du vétéran Hal Singer (saxophoniste que j'ai eu la chance de voir et d'écouter en club il y a quelques mois...). Doté d'un jeu gorgé de groove et de swing, il sera vite repéré par la chanteuse Dinah Washington qui l'embauchera pour quelques mois. On connaît la suite: Sonny Rollins, Miles, Wes, Hank Mobley, Joe Henderson, l'écurie Blue Note... Il nous offre ici un enregistrement studio efficace. Session teintée de blues et de swing, Kelly Blue est peut-être son meilleur album en leadeur, celui qu'il faut se procurer toute affaire cessante si l'on ne connaît pas encore ce musicien hors pair. En effet, sa trajectoire ascendante trouve son aboutissement avec cet album publié par le label Riverside Contemporary Series) et qui, à l'heure actuelle, reste encore son album le plus vendu, en tout cas le plus connu...

Kelly utilise un répertoire éclectique tout au long de ce set constitué de ses propres compositions (Kelly Blue et Keep It Moving tout deux arrangés de main de maître, ou encore le très churchy Old Clothes) et de standards (merveilleuse interprétation de On Green Dolphin Street et de Willow Weep For Me, mais aussi cette version très sensible de Softly As In A Morning Sunrise, l'une des plus belles balades bluesy jamais enregistrées, débutant sur la contrebasse soyeuse de Paul Chambers). L'impeccable accompagnement est fort réussi, grâce à une rythmique bien huilée (LA fameuse rythmique composée de Paul Chambers donc, dit Mr P.C, et de Jimmy Cobb). Autrement dit, LA rythmique que tout le monde essayait de s'arracher à l'époque, comme en témoignent ces enregistrements avec le guitariste Wes Montgomery (Full House et Smokin'At The Half Note), ou encore avec le saxophoniste George Coleman (Live At The Left Bank Jazz Society Baltimore 1968) et enfin cette merveille des merveilles avec le saxophoniste Joe Henderson (Four!)... Et gare si Miles n'était pas averti....

Plusieurs configurations composent cette galette au minutage généreux (près d'une heure de musique en tenant compte des prises alternatives): on trouvera le pianiste dans le format du trio essentiellement (comme le rappelle un autre commentateur), mais aussi dans celui du sextette. Sont alors conviés Benny Golson (saxophone ténor), Bobby Jaspar (flûte) et Nat Adderley (cornet). D'ailleurs, celui-ci offre dès la première plage un remarquable solo que Miles n'aurait pas renié. Le frère de Cannonball Adderley est en pleine forme ici : sonorités ciselées, luminosité du discours, précision du phrasé. Pour le reste, c'est bien sûr le swing qui domine ces plages d'une belle cohérence, et surtout une bande d'amis réunis avant tout pour le plaisir de jouer. La brillante alchimie entre les soufflants et la rythmique est à la base du succès de titres comme Kelly Blue et surtout Keep it Moving au cours duquel Benny Golson donne un solo velouté d'une beauté inouïe. Bref, un grand disque (4 étoiles) que l'on ne manquera pas de réécouter ou de redécouvrir.
______________________________________________________________________

(1) Wynton Kelly avait participé à la session historique de Kind Of Blue, notamment sur le thème Freddie Freeloader et All Blues... Bill Evans était sur les autres plages (Blue In Green, So What, Flamenco Sketches).
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Wynton Kelly avait commencé sa carrière professionnelle de pianiste à l'age de 12 ans, c'est dire le talent du bonhomme ! Accompagnateur des plus grands (Sonny Rollins, Miles Davis, Connonball Adderley, Johnny Griffin, Hank Mobley...) on le retrouve ici en tant que leader pour un enregistrement où domine le bleu, couleur des grands espaces et de la sérénité...

Enregistré à New York au cours de deux séances des 19 février et 10 mars 1959, le pianiste est accompagné pour l'occasion d'une formation de base comprenant Paul Chambers à la basse et Jimmy Cobb à la batterie, à laquelle allaient se joindre trois autres musisiens lors de la 1ère séance : Nat Adderley au Cornet, Benny Golson au sax ténor et Bobby Jasper à la flûte.

"Kelly Blue" et "Keep it moving" (deux prises, take 3 et 4), les deux morceaux joués en sextet se révèlent aussi les plus dynamiques de l'album. On appréciera tout particulièrement la présence de la flûte de Bobby Jaspar et le cornet de Nat Adderley qui donnent une couleur inhabituelle, mais très réussie à ces deux titres.

Les autres morceaux joués en trio se montrent toujours aussi bleus, mais en plus intimistes, donnant l'espace nécessaire à Wynton Kelly pour s'exprimer pleinement. Figurent notamment parmi les titres sélectionnés, le standard "On Green Dolphin Street", mainte fois repris par tout le gotha du jazz (Miles Davis, John Coltrane, Bill Evans, Oscar Peterson....) et le titre "Willow weep for me" qui figurera bientôt sur un autre disque bleu fameux : le "Blue Hour" de Stanley Turrentine (décembre 1960) Blue Hour - The Complete Sessions

La présente édition, bien que remasterisée en 1989, souffre d'un niveau sonore un peu faible comparée aux remasterisations RVG, mais on peut pousser le son sans conséquence sur la qualité de l'enregistrement (pas d'effet de souffle lorsque l'on augmente le volume).

Avec ce "Kelly Blue", Wynton Kelly nous offrait là un bien bel album. Il devait disparaitre prématurement en 1971 à l'age de 39 ans...
33 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2016
Wynton Kelly fait pour moi parti de ces pianistes subtiles et raffinés comme Tommy Flanagan ou Hank Jones qui sont restés plus connus dans leur rôles d'accompagnateurs en dépit de leur riches carrières solo. Mais les preuves discographiques sont là et Kelly Blue est certainement un des meilleurs albums du pianiste. Comme le titre l'indique, tout ici a la couleur du blues même les morceaux qui n'en sont pas vraiment d'un point de vue harmonique et Kelly démontre tout son savoir faire sur cet album qui est majoritairement joué en trio, seuls le morceau titre et "Keep It Moving" sont augmentés d'une petite section de cuivres. Paul Chambers et Jimmy Cobb constituent le trio et l'équilibre entre ces trois musiciens est bien établi, Chambers brilliant particulièrement ici par sa clarté de ton et attachement à la mélodie même durant ses solos. "Kelly Blue" ouvre les festivités, une composition dans la quintessence Hard Bop avec un question-réponse cuivres/basse au thème. On retiendra ici surtout Benny Golson au ténor avec un superbe solo en clôture. "Softly as a Morning Sunrise" est par contre la vitrine du pianiste et le sommet de l'album. Ecoutez l'intro en petites phrases bien bluesy descendantes à la main droite et léger voicings discrets à la main gauche. Sur ce titre Kelly déploie un sens de l'espace et des dynamiques dignes d'Ahmad Jamal et une maîtrise de la phrase funky qui rivalise avec celles de Bobby Timmons. Le classique d'Ellington "Do Nothing 'till You Hear From Me" et les standards "On Green Dolphin Street" et "Willow Weep For Me" suivent avec un traitement des thèmes efficace mais surtout des solos inspirés. Retour au cuivres sur "Keep It Moving" où Golson séduit une nouvelle fois. On finit avec le blues le plus strict sur "Old Clothes" qui boucle bien ce traité musical sur la note bleue.
Un album qui définit le jeu bleu au piano et donne toute son élégance au trio traditionnel.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 octobre 2013
C'est inouï! Quel bonheur! Si vous voulez du vrai jazz, n'hésitez pas, vous avez ici du pur et dur. Je veux dire du classique. Mon choix fut judicieux et si comme moi vous voulez vous faire plaisir sans oublier vos amis, achetez ce CD. C'est une pépite chez vous. J'attends vos avis!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,17 €
11,71 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici